Simon Kitson's

 

 

VICHY WEB

 

 

 PUBLIC OPINION 

 

 

This page presents some information on these subjects. It is currently divided into the following sections, (although there are plans to develop it further over time):

 

INTRODUCTION

Public opinion and Jews

 

COMMENTS & DEBATES 

Gaston Defferre on Public Opinion

Robert Frank on French public opinion towards the Allies

Robert Frank on French public opinion towards Allied bombings

Luc Capdevila and Danièle Voldman on Funerals of Allied pilots

 

DOCUMENTATION 

Anonymous letter addressed to Pétain from Marseilles, April 1941

Letter sent to free French in June 1941, distinguishing between 'Pétainisme' and 'Maréchalisme'

Letter from a woman in Marseilles to her brother in the Free French recounting a gift she had offered to a British  sailor, June 1941

Monthly report of the Préfecture de Police, July 1941

Police report concerning public opinion towards government, April 1943

Gendarmerie reports, September, October and November 1943

Police comment on public opinion towards resistance, January 1944

 

 

 

Any suggestions on improvements or supplements to this page will be gratefully received at s.k.kitson@bham.ac.uk

 

INTRODUCTION

Public opinion and Jews

Anti-Semitism was not entirely imported in France. France had its own anti-Semitic tradition. At the beginning of the twentieth century an important political crisis separated France between anti-Semites and those who were pressing for the recognition of equal rights. This was the Dreyfus affair. Dreyfus was an army captain who was wrongly accused of spying for Germany. A traditional theme of anti-Semitism was the idea that because the Jews were a nomadic people they weren’t likely to be loyal to any one country. It was therefore easy for these anti-Semites to accept the idea that Jews might be spying for another country. Anti-Semitism also appealed to many Christians who blamed Jews for the death of Christ. There was a left-wing anti-Semitism as well which focused on the supposedly privileged place of Jews in society. But Anti-Semites were mainly found in the anti-Republican camp. It was the Republic which had emancipated Jews in the first place and therefore an attack on the Jews could be used as a means to attack the Republic. Those defending Dreyfus therefore did so also because they were trying to defend the Republic which officially refused to recognise differences between people on grounds of race and religion. The Dreyfus affair led to a reinforcement of the position of the Republicans because Dreyfus was ultimately found innocent and exonerated.

 The anti-Dreyfusards continued nevertheless to be opposed to Jews. The Russian Revolution of 1917 gave them an extra argument since so many of the original Soviet Politburo had been Jewish. Political tensions in Europe also heightened anti-Semitism. The interwar period saw an important influx of Jews into France, which had a traditional image as a country of refuge. Anti-Semites were hostile to this influx as they felt it was undermining French identity and likely to spread political radicalism in France. They also feared that Jews might try to push France into war against Germany. It should not be imagined that France was entirely anti-Semitic during this period. There was also a strong current stressing equal rights.

 The population were generally indifferent to Jewish persecution in the period 1940-1941. But most people during this initial period simply had more pressing concerns than the fate of the Jews as they tried to find enough to eat and worried about absent loved ones. There was also a degree of hostility. Official propaganda encouraged anti-Jewish sentiment and stressed Jewish participation in the black market. At the same time people were looking for scapegoats for the defeat. Even people who were not necessarily anti-Semitic were drawn into complicity with anti-Semitic measures. When the Vichy statutes required administrations to set quotas of the number of Jews allowed in that sector it fell to administrators in that sector to apply these. Thus, for example, it was the Universities themselves which had to exclude Jews from their institutions.

 In 1942, there was far more public sympathy with the Jews. Persecution gave them a status as martyrs. This began when Jews were forced to wear yellow stars of David on their clothes. The massive programme of deportations during the summer of 1942 caused widespread disgust.  The departure of convoys took place far from urban centres in order to cause the minimum alarm to the population. Despite this there was considerable public disarray at the sight of the huge police identity controls, the disappearance of a neighbour or the vision of cattle trucks packed with humans passing through train stations. According to the Postal Censors, who intercepted people’s private correspondence to monitor opinion, the question of the inhuman treatment of the Jews was one of the major concerns of public opinion in the months of August and September 1942. Two types of protest were registered. Firstly, there were expressions of sympathy for defenceless persecuted refugees. Even the catholic clergy who had previously been firm admirers of Vichy raised their voices in this vein. Monsignor Delay, the bishop of Marseille, not only read out a prepared message of sympathy in a church sermon but he was also amongst those readers of the anti-Semitic newspaper Gringoire to protest against the tone of the article entitled "une simple histoire juive" which praised the deportations. Intermingled with simple expressions of sympathy, there was a second category of reaction, which consisted of introspective interrogations as to what these anti-Semitic measures revealed about the status of France.

 Anti-Semitic persecution stopped being a primary concern of the population again towards the end of 1942. This is because the round-ups for deportation were now carried out more discreetly but also because the instigation of a forced labour draft shifted public focus away from the fate of the Jews. Nevertheless after the summer of 1942 the level of help offered to Jews increased significantly. Many religious institutions began to offer shelter to Jews on the run.

 

TOP OF PAGE

VICHY WEB HOME

NAVIGATOR

 

 

COMMENTS & DEBATES 

CONCERNING PUBLIC OPINION

 

 

Gaston Defferre on Public Opinion

Extract from Gaston Defferre’s preface to Pierre Guiral, Libération de Marseille, Paris, Hachette, 1974, pp 9-10

 

S’il avait existé des institutes de sondages en 1940, ou si l’on avait voté, Pétain aurait recueilli quatre-vingt-dix pour cent des suffrages. Cette énorme vague d’opinion était née à l’époque du ‘lâche soulagement’ dont avait parlé Léon Blum après Munich. La signature de l’armistice ‘entre soldats et dans l’honneur’ la fit déferler. Un état d’esprit dominateur, agressif, impitoyable à l’égard de ceux qui résistaient à cette vague et, en particulier, à l’égard des gaullistes, s’étendit sur tout la France.

Et pourtant, en 1944, ce fut la même foule, dans les mêmes villes et sur les mêmes places, qui acclama de Gaulle vomi, détesté, invectivé quelques années auparavant. L’intérêt, la soif des honneurs ou de ce qui apparaissait comme tels, la lâcheté, l’aveuglement, la bêtise, chacun de ces sentiments, de ces états d’esprit explique, à divers titres et selon les individus, ces emballements et ces revirements. 

Mais c’est en général, la peur, et le goût de la vengeance, qui ont dominé. 1940 a été, pour certains, la fin de la drôle de guerre et de la déroute, pour d’autres la revanche de 1936. Pour ces derniers, en majorité des gros possédants, 1940 a été, après la peur qu’avait suscitée en eux le Front Populaire, le retour au pouvoir d’une droite rassurante. La classe dirigeante s’est jetée dans les bras de Pétain afin d’exorciser cette peur, afin de s’en venger. On sait que les sentiments les plus violents, la colère notamment, sont souvent dus à la peur. L’automobiliste accidenté qui a eu très peur ne se contrôle plus, même si il s’agit d’un homme normal et mesuré.

1940 a été aussi la revanche des médiocres, de tous ceux que les compétitions professionnelles ou politiques avaient écarté des grands postes. Et tout cela a été accompagné d’un racisme et d’un antisémitisme déshonorants, déclenchés et encouragés par le gouvernement de Vichy et exploités par une presse et des journalistes méprisables. Il s’y est ajouté une sorte d’épidémie de dénonciations que le même gouvernement et la même presse n’ont pu combattre, bien au contraire.

 On a souvent parlé de l’hystérie des foules. On a moins souvent commenté les grands mouvements d’opinion, leurs contradictions apparentes ou réelles, et moins encore l’isolement- mais aussi l’exaltation- qu ’éprouvent ceux qui y ont résisté ne serait-ce qu’une fois. 

 

 

 

TOP OF PAGE

VICHY WEB HOME

NAVIGATOR

 

Robert Frank on 

French public opinion towards the Allies

Extract from Robert Frank, La hantise du déclin, Belin, Paris, 1994, pp 257-258

Quand les Allemands entrent en URSS, fin juin, puis lorsque les Etats-Unis sont entraînés dans la guerre, les sentiments français évoluent par rapport à la Grande-Bretagne. Celle-ci n’a plus la vedette dans le combat contre le pays qui occupe la France : ‘Les Etats-Unis (…) prennent la place de l’Angleterre dans une partie de l’opinion qui ramène sur eux les espoirs précédemment fondés sur celle-ci’, écrit le Préfet de la Loire inférieure le 4 mars 1942. Ce transfert est d’autant plus facile qu’il n’y a pas de contentieux, ni historique, ni récent avec les Etats-Unis. Américanophilie et attitude pro-américaine se confondent presque, ce qui n’est pas le cas avec anglophilie et pro-britannisme. Dans l’histoire sentimentale française, après le temps des Anglais, arrive en 1942 celui des Américains. Cette évolution se fait progressivement.

 

TOP OF PAGE

VICHY WEB HOME

NAVIGATOR

 

Robert Frank on 

French public opinion towards Allied bombings

Extract from Robert Frank, La hantise du déclin, Belin, Paris, 1994, p 258

Les bombardements des usines Renault de Boulogne-Billancourt par la RAF en mars 1942 sont bien accueillis bien qu’ils causent la mort de plusieurs centaines de victimes. En Dordogne, on regrette le grand nombre de celles-ci, tout en manifestant sa joie de savoir que des usines travaillant pour les Allemands sont touchées. En Seine-et-Oise, ‘l’opinion, après un moment d’hésitation, semble avoir accordé crédit aux explications de la radio anglaise et adopte son point de vue’. Une fois de plus, les archives britanniques montrent que les Britanniques sont informés de ces réactions. René Pleven leur a transmis un rapport rédigé par Auboin qui fait état de ces bombardements et des ‘réactions profondes et spontanées de l’opinion française qui a tressailli d’espoir malgré le nombre élevé de victimes’.

 

 

 

TOP OF PAGE

VICHY WEB HOME

NAVIGATOR

Luc Capdevila and Danièle Voldman on 

Funerals of Allied pilots

Extract from Luc Capdevila and Danièle Voldman, ‘Rituels funéraires de sociétés en guerre (1914-1945)' in Stéphane Audoin-Rouzeau et al, La violence de guerre, 1914-1945, Brussels, Complexe. 2002, pp 296-297 

Sous l’Occupation, les funérailles ont fréquemment donné lieu à des manifestations de solidarité qui, dans ce contexte politique, ont pris une dimension de résistance. Les obsèques des aviateurs alliés, par exemple, provoquèrent des manifestations considérables en zone occupée. Dix mille Brestois auraient déposé des fleurs sur la tombe d’un soldat britannique en novembre 1940. Selon le préfet, la tombe disparaissait ‘sous un mètre de fleurs’. En décembre 1940, 2000 personnes assistèrent aux obsèques de trois aviateurs anglais à Lanester et les cris de ‘Vive l’Angleterre’ fusèrent de la foule. En juillet 1941, un millier de personnes défilèrent devant la tombe d’un marin anglais à Saint-Brieuc, après qu’une collecte eut été organisée pour payer un livre en marbre, portant l’inscription ‘Mort pour la Patrie’. A Vire, au cours de l’été 1942, quand furent inhumés quatre hommes d’équipage d’un bombardier, tués après un atterrissage forcé, les Allemands acceptèrent la présence des représentants de l’autorité préfectoral et municipale. Ils furent dépassés par un cortège évalué à 2000 personnes. Cette fois, l’entrée du cimetière fut interdite à la multitude. Les jours suivants, les tombes disparurent sous les fleurs. A Villeneuve-d’Ascq, le Front national mobilisa : ‘Contre l’ignoble massacre de la population d’Ascq, Français, Françaises, en signe de deuil et de protestation, cessez le travail mercredi 5 avril [1944] de 11 heures 30 à 12 heures. Assistez nombreux aux obsèques’, disait le papillon placardé par le mouvement. 10 000 à 35 000 personnes auraient, selon les sources, participé, d’une manière ou d’une autre, à ces funérailles.

 

 

TOP OF PAGE

VICHY WEB HOME

NAVIGATOR

 

 

 

DOCUMENTATION CONCERNING PUBLIC OPINION

 

ANONYMOUS LETTER TO PETAIN

Archives Nationales 2AG/618, Lettre ‘d’un Français 100%’, Marseille, avril 1941au Maréchal Pétain,

 

Monsieur le Maréchal,

Très respectueusement je me permets de vous écrire après avoir entendu, lu et relu votre dernière allocution, faisant suite aux nombreuses diatribes de notre Radio contre le mouvement gaulliste, dont très probablement on vous a demandé d’arrêter les progrès.

Je ne crois pas que ce résultat ait été atteint, même dans une petite mesure, car c’était par trop exagéré et insensé que le speaker soutienne que l’Angleterre a en vue surtout de nous prendre nos colonies.

Quand vous demandez aux Français de maintenir l’unité de la Patrie, tout le monde comprend, même ceux qui ont désaprouvé les polticiens qui vous ont poussé vers l’armistice, ce que que vous voulez dire.

Dans tous les régimes on a prétendu que le devoir patriotique ne se discute pas, mais celui ci n’a jamais interdit le droit de penser et celui de chercher à convaincre ses compatriotes, par des moyens légaux de libre discussion. Ceux qui vous ont entrainé en juin dans cette horrible galère de la capitulation totale ne se sont pas génés d’exprimer leurs pensées et leurs critiques acerbes pendant les années qui ont précédé la Révolution Nationale.Je suis convaincu que vous faites erreur, en croyant que c’est l’oeuvre de votre gouvernement qu’on ‘attaque, déforme et calomnie’ car 90% des Français admettent parfaitement que votre position est délicate et que vous faites pour le mieux; si la ‘dissidence’ persiste et devient tous les jours plus importante, c’est que la grande masse des Français avaient acquis une maturité politique qui n’a jamais été atteinte dans aucun autre pays et qu’elle est trop intelligente, pour ne pas sentir que si ceux qui vous ont précédé au pouvoir, se sont hélas terriblement trompés, militaires, civils, parlementaires, ministres, tous ceux qui en juin ont cru à la capitulation rapide de l’Angleterre se sont encore plus épouvantablement trompés. Oui, nous sommes des millions ‘qui s’interrrogent et doutent’. Je reconnais comme vous nous l’avez dit ‘qu’il ne peut y avoir de patrie, si chacun prétend se faire une idée particulière de ce que commande le devoir patriotique’, mais je ne pense pas qu’en ce moment il y ait tant de divergences d’opinion dans la nation, car il est difficile de soutenir qu’il en est ainsi quand 80 à 90% sont d’un côté et 10 à 20% dans la minorité; mais voilà l’affreuse situation, les 80 à 90% sont pour le triomphe de l’Angleterre, même ceux qui ne l’aiment pas, ou ont de grands griefs à lui faire, comme moi-même. Le ‘devoir patriotique’ ne va pas jusqu’à l’aveuglement patriotique, car il faut être aveugle, se cacher les yeux pour ne pas voir, que l’Allemagne sera toujours ‘deutschland über alles’; entre l’impéralisme anglais (qui est un fait indubitable) et l’impéralisme allemand, le Français n’hésite pas. Comme je ne sais pas qui le disait ces jours derniers, à cette radio anglaise, qu’on entend avec joie, quand on a entendu notre radio nationale, qui veut nous faire passer les boches comme des gens dignes de foi et même dignes de la victoire, il semble vraiment que les Français ont perdu ‘toute lucidité et même tout sens moral’.

Nous avons tous compris, quand dans des formules heureuses, comme vous en avez le secret, vou avez demandé au vainqueur de ‘dominer sa victoire, comme nous saurons dominer notre défaite’, mais nous avons eu la nette impression que vous étiez vous même sceptique, comme nous admettons parfaitement que vous soyiez obligé de parler de collaboration, que vous semblez vous résigner à ne ‘tenter’ que du bout des lèvres comme dirait notre ignorble concitoyen Mr de Lesdain dans L’Illustration.

Comment, Monsieur le Maréchal, les Français ‘ne s’interrogeraient-ils pas sur ce qui se passe et sur ce que vous pensez au fond de vous même après ‘l’incident Laval’, qui ne fut pas un incident, mais un événement plus que sensationnel, et je vous l’affirme, ce jour là votre popularité en a grandi dans la masse, car je le crois fermement, s’il y a 90% des Français qui souhaitent la victoire anglaise, la plupart, même ceux, qui comme moi, je le dis franchement, désapprouvent l’affreuse capitulation totale de juin, souhaitent que vous restiez ‘le chef’. Dans les nombreux contacts que vous avez eu déjà avec la foule, vous ne vous êtes sûrement pas mépris sur les significations des acclamations, qui vont au brave homme que vous êtes et c’est à  vous qu’on fait confiance et non pas à tous ceux qui voudraient vous entrainer, là où ‘l’honneur’ vous empêche d’aller.

Je ne sais, Monsieur le Maréchal, si les autorités de Marseille vous ont fait des rapports détaillés et exacts des manifestations qui se sont déroulées, pendant 2 jours durant, à la Canebière et au monument près de la Préfecture, le jour où on a appris l’avènement du jeune roi Pierre de Serbie, mais, vous pouvez en croire un Vieux Français, comme moi, ancien combattant, ancien officier de la guerre 1914, chevalier de la légion d’honneur et qui a la prétention d’être resté un patriote 100% malgré son adhésion fervente à la ‘dissidence’, ce fut une manifestation d’une spontanéité touchante, mais tout à fait symptomatique. Les journaux n’ont pu faire autrement que de la relater en lui donnant la signification d’un hommage à un mort illustré et comme ayant été surtout la manifestation de yougoslaves présents à Marseille, mais personne parmi les milliers de passants là par hasard ne s’est mépris.

Du matin à la tombée de la nuit ce fut un défilé ininterrompu de gens de toutes conditions, de toutes opinions même, je l’ai constaté qui venaient déposer des gerbes de fleurs, qui s’ammassaient à la grande surprise de tous les assisstants, mais oui, à la grande surprise de tous, car on finissait par croire que nous étions tous devenus des pleutres. Je me suis promené le matin et l’après-midi dans cette foule grouillante, où on voyait des larmes dans les yeux de jeunes et de vieux qui chantaient la ‘Marseillaise’ qui paraissait comme un chant séditieux, puisque la police et les agents en civils, faisaient des efforts, intelligemment persuasifs, pour faire circuler ces choristes. La police, il faut lui rendre hommage, a été d’une comprehénsion fort heureuse; on a bien tenté d’empêcher certains porteurs de trop grandes gerbes d’approcher, mais on n’a pas insisté, car il y avait une telle nervosité patriotique que cela aurait pû tourner très mal. Des femmes passaient en tramways et en jettaient les bouquets de fleurs qu’elles avaient à leurs corsages. J’ai vu une femme, petite bonne bourgeoise en chevaux avec un enfant de 3 ans dans les bras, fondre la foule et la haie des agents, l’enfant tenant un bouquet de fleurs et crier: ‘viens, mon petit, tu resteras tout de même français’. Ce tout de même ne voulait il pas dire beaucoup de choses.

Dans un groupe il y avait des anciens combattants de l’autre guerre décorés de croix de guerre et de légion d’honneur qui parlait entre eux et là j’ai constaté que ceux qui applaudissaient frénétiquement les passants apportant des fleurs se proclamaient aussi vos fermes soutiens; ils ont certainement dû vous acclamer quelques semaines avant au même endroit.

L’un d’eux s’exclamait:  ‘Enfin, on respire un peu, on étouffait’. Cela aussi en dit bien long...

J’ai tenu, Monsieur le Maréchal, à vous donner ces détails qui vous prouveront que tous les Français qui vous aiment, ne vous aiment pas de la même manière et pour les mêmes raisons.

Etant désoeuvré je cherche à faire parler tous les gens avec lesquels le hasard me met en contact, et puis vous affirmer, que même dans le peuple, qui souffre du manque de vivres et de tout, on préfère que toutes ces misères continuent et même s’amplifient, plutôt que de voir l’Allemagne victorieuse. Il y a quelques semaines quand les mauvaises nouvelles pleuvaient pour les Italiens, on voyait les gens lisant avidement les journaux et se réjouir de ce commencement de justice immanente, et par contre, en ce moment, on voit les mêmes gens sombres et navrés. Beaucoup de journalistes, beaucoup trop de journalistes prêchent la résignation et vont même jusqu’à dire qu’il faut être réaliste et savoir choisir à temps, comme si vraiment nous devions presque de gaïté de coeur contribuer à ce que, dans notre conviction intime, nous juegeons devoir être notre condamnation à la servitude ou à la mort. La presse dont nous sommes inondés, malgré ses entêtes en gros caractères faisant bien ressortir ou prévoir la défaite prochaine totale de l’Angleterre, révolte la plupart de ses lecteurs; je connais un Colonel d’active et certainement un de vos admirateurs, qui dit en achetant son journal: ‘dire qu’il faut être condamné à lire ces mensonges et ces infâmes raisonnements’.

Le peuple français est trop intelligent pour avaler tout ce qu’on écrit. Ici à Marseille, notamment, on sait bien qu’on nous ment, quand on soutient, comme le sérieux ‘Temps’, que les navires qui arrivent dans le port n’y débarquent que des denrées pour nous et que rien n’est réquisitionné par les occupants, pour nous faire croire que la menace de la famine qui nous attend, n’est due qu’au blocus anglais.

Le ‘Temps’ nous donne le chiffre de tonnages de mouvement de notre port en une semaine, qui prouve qu’il n’est pas inférieur que de 50% environ à la moyenne qu’il y a 1 an et sur la même page il reproduit les déclarations d’un ministre anglais indiquant le chiffre de navires français interceptés depuis janvier, soit une vingtaine de navires; c’est donc faux de crier au scandale et à la famine. On sait bien ici à Marseille ce que l’Allemagne et l’Italie réquisitionnent ou achètent ce qui est la même chose.

Quand est survenue l’affaire de Nemours notre radio et toute la presse ont présenté cet arrasionnement, absolument semblable à ceux que nous pratiquions nous mêmes l’an dernier, comme une ‘attaque injustifiable et on nous a dit qu’il ne s’agissait que de vivres de ravaitaillements transportés de Casablanca à Oran, et quelques jours plus tard 22 des navires arrivaient à Marseille. L’homme de la rue disait dans son gros bon sens: ‘si les navires ne transportaient rien d’autre, il eut été plus simple et plus adroit de se laisser arraisonner, car alors la réclamation du gouvernement aurait été plus forte et légitime’.

En résumé, Monsieur le Maréchal, on nous ment tout le temps.

Il y a peut-être des mensonges patriotiques, comme il y a des mensonges pieux, mais nous avons tous compris ce qui s’est passé en Indochine. L’intégrité de l 'Empire n’est plus qu’un mot; le Japon occupe toutes nos bases maritimes au Tonkin et en Cochinchine et si l’axe triomphe, que pourrons nous faire pour l’empêcher de nous mettre dehors??

Il en est de même, hélas, au Maroc et à Dakar. L’Amiral Darlan et le Général Weygand ont solennellement déclaré que nous défendrons l’Empire partout contre tout agresseur, quel qu’il soit. Ce quel qu’il soit fut interprété comme il devait l’être: une duperie!

Nous devinons tous que les Allemands n’auront pas besoin d’envahir notre Maroc, ils y seront installés, sans coup férir.

En ce moment même, certes, les anglophobes triomphent, par ce que l’Angleterre subit des défaites et de Paris surtout des exergumènes comme M DEAT, qui a toujours été en politique un sauvage et un fou, vous poussent à la collaboration totale, sous prétexte que si nous attendons la victoire finale d’Hitler, celui-ci sera encore plus tenté de ne pas ‘dominer’ sa victoire. Pour tout Français digne de ce nom, n’y a-t-il pas une question préalable, qui doit l’emporter sur toutes les autres, une question de moralité et d’honneur?

Il ne fait pas de doute pour personne, tant en France qu’à l’étranger, que cette guerre a été voulue par Hitler, comme le prouvent les armaments formidables accumulés et leur ligne Siegfried, construite non pas parce qu’ils craignaient un envahissement de notre part, mais parce qu’ils préméditaient d’empêcher les gendarmes du monde que nous étions de venir au secours des peuples qu’ils voulaient envahir et voler; et d’ailleurs son ‘Mein Kampf’ suffit pour établir la préméditation. Et ceci reconnu, nous accepterions de devenir devant l’histoire, Monsieur le Maréchal, l’associé, la complice, la receleuse de ces gangsters mondiaux!

Nous sommes très nombreux qui sommes convaincus que vous sentez bien au fond de vous même comme nous, et je crois qu’il y a quelques mois, vous n’avez pas été loin de reprendre votre liberté, puisqu’on tentait de vous imposer ce que vous considériez comme contraire à l’honneur. Et nous avons été,  à ce moment, des millions de Français à espérer que tout notre Empire allait être de nouveau notre dernier bastion.

Hélas, il semble que de plus en plus vous vous laissez prendre dans l’engrenage, car en outre des fous qui disent croire à la sincérité et à l’intelligence pratique d’Hitler, il y a les bénéficiaires momentanés de la défaite, les Français repus et satisfaits de leurs privilèges et tous ceux qui, comme Maurras, n’envisagent qu’une chose, la réalisation de leur rêve si ancien.

Et cependant malgré l’apparente position critique de l’Angleterre la victoire des Alliés contre ‘les nations de proie et du mal’ l’emportera et encore aujourd’hui, il ne fait pas de doute, que si toute notre flotte, notre aviation et toute notre jeunesse passaient en Afrique, les huns et les maccaronnis seraient jetés à la mer et la guerre serait vite finie car dans ce cas, on verrait l’Amérique ne plus hésiter du tout à donner sa flotte et tous ses avions, sans marcher elle même??

C’est affreusement triste de penser que devant l’histoire vous risquez de ternir votre gloire passée, si vous ne saisissez pas la première occasion de reprendre notre étendard pour le triomphe de la cause juste de tous les pays envahis et spoilés les uns après les autres; Hitler ose enfin affirmer que tout ce qu’il a fait, il ne le voulait pas faire, et qu’il n’a commis tous ces crimes et tous ces vols, que parce que les autres allaient les commettre, c’est vraiment inimaginable que le monde entier ne se soulève pas ensemble contre un tel imposteur, qui ne doit, en somme sa victoire momentanée, que parce que tout cet Attila motorisé s’était préparé depuis des années, et que nous nous sommes trouvés dans la position d’individus surpris par des apaches ou des gangsters armés jusqu’aux dents; pour  avoir la vie sauve, nous avons du lever les bras en l’air, et accepter momentanément toutes ses conditions, mais nous devions attendre le moment favorable de nous évader, quand nous saurons que de l’autre côté il y aura la force armée pour nous faire rendre justice. Ce moment est venu et nous ne devons pas hésiter un instant sous prétextes d’engagements contractés envers les gangsters, qui eux, n’ont pu nous atteindre, que parce qu’ils ont les premiers violé tous leurs engagements envers les pays neutres, comme la Norvège et la Belgique.

Oui, Monsieur le Maréchal, les Français ne cessent de s’interroger et se demandent si nous allons nous obstiner à vouloir être des vaincus et des esclaves. Ils se demandent comment un brave homme comme vous peut laisser répandre dans la zone libre des journaux comme ‘L’Illustration’ qui est devenu un journal allemand, et laisse en première page insérer son autographe qui démontre aux lecteurs que vous approuvez toutes les insanités de J de Lesdain. Vous n’êtes donc pas libre et vous hésitez à vous échapper.

Comment un brave homme comme vous, laisse t’il accomplir les inniquités envers une foule de fonctionnaires honnêtes, et envers même des Juifs qui ont toujours été bons patriotes. Si parmi eux il y avait des Juifs indignes, on pouvait édicter des lois spécialement sévères mais les chasser tous indistinctement de leurs fonctions, même ceux qui sont prisonniers et se sont peut-être conduits en héros, comme on vient de nous le dire, c’est une infamie. J’en ai vu des familles entières, parfaitement honorables obligés de fuir un foyer familial, et qui avaient comme tous les autres rempli leur devoir de bons citoyens. Comment pouvait on seulement imaginer que la France tomberait aussi bas officiellement.

Voilà la France qui à son tour s’abaisse à traiter des hommes comme du bétail; ici à Marseille des policiers prennent plaisir à malmener des étrangers qui n’ont commis aucun délit, que celui d’aimer la France; je connais de pauvres Juifs qui ont déjà vu leurs biens confisqués dans leur pays natal, chassés et traités, comme on ne traite pas des chiens, et qui ici se voient menés au commissariat où on les a roués de coups sous des prétextes absurdes. Un jeune Belge israélite qui en Belgique avait fait plus que son devoir et avait même accompli des missions extrêmement dangereuses, m’a raconté comment il a été reçu, maltraité et injurié par un adjoint du capitaine du port, dont il avait besoin du visa pour la sortie. J’ai appris que plus que jamais la prévarication sévit d’une façon monstruese, partout auprès des autorités occupantes et des autorités françaises avec des milliers de francs on obtient tout ce qu’on veut. Le fonctionnaire est roi et il y a des marchés noirs pour les passeports, les permis, les certificats, comme pour les vivires. Même chez les ‘valeureux compagnons’ il règne une mentalité plus que douteuse; ceux qui les emploient les payent ou les nourissent si mal, qu’ils vont voler et piller le soir un peu partout.

Dans les petites villes beaucoup de légionnaires agissent aussi en maîtres et cherchent à organiser la délation et l’espionnage, même quelque fois dans leurs propres familles. Je ne vois pas du tout avec ces moeurs revenir la discipline et l’esprit de famille.

Je vois l’avenir très sombre, car les innombrables familles qui sont victimes de cette  organisation nazie, disons le mot, et même simplement de ces nombreux faits du prince grossissent chaque jour l’immense masse révolutionnaire et à quelle affreuse guerre civile allons nous???

Je lis chaque jour de nombreux journaux depuis l’Effort à l’Action Française et on constate que l’unité française est loin de se faire. Comment peut on espérer empêcher dans de telles conditions la grande majorité des Français d’écouter la radio anglaise; je connais des quantités de familles où on ne veut plus écouter notre radio, où on ne donne que les extraits des journaux boches et italiens. Sommes nous donc devenus fous de laisser imprimer de telles inepties concernant la ‘collaboration’. Comment peut on être assez naïf de supposer une seconde qu’Hitler après une victoire totale nous ménagera et consentira à une juste et loyale collaboration, alors qu’il écrit à l’avance ce qu’il fera de notre malheureux pays. Il faudrait vraiment qu’il fut devenu un saint, alors qu’il est patent que c’est un imposteur, un menteur, un fourbe. Certes il voit bien le danger qui le menace si l’Angleterre n’est pas vaincue totalement avant 5 mois, et de même qu’il n’a pas hésité à se lier avec le diable (Staline) il est parfaitement capable de renoncer pour le moment à la plupart de ses intentions contre nous pour obtenir le Maroc, la Syrie et la Tunisie, qu’il conviendrait à administrer avec nous?????

Je le repète, sommes nous devenus fous. Mais alors que faire, me répondra t’on??

 Il n’y a pas à hésiter, obtenir de Roosevelt l’engagement d’intervenir militairement avec nous, dès que vous aurez donné le signal du chef du soulèvement général de l’Empire. En quelques semaines toute l’Afrique sera vidée de tous les Allemands et Italiens qui y sont, et le jour serait proche où ici, après avoir sans doute souffert de la faim, nous nous joindrons tous aux alliés qui envahiront la France en Méditerrannée et sur l’Océan avec des milliers de chars et des dizaines de milliers d’avions.

Si vous faisiez cela, Monsieur le Maréchal, la France et le civilisation seraient sauvées et quelle gloire s’ajouterait à votre nom.

Hitler se vante d’occuper toute l’Europe et d’en être le maître, alors que sans aucun doute, on assisterait au déchaînement de tous ces peuples qui n’ont cédé qu’à ‘la peur et à l’effroi’.

C’est alors, Monsieur le Maréchal, que vous aurez réalisé l’Unité Française et que nous verrons un nouveau Massilia que les Laval et cie s’empresseront d’affrêter pour se sauver avec leur honte et leur ignominie.

Un Français 100% très respectueusement.
 

 

TOP OF PAGE

VICHY WEB HOME

NAVIGATOR

 

Archives Nationales [AN] 3AG/2/232

Forces navales France Libre, Etat-Major

20/6/41

Extraits d'une lettre expédiée du Maroc le 20/6/41 et adressée à un Officier des FNFL

[...].

Chose curieuse, nombreux sont ceux qui vénèrent la personne du Maréchal Pétain, mais qui n'approuvent nullement la politique de son gouvernement: c'est même, je crois, le cas le plus fréquent.

 

TOP OF PAGE

VICHY WEB HOME

NAVIGATOR

 

Archives Nationales [AN] 3AG/2/322

Honneur et Patrie, rapport hebdomadaire

Semaine du 23-28/6/41.

Extrait d'une lettre de Helène Lambaud, 8 rue Braille, Marseille (le 14/5/41) à son frère R.S. Tunmer, C/O Free French forces

[...].

Me croirais-tu si je te disais que je connais l'un des marins à bord de l'Ark Royal et que l'année dernière avant la débâcle de la France je lui ai envoyé une petite statuette de N.D de la Garde et que cette statue est à bord, et que par conséquent le navire et l'équipage sont bénis.

 

 

TOP OF PAGE

VICHY WEB HOME

NAVIGATOR

Archives Nationales [AN] 2AG 520 CC 104 H

1/7/41

Préfecture de Police

Le Préfet de Police (Bard) à M.L'Amiral de la Flotte, Ministre, Secrétaire d'Etat à l'Intérieur

RAPPORT MENSUEL

 

III-Activité communiste

[...] certes, la répression policière s'accentue parallèlement ainsi qu'en font foi les rapports statistiques qui vous ont été communiqués, mais il est indispensable de rappeler que la contre propagande qui serait absolument nécessaire est pratiquement insuffisante. [...].

D'autre part, il est à signaler que la répression judiciaire ne s'exerce pas avec la même rigueur que la répression policière. Le décret du 26/9/39 réprimant les menées communistes prévoit bien des peines d'emprisonnement d'un an à cinq ans, mais pratiquement, depuis l'occupation, le tribunal prononce généralement des peines de quatre, six ou huit mois de prison, souvent même avec bénéfice du sursis. [...].

Les responsables communistes s'attachent principalement à reprendre en main les syndicats encore incertains de leurs moyens d'existence et d'action, désorientés ou irrités par l'attente d'une charte du travail sans cesse annoncée et sans cesse retardée et qu'ils ne croient pas devoir leur être favorable. [...].

VI-Conclusion

Pour me résumer, si j'ai dit au début de ce rapport que l'état d'esprit de la population parisienne était fonction de misères matérielles et morales très grandes, je crois pouvoir affirmer qu'elle souffre beaucoup plus encore de ne pouvoir extérioriser son patriotisme.

Personne ne peut échapper au poids qui pèse sur les coeurs quand on traverse le Paris d'aujourd'hui, sans drapeaux, sans soldats, sans marseillaise.

Je reste persuadé que toute cette foule est prête à la première occasion à donner le témoignage de son amour de la France que personnifie toujours pour elle le Maréchal.

 

TOP OF PAGE

VICHY WEB HOME

NAVIGATOR

 

Archives Départementales des Bouches-du-Rhône M6 11073

Renseignements Généraux (Political Police) :  Bulletin Hebdomaire de Renseignements

Marseille, 6/4/43 

semaine du 28 Mars au 3 Avril 1943

no 3334

(....)

a/ L'opinion et la politique du gouvernement

Rien de changé dans cet ordre d'idées: le mot 'collaboration' est tenu pour l'équivalent du mot 'asservissement'; les modifications apportées à la composition du Gouvernement ont laissé la population indifférente; tout ce qui est fait par nos dirigeants est l'objet de critiques systématiques; les administrations sont tour à tour sur la sellette: ravitaillement, production industriellle, agriculture, main d'oeuvre, défense passive, radio, affaires juives, etc... rien n'échappe à l'aigreur de l'opinion. Toutefois, beaucoup d'intellectuels déplorent la désunion des Français dans laquelle ils voient la facteur essentiel de la situation actuelle ('battus, mais unis nous aurions réprésenté une force'...)

(....)

TOP OF PAGE

VICHY WEB HOME

NAVIGATOR

 

Archives Nationales [AN] AJ41/257

Synthèse des rapports de gendarmerie zone sud

Aperçu d'ensemble

Sept 1943

La résistance s'est encore accentuée et tend à devenir générale à l'égard des autorités occupantes et des décisions gouvernementales.

La politique du gouvernement est de plus en plus réprouvée. A l'autorité légale, a tendance à se substituer en fait, l'influence des "comités de Résistance" qui gagne de proche en proche tous les milieux.

 

Oct 1943

[...] Malgré la lassitude, la masse des déprimés et des sous-alimentés convaincue de l'impuissance du gouvernement à apporter une amélioration notable à son sort, gronde contre les trafics généralisés dont elle seule souffre; l'hostilité contre les privilégiés égoïstes (cultivateurs, commerçants) est habituellement exploitée par les éléments extrémistes qui y découvrent un nouvel argument pour la lutte des classes.

Les rigueurs policières des autorités allemandes exercées sous le prétexte de l'agitation intérieure préjudiciable à la sécurité des troupes d'opérations, entretiennent un climat de méfiance ou de crainte et renforcent la haine populaire contre l'occupant.

Au total subsiste la volonté de résistance à l'occupant et au gouvernement ce dernier étant considéré comme placé sans l'étroite dépendance des autorités allemandes et comme appelé à disparaître automatiquement à la libération du territoire.

 

Nov 1943

[...] le calme tout relatif n'est qu'apparent et commandé par la crainte de l'occupant dont les actions policières engendrent des haines farouches sans cesse croissantes.

Le mécontentent exprimé par les classes laborieuses et moyennes traduit non seulement la lassitude mais surtout un profond malaise intérieur et une atmosphère d'insoumission qui risquent de dégénérer spontanément en révolte quand le moment favorable sera venu.

 

TOP OF PAGE

VICHY WEB HOME

NAVIGATOR

Extract from Marseille police report concerning public opinion towards resistance

Source: Archives Départementales  des Bouches-du-Rhône (AD BDR) M6 11079, Bulletin Hebdomadaire des Renseignements Généraux, 10-16/1/44.

(...) la position de l'opinion vis-à-vis du "banditisme" et de sa répression reste assez incertaine. Si quelques milieux bourgeois effrayés par le communisme sont prêts à applaudir à toutes mesures de force prises contre les terroristes, beaucoup de Français font remarquer que ce terme de "terroristes" englobe malheureusement de nombreux patriotes sincères, qui, sans arrière pensée, croirent lutter uniquement pour l'avenir de notre pays. Aussi tout en réprouvant les attentats injustifiés et les meutres inutiles, on excuse cependant bien souvent les faits et les gestes des "Jeunes Maquis" (...)

TOP OF PAGE

VICHY WEB HOME

NAVIGATOR

 

 

NAVIGATOR

Click on the links below to move to other parts of the Vichy-Web

General Info about France during 

World War 2

Recent and forth-coming events

Book Reviews

General Links to Other Vichy related sites
General Chronology General Bibliography
Abbreviations 

Contacts and Addresses

Archives, Libraries & Research Centres

Museums

Scholars

Second World War France by Themes

Historical reference The road to defeat The Occupiers & their policies
Vichy Governments

 

Vichy Administrations & Organisations

 

Collaborators & Collaborationnists Vichy Police Deportation and Persecution

 

Propaganda Public Opinion

 

Everyday Life Cultural and Artistic Life Sport

 

Gender

 

The French Empire at war  

 

Resistance The Allies in France, The Allies and France Liberation 
Post-war Reconstruction Historiography and Memory

Page maintained by 

Simon Kitson 

French Studies, University of Birmingham,

Edgbaston, B15 2TT,

West Midlands, UK

s.k.kitson@bham.ac.uk