Simon Kitson's

 

 

VICHY WEB

 

 

THE VICHY GOVERNMENT

 

Welcome to Simon Kitson's Vichy Web. This page presents some information on this subject. It is currently divided into the following sections, (although there are plans to develop it further over time):

 

 

INTRODUCTION

 

DEBATES & COMMENTS

Henry Rousso on the legacy of Vichy's Révolution Nationale

 

INFORMATION

The Vichy government in a wider historical context

Vichy Governments

Ministry of Foreign Affairs

Ministry of Interior

Justice Ministry

Education Ministry

Ministry of Finance and the Economy

Ministry of Employment 

Ministry of Industrial Production

DOCUMENTATION

Pétain's speech of 17 June 1940

Franco-German Armistice, 1940

Franco-Italian Armistice, 1940

Constitutional Acts founding Vichy government

The Vichy hymn 'Maréchal, nous voilà'

Le Chant du Secours National

Police report concerning Pétain's views in 1941

Letter from Pierre Laval to Von Ribbentrop, 12 May 1942

Pierre Laval's radio broadcast of 22 June 1942

Pétain's protest about German arrest of General Weygand

Pétain's 'shield' letter, 1944

LINKS

Links to sites concerning collaboration & Vichy ministers

 

Any suggestions on improvements or supplements to this page will be gratefully received at s.k.kitson@bham.ac.uk

 

INTRODUCTION

Vichy’s Intellectual Origins

 

In terms of political philosophy Vichy was a diverse regime with its Ministers drawn from several different currents, ranging between traditionalists and modernisers. It is important to take this into account when considering the politics of Vichy. Also one should bear in mind that its politics evolved over time with the traditionalists dominating at the outset but by 1944 a fascist-inspired current was clearly in evidence. Owing to increasing German pressure Vichy’s political autonomy declined with time with the result that its autonomous political philosophy increasingly took a back seat.  

Vichy’s traditionalist philosophy originated with the writers who had articulated a spiritual challenge to Revolutionary France. Many of these were associated with the nationalism of the beginning of the 20th century. The nationalist writer Maurice Barrès had written of France as an organic society whose key values were a respect for her ancestry and the values of rural culture in opposition to the materialist rootlessness of urban, industrialised society. Prominent amongst the nationalists of the early 20th Century was the monarchist Charles Maurras (1868-1952) who founded the far right organisation ‘Action Française’ which was to be a key influence on the traditionalists at Vichy. Maurras insisted on the concept of there being a ‘true France’ from which the forces of the ‘anti-France’ should be excluded. Maurras defined the ‘anti-France’ in terms of Socialists, Radical Republicans, Freemasons, Protestants, foreigners and Jews. Within Vichy nationalism there was a clear anti-Semitic current which was reminiscent of the writings of anti-Dreyfusards such as Edouard Drumont at the turn of the century.

 More recent influences included the nationalist movements of the 1930s, such the Croix de Feu.

 The regime was also influenced by the authoritarian, nationalist movements which had been established in Italy under Mussolini, in Germany under Hitler, in Spain under Franco and in Portugal under Salazar. Franco and Salazar were particular points of reference for the traditionalists at Vichy. There are clearly a number of themes common to these authoritarian regimes and Vichy: the cult of the leader, the growth of police repression, a redefining of notions of justice, the rejection of liberal democracy, hostility towards both capitalism and socialism and the theme of national regeneration. However there are some important differences between Vichy and the fascist regimes, particularly that of Germany. Vichy did not challenge traditional hierarchies in the way the Nazis did. Although Vichy may have used violence in its police repression, war and violence were not celebrated in the same way as under the Nazis. Also whilst both Vichy and the Nazis tried to indoctrinate the young, youth and dynamism were fundaments of the Nazi regime itself whereas Vichy was a gerontocracy (government by old men). Vichy ministers, with a few exceptions, rejected totalitarianism on the Nazi model and the idea of a single party or a single youth group.   

In the economic sphere Vichy also drew on the knowledge of the technocrats. These were specialist experts often with a non-conformist leaning. Edouard Daladier’s government in the late 1930s had already facilitated the entry of such experts into the corridors of power in an attempt to maximise productivity. The same search for economic efficiency encouraged the opening up of some of the economic ministries to technocrats during the Vichy years. These technocrats were clearly modernisers and therefore stand in apparent opposition to the traditionalist philosophies which dominated so much of Vichy’s early discourse.

 Vichy was also strongly influenced by the Veteran associations of the inter-war period. As there were so many people who had suffered as a consequence of World War One these veterans associations formed a powerful lobby group.

 Finally, although Vichy was very much a right wing government there were a few dissidents from the left, (such as the radical Georges Bonnet or the socialist Paul Faure), who were attracted to Vichy. These were individuals whose relations with the communists or the socialists had gone sour. Often their motivation for joining forces with Vichy was inspired partly by a strong pacifism. Vichy generally presented itself as the guarantor of peace, a possibility for France to stay out of the conflict. This touched a nerve with many, including some dissidents from the left.

 

The National Revolution

 

What was the National Revolution?

 

It was basically a set of anti-Republican principles which formed the framework of Vichy’s political philosophy. It is usually used to describe the political philosophy which Vichy tried to apply in the period between the end of 1940 and the end of 1941 when it enjoyed a large degree of autonomy in the unoccupied zone. It became an increasingly marginalised set of values after that.

 

Origins of the term

 

The expression ‘Révolution Nationale’ originally appeared in 1924 as the title of a book by Georges Valois, leader of the pro-fascist Faisceau and in the political discourse of the interwar extreme right movement Jeunesses Patriotiques led by Pierre Taittinger.

 Pétain never really liked the term- he preferred ‘Redressement National’ or ‘Rénovation Française’.

 

The purpose of the National Revolution

 

The traditionalist right at Vichy became convinced that French defeat was a punishment for years of easily living and decadence- years in which she had placed the notion of rights before that of duties, where the people had lost the fundamental French values and been unwilling to sacrifice themselves. The National Revolution was thus an attempt to regenerate France by promoting what Vichy considered should be the key values of French society.

 

 

The ideals of the National Revolution

Return to traditional French values

 

Rural

One of the slogans used by the Vichy government was ‘Le retour à la terre’ (‘the return  to the land’)- an expression borrowed from the title of a 1905 book by a former Minister of Agriculture Jules Méline. The government looked to promote rural values and peasant culture. It tapped into traditional right wing philosophy seeing the countryside as the true France. It therefore encouraged outdoor life through youth camps in the countryside.

 

Pétain was himself the son of a farming family and therefore the regime’s propaganda liked to present him as the ‘maréchal paysan’.

 

Regionalism

Vichy called into question the Jacobin centralism which had been a feature of much of post-revolutionary thought. On 11 July 1940, in one of his early speeches Pétain,  highlighted his desire to return to the traditional French provinces. However, although Vichy did create a new administrative level in April 1941 in the shape of the regional Prefects, the Republican départements were not abolished.

 

Family

Concern about low birth rates in France actually pre-dated the war as can be seen in the ‘Code de la Famille’, legislation from July 1939 designed to encourage higher birth rates.

The 1940 defeat clearly added to these concerns. In a speech of 20 June 1940 Pétain attributed to France’s low birth-rate a central role in her defeat: ‘Trop peu d’enfants, trop peu d’armes, trop peu d’alliés, voila les causes de notre défaite’.

 

Vichy was going to take pro-natalist efforts much further than the Republic had. It saw the family as the essential unit of French society. It was here that moral values should be learnt. Vichy was keen to promote family values and to promote large families. Divorces were made more difficult to obtain and the adultery of wives of prisoners of war was punished by the State. Vichy legislation encouraged women to stay in the home and breed and much greater emphasis was placed on Mothers’ Day celebrations. Fathers of large families were glorified and received financial rewards. The Vichy regime also developed much harsher laws against abortion. Although abortion was already illegal before the war by a law of September 1941 practising abortion became a capital offence and two individuals were executed for it (of whom the most famous was Marie-Louise Giraud, guillotoined in 1943).  

 

Religion

Vichy clearly found religion a useful message to promote because inherent in the Christian religion was the principle that out of suffering could come greatness. Just as Christ’s sufferings had been salutatory, so French suffering following defeat could allow the country to regenerate and reconnect with its national purpose. 

Vichy saw the Catholic church was seen as a model for moral leadership. There were some early attempts to re-impose catholic education in state schools but these were rapidly abandoned.

Although Vichy often found itself in opposition to Protestants, Pétain saw religious structures, whether they be catholic or protestant, as ways of promoting disciplined lifestyles and moral values.

 

 

Abolition of some Republican values

 

Vichy attacked some of the symbols of the Republic. The statues of the peasant girl Marianne, the symbol of Republican liberties, had traditionally been very visible in town halls in France. However, these were often removed under Vichy to be replaced with the bust of Marshal Pétain. Many street names which contained republican references were replaced by names containing references more appropriate to the current regime.

 

However it should be noted that Vichy didn’t do away with all aspects of Revolutionary symbolism. For example, the Republican colours of red, white and blue can often be seen in official propaganda and the Marseillaise was still used in the southern zone although often the new regime preferred its own hymn entitled Maréchal nous voilà’. The 14 July continued to be a national holiday.

 

Vichy did not just attack Republican symbolism but also more fundamental Republican values.

 

The Republican triptych ‘Liberté, Egalité, Fraternité’ was replaced with ‘Travail, Famille, Patrie’- a slogan which had been used by the nationalist Croix de Feu movement in the 1930s .

 

Many traditional freedoms were abolished. It became much easier to intern people without recourse to the legal process. There was a massive expansion in police numbers, as the regime cracked down on its opponents.

 

Censorship grew massively in the media to such an extent that ideas hostile to the current political regime were effectively banned from legally authorised publications and could only exist if shrouded in ambiguity or if published in clandestine publications.

 

Vichy rejected the parliamentary system because Pétain and many of his supporters had a long-standing dislike of parliament. It persuaded senators and deputies to vote full powers to Pétain on 10 July 1940 and the parliament was never called again during the four years of the Vichy government. No elections were allowed to take place in the period 1940-44. The new government was strongly opposed to the principle of democracy and removed from office some mayors and civil servants known for their opposition to the new ideals. From August 1941 political parties were banned from engaging in all political activity.

 

Vichy held the Third Republic, the regime which existed in France between 1870 and 1940, responsible for the defeat of France and on 30 July 1940 it began to prepare legal proceedings against the leaders of the last years of the Third Republic, who were interned from September 1940. A special court was set up in the town of Riom near Vichy to organise a show trial of these leaders. This court met between February and April 1942 but it was an extraordinary parody of justice. The accused were allowed no defence councils and Pétain publicly declared their guilt before the court was even set up. However, the trial became a massive embarrassment for Vichy because two of the accused, former Prime Ministers Léon Blum and Edouard Daladier managed to successfully turn the tables on their accusers by showing that responsibility for the defeat lay with the military leadership of the early 1930s and in particular Marshal Pétain and General Weygand.

 

 

Anti-egalitarianism

 

Vichy ministers generally shared a philosophy that people should know their place in society and should not seek equality with their hierarchical superiors. This involved a rejection of the notion of class struggle which they considered as a source of division within the country. This was in stark contrast to the Republic for which equality was a key value.

 

 

Authority

 

Vichy stressed the need for a strong political executive and insisted on an extension of the prerogatives of the state allowing for greater state intervention.

 

Ministers and civil servants were obliged to take an oath of loyalty to the head of state from January 1941 and this was extended to other civil servants from August 1941.

 

Vichy also tried actively to promote elites by setting up specialist training schools- such as the Ecole des cadres d’Uriage.

 

Vichy’s political platform- Fighting the ‘Anti-France’

 

The traditionalists at Vichy had a Maurrassian concept of the nation- it should be a closed, homogenous community. Vichy identified a number of categories who it viewed as representing the ‘Anti-France’- groupings that it held responsible for undermining the integrity of French society leading it to military defeat in 1940.

 

The first group of outcasts were foreigners

Soon after coming to power Vichy began implementing xenophobic policy. Foreigners who had obtained French nationality through the process of naturalisation in the interwar years now saw their status as French citizens contested. Those naturalised since 1927 were stripped of their rights by a law of 22 July 1940 which took French nationality away from 15000 individuals who had benefited under the terms of the 1927 legislation. The Marchandeau law of the late 1930s which had forbidden xenophobic propaganda was scrapped. 

 

 

Jews were also singled out for marginalisation

The Jews had been emancipated during the 1789 Revolution but this did not prevent the continuance of an indigenous anti-Semitic tradition in France.

This was seen most clearly in the Dreyfus affair. At the end for the 19th century an army captain, the Jew Alfred Dreyfus, was wrongly accused of spying for the Germans. This divided the public into an anti-Semitic camp which viewed the affair as an opportunity to attack both the Jews and the Republican tradition which had emancipated them and a Dreyfusard camp determined to fight for equal rights and to defend the rights of an individual wrongly accused. The Dreyfusard camp won but anti-Dreyfusards remained vocal.

The 1930’s and the defeat further harnessed anti-semitism.

Throughout the 1930s large numbers of Jews came into France to escape persecution in Central Europe or Italy. This undoubtedly put a strain on French resources.

Some French people felt that these Jews were trying to drag France into a war with Germany.

Others viewed them with suspicion because of their central European nationality- it was feared they could be using the cover of refugees to spy for Germany.

The Daladier government interned many foreigners in 1939-40, including a number of Jews who had fled fascism. Daladier’s government was concerned for National Security, even if most of these foreigners were anti-nazis it was possible that some may be spying for Germany.

Vichy defined Jews as second class citizens and set up a special administration, known as a Commissariat, to deal with Jewish affairs.

 

 

Free Masons were subject to exclusion

By the law of 13 August 1940, secret societies were banned. This meant that Masonic lodges were dissolved and free masons were dismissed from certain jobs for example from August 1941 free masons were excluded from the civil service. Free masons were required to declare themselves. Names of Free Masons were made public in the government’s official publication, the Journal Officiel.

Free masonry in France was associated with educational reform and anti-clericalism and hence free-masons tended to be on the political left.

The Free masons tended towards hostility against both the catholic church and right wing politics.

 

 

Communists

Vichy encouraged a hunting down of communists and tended to see Communist conspiracies everywhere

A close watch was kept on communists and those who were viewed as dangerous were interned or catalogued in a special document known as a ‘liste S’

 

Trade unionists

In August 1940 all trade union organisations were dissolved. Vichy also abolished the right to strike. This can be seen as a revenge on the Popular Front period (1936-1938) when workers had forced employers to make concessions by engaging in a massive general strike in June 1936.

 

 

Vichy’s main supporters

 

The Armistice Army

The French army was restricted to 100,000 men by the terms of the armistice. Those who were allowed to continue their military careers were generally those who were favourable to the regime. Although Vichy did not celebrate military violence (one line in Maréchal nous voilà’ even declaring ‘La Guerre est inhumaine’) the regime was generally marked by an attempt to restore the prestige of the army with many ministries being held by Generals and Admirals. It seems that many in the armistice army responded favourably to this.

 

War Veterans

Given the importance of world war One in the memories of inter-war French people it is no surprise that the Veterans’ associations should have formed a powerful lobby between the wars. On 29 August 1940 Vichy amalgamated all the existing Veterans’ associations into a single grouping, known as the Légion des Anciens Combattants. This organisation was designed to act as a sort of go-between between the regime and the French people. It was supposed to transmit the ideas of the regime to the French people but at the same time to act as ‘les yeux et les oreilles du Maréchal’ (‘the eyes and the ears of the marshal’). The Germans, however, banned the association in the northern zone.

 

The Légion became increasingly divided as a section within it radicalised. Its more dynamic elements formed a black-shirted pseudo-fascist group called the Service d’Ordre Légionnaire (SOL) in January 1942. The SOL radicalised still further in January 1943 and became the Milice Française.

 

Catholics

One of the major divisions in Third Republic France had revolved around questions of religion versus secularism and Catholics had often been marked by their ambivalence, sometimes even outright hostility, towards the Republic. They saw Republican France as persistently chipping away at their privileges and were angered at the reduction of the role of Catholicism within the education system. Much of the Catholic hierarchy hoped that Vichy, which was promoting catholic values, would give the church back much of its traditional influence. Although Catholics were initially often firm supporters of Vichy they generally had reservations about the Nazis, because the Nazis were thought to be persecuted Catholic priests in Germany. 

 

Catholic youth groups, such as the JOC and the JAC, were encouraged to promote the ideals of the Vichy regime.

 

Peasants

Vichy endlessly sung the praises of the peasantry in the early years of the regime. Peasants could therefore hope for an input of resources and a shift away from the Radical Republican practice of promoting more urban values.

 

Business leaders

The Vichy regime offered business leaders the chance to gain a revenge for the Popular Front period which had been marked by strikes and employers’ concessions to the workers. However, Vichy’s failure to protect industry from the worst of German requisitioning, in particular that of skilled workers from 1942, caused a cooling of relations in some sectors of industry.

 

 

Why did the National Revolution fail?

 

Ultimately Vichy was never in as strong a position to impose its values on society as either Mussolini or Hitler. Mussolini had the advantage of political longevity, having come to power in the 1920s. Hitler was not only in power for 12 years- allowing ample time to introduce reforms- but he was also at the head of a state which enjoyed many military successes which clearly encouraged adhesion (at least temporarily) to the regime. The Vichy regime was only in power for four years and its situation was always accompanied by the constraints of being a defeated nation and a partially occupied power.

 

Although Vichy did initially enjoy a large degree of autonomy in the unoccupied zone it was always subject to some German pressure. Getting its policies applied in the northern, occupied, zones was subject to German agreement. This ultimately hampered its freedom to act as pleased.

 

Many aspects of the National Revolution became impossible to implement for practical reasons. For instance Vichy wanted to encourage women to stay in the home and introduced legislation in October 1940 restricting their access to the labour market. However, the government soon faced serious labour shortages caused by the continued captivity in Germany of more than one million French Prisoners of War and, particularly from the summer of 1942, the departure of workers for voluntary and forced labour schemes (the Relève, Relève Obligatoire and the Service du Travail Obligatoire). For this reason the government was forced to accept women into the work force in ever greater numbers. Indeed female employment reached unprecedented levels.

 

Vichy had initially tried to portray itself as a government of unity. However, many of the measures of the National Revolution were clearly right wing and many were divisive with the result that they made Vichy appear as a sectarian government. Although anti-republican measures of the sort introduced by Vichy drew on traditions inherent in the country, this anti-republicanism was a minority current. In the 65 years since the Third Republic’s constitution had first been drafted people had got so used to the idea of freedom that they resented losing those freedoms now. When Pierre Laval returned to power in April 1942 he began his second Vichy premiership with the promise "nous nous efforcerons de vous rendre cette liberté à laquelle vous êtes si justement et si profondément attachés"[1]- a promise he then clearly failed to honour. The government’s liberticidal policies clearly flew in the face of public aspirations. When Vichy tried to reintroduce catholic education in state schools it was quickly forced by public opposition to back-track on the idea. Some Republican values were clearly firmly entrenched. Besides, in the eyes of much of the public Vichy was spending too much time in trying to impose its values on society and not enough in trying to overcome their material hardships.

 

Although Vichy did purge its administrations of some of the most fervent pro-Republicans, it was clear that it could not take this procedure too far, because it relied on the professional expertise of its civil servants to enact its policies. Many of these officials within Vichy regimes were essentially pro-Republican and therefore unlikely to feel any lasting attachment to the National Revolution- leastways not once the shock of the initial defeat had begun to subside[2].

 

Some categories who were initial supporters of the National Revolution became increasingly sceptical. Although peasants might have been flattered by the place they held in Vichy discourse what they really wanted was fertiliser and new machinery- things which Vichy proved incapable of providing in sufficient quantities. Some fascists, like Marcel Déat, who were initially prepared to engage with Vichy’s project rapidly found it too tame and reactionary and so developed their own structures which ran in competition to Vichy.

 

It should be noted that not all Vichy ministers felt that enthusiastic about the National Revolution. Laval, for instance, viewed it with some disdain. He was much more interested in negotiating collaboration than with busying himself with reactionary political reforms. As his influence grew so the importance attached to the traditionalist Vichy programme declined. Increasingly Vichy became more concerned with negotiating collaboration than organising internal reforms. The National Revolution project thus became increasingly sidelined and was referred to rarely after the winter of 1941-42.

  

 



[1] Fred Kupferman, Laval, 1883-1945, Paris, Flammarion, 1983, p 323.

[2] In 1942 a Swedish newspaper commenting on France claimed perceptively that the lack of a more profound purge of Vichy administrations was one of the main reasons for the failure of the Révolution nationale, claiming that: "if the old badly-cleansed bottle with the new label is filled with old sour wine, with little new, the result is that the whole bottle becomes sour": Stockholms-Tidningen, 15 September 1942.

 

 

 

 

DEBATES & COMMENTS

Henry Rousso on the legacy of Vichy's Révolution Nationale

Extract from Henry Rousso, 'Qu'est ce que la 'Révolution Nationale'', L'Histoire, no 129, January 1990, pp 101-102

(....)

Au total la Révolution Nationale est restée une oeuvre inachevée, fragile et.... détestée. L'évolution du conflit la range après 1942 au second plan des priorités. L'effondrement du régime l'envoie définitivement dans l'enfer des idéologies du désastre. Pourtant, nombre de transformations ont été reprises à la Libération et sont entrées dans les moeurs, quitte à subir un ravalement.

Là où Vichy a poursuivi, en l'intensifiant, l'oeuvre de ses prédecesseurs, Front Populaire y compris, il a laissé une trace plus ou moins durable. C'est du moins vérifiable dans le domaine de la politique économique, de la politique d'éducation après 1941, de la politique familiale ou encore de la politique sportive. C'est vrai également de la création de 'régions' et de la prise en compte du concept de décentralisation comme des réformes de l'appareil d'Etat. En revanche, là où la Révolution nationale a cherché ouvertement et brutalement la rupture avec l'ordre ancien, elle a connu des échecs relativement cuisants. La politique d'exclusion, notamment à l'égard des Juifs, qui se transformera en répression en 1941-42, marque une étape décisive dans l'évolution défavorable de l'opinion.

(....)

 

 

The Vichy government in a wider historical context

 

As can be seen from the list of French regimes since 1789 Republican and Monarchical regimes competed for power throughout the 19th century. Since 1870, however, French politics have been dominated by republican regimes with only Vichy standing out as an overtly anti-democratic government. 
 

1789-92 constitutional monarchy: King’s powers limited by National Assembly

1792-1804 First Republic: elected National Assembly, but political power resides successively with the Committee of Public Safety (1793-95), the Directorate (1795-99) and the Consulate (1799-1804)

1804-15 First Empire: rule of Napoleon 1, legitimised by (rigged) plebisicites

1815-30 Restoration monarchy: Bourbon monarchy of Louis XVIII and Charles X, plus a parliament with limited powers

1830-48 Orleanist monarchy: contitutional monarchy with ministers responsible to a parliament elected by limited suffrage

1848-52 Second Republic: both National Assembly and President directly elected by universal adult male suffrage

1852-70 Second Empire: rule of Napoleon III, legitimised by plebiscites, with concessions to parliamentarianism from 1869

1870-1940 Third Republic: Chamber of Deputies elected by direct universal male suffrage, indirectly elected Senate, weak president and prime minister

1940-44 Vichy: personal rule of Marshal Philippe Pétain, constrained chiefly by the German Occupation of France

1944-46 Provisional post-war government: single-chamber Constituent Assemblies, elected by direct universal adult suffrage (including women voters)

1946-58 Fourth Republic: broadly comparable to Third, with weaker Senate and women’s suffrage

1958- the present   Fifth Republic: directly-elected president; prime minister and government responsible to National Assembly; Senate

 

Source: Andrew KNAPP and Vincent WRIGHT, The government and politics of France, Routledge, London, 4th edition, 2001, p 4

 

Vichy Governments

Etat Français, 11 July 1940-20 August 1944

11 July- 13 December 1940
Président du Conseil: Philippe Pétain
Vice-Président du Conseil: Pierre Laval

13 December 1940-18 April 1942
Président du Conseil: Philippe Pétain
Vice-Président du Conseil: François Darlan
(only officially holds this title from 10 February 1941)

18 April 1942-20 August 1944
Chef du Gouvernement: Pierre Laval

 

 

Ministry of Foreign Affairs

MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES
NOM DU MINISTRE/ SECRETAIRE D'ETAT ARRIVEE        DEPART              
Paul Baudouin*   16-06-1940  28-10-1940
Pierre Laval   28-10-1940 13-12-1940
Pierre-Etienne Flandin 13-12-1940  09-02-1941
François Darlan 09-02-1941 18-04-1942
Pierre Laval 18-04-1942 17-08-1944
* The first Pétain government was still part of the Third Republic. 'Vichy' can be considered to start with the government created on 12 July 1940

 

Ministry of Interior

MINISTERE DE L'INTERIEUR
NOM DU MINISTRE/ SECRETAIRE D'ETAT ARRIVEE DEPART
Charles Pomaret*  16-06-1940 27-06-1940
Adrien Marquet 27-06-1940 06-09-1940
Marcel Peyrouton 06-09-1940  16-02-1941
François Darlan 16-02-1941  18-07-1941
Pierre Pucheu 18-07-1941 18-04-1942
Pierre Laval 18-04-1942  30-12-1943
Antoine Lemoine  30-12-1943 13-06-1944
Joseph Darnand 13-06-1944  17-08-1944
* The first Pétain government was still part of the Third Republic. 'Vichy' can be considered to start with the government created on 12 July 1940

 

Justice Ministry

MINISTERE DE LA JUSTICE
NOM DU MINISTRE/

SECRETAIRE D'ETAT

ARRIVEE DEPART
Charles Frémicourt  *   16-06-1940  12-07-1940
Raphaël Alibert  12-07-1940 27-01-1941
Joseph Barthélemy 27-01-1941   26-03-1943
Maurice Gabolde 26-03-1943 17-08-1944
* The first Pétain government was still part of the Third Republic. 'Vichy' can be considered to start with the government created on 12 July 1940

 

Education Ministry

MINISTERE DE L'EDUCATION
NOM DU MINISTRE/SECRETAIRE D'ETAT ARRIVEE DEPART
Albert Rivaud * 16-06-1940 12-07-1940
Emile Mireaux 12-07-1940 06-09-1940
Georges Ripert 06-09-1940 13-12-1940
Jacques Chevalier 13-12-1940   23-02-1941
Jérôme Carcopino 23-02-1941 18-04-1942
Abel Bonnard 18-04-1942 17-08-1944
* The first Pétain government was still part of the Third Republic. 'Vichy' can be considered to start with the government created on 12 July 1940

Ministry of Finance and the Economy

MINISTERE DES FINANCES/DE L'ECONOMIE
NOM DU MINISTRE/  SECRETAIRE D'ETAT ARRIVEE  DEPART
Yves Bouthillier* 16-06-1940 18-04-1942
Pierre Cathala 18-04-1942   17-08-1944

* The first Pétain government was still part of the Third Republic. 'Vichy' can be considered to start with the government created on 12 July 1940

Ministry of Employment 

MINISTERE DU TRAVAIL*

NOM DU MINISTRE/SECRETAIRE D'ETAT ARRIVEE  DEPART
André Février* 16-06-1940 27-06-1940
Charles Pomaret *  27-06-1940 14-07-1940
René Belin * 14-07-1940  18-04-1942
Hubert Lagardelle  18-04-1942 21-11-1943
Jean Bichelonne  (par intérim)  21-11-1943  16-03-1944
Marcel Déat  16-03-1944  17-08-1944

* The first Pétain government was still part of the Third Republic. 'Vichy' can be considered to start with the government created on 12 July 1940
* From July 1940 to February 1941, 'Travail' and 'Production Industrielle' were both controlled by René Belin.

 

Ministry of Industrial Production

MINISTERE DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE *

NOM DU MINISTRE/SECRETAIRE D'ETAT  ARRIVEE DEPART
René Belin* 14-07-1940 23-02-1941
Pierre Pucheu  23-02-1941 18-07-1941
François Lehideux  18-07-1941 17-08-1942
Jean Bichelonne  17-08-1942 17-08-1944

* From July 1940 to February 1941, 'Travail' and 'Production Industrielle' were both controlled by René Belin.

 

 

 

L'appel aux Français du Maréchal Pétain - 17 juin 1940

Français! J'ai demandé à nos adversaires de mettre fin aux hostilités. Le gouvernement a désigné mercredi les plénipotentiaires chargé de recueillir leurs conditions.

J'ai pris cette décision, dure au coeur d'un soldat, parce que la situation militaire l'imposait. Nous espérions résister sur la ligne de la Somme et de l'Aisne. Le général Weygand avait regroupé nos forces. Son seul nom présageait la victoire. Pourtant la ligne a cédé et la pression ennemie a constraint nos forces à la retraite.

Dès le 13 juin, la demande d'armistice était inévitable. Cet échec vous a surpris. Vous souvenant de 1914 et de 1918, vous en cherchez les raisons. Je vais vous les dire.

Le 1er mai 1917, nous avions encore 3 280 000 hommes aux armées, malgré trois ans de combats meurtriers. A la veille de la bataille actuelle, nous en avions 500 000 de moins. En mai 1918, nous avions 85 divisions britanniques: en mai 1940, il n'y en avait que 10. En 1918, nous avions avec nous les 58 divisions italiennes et les 42 divisions américaines.

L'infériorité de notre matériel a été plus grande encore que celles de nos effectifs. L'aviation française a livré à un contre six ses combats. Moins forts qu'il y a vingt-deux ans, nous avions aussi moins d'amis. Trop peu d'enfants, trop peu d'armes, trop peu d'alliés: voilà notre défaite.

Le Peuple français ne conteste pas ses échecs. Tous les peuples ont connu tour à tour des succès et des revers. C'est par la manière dont ils réagissent qu'ils se montrent faibles ou grands.

Nous tirerons la leçon des batailles perdues. Depuis la victoire, l'esprit de jouissance l'a emporté sur l'esprit de sacrifice. On a revendiqué plus qu'on a servi. On a voulu épargner l'effort: on rencontre aujourd'hui le malheur. J'ai été avec vous dans les jours glorieux. Chef du gouvernement, je suis et resterai avec vous dans les jours sombres. Soyez à mes côtés. Le combat reste le même. Il s'agit de la France, de son sol, de ses fils.

 

LA CONVENTION D'ARMISTICE FRANCO-ALLEMANDE
- 22 JUIN 1940 -
 

M. le Colonel Général Keitel, Chef du Haut Commandement allemand, mandaté par le Führer du Reich allemand et commandant suprême des forces armées allemandes, d'une part, et M. le Général d'Armée Huntziger, M. Léon Noèl, Ambassadeur de France, M. le Vice-Amiral Le Luc, M. le Général de Corps d'Armée Parizot, M. le Général de l'Air Bergeret, Plénipotentiaires du Gouvernement français munis de pouvoirs réguliers, d'autre part, sont convenus de la convention d'armistice suivante:

ART.1. Le Gouvernement français ordonne la cessation des hostilités contre le Reich allemand, sur le territoire français, ainsi que dans les possessions, colonies, protectorats et territoires sous mandat et sur les mers. Il ordonne que les troupes françaises déjà encerclées par les troupes allemandes, déposent immédiatement les armes;

ART 2. En vue de sauvegarder les intérêts du Reich allemand, le territoire français, situé au nord et à l'ouest de la ligne tracée sur la carte ci-annexée sera occupé par les troupes allemandes. Dans la mesure où les régions du territoire occupé ne se trouvent pas encore au pouvoir des troupes allemandes, leur occupation sera effectuée immédiatement après la conclusion de la présente convention;

ART 3. Dans les régions occupées de la France, le Reich allemand exerce tous les droits de la puissance occupante. Le Gouvernement français s'engage à faciliter par tous les moyens les réglementations relatives à l'exercice de ces droits et à la mise en exécution avec le concours de l'Administration française. Le Gouvernement français invitera immédiatement toutes les autorités et tous les services administratifs français du territoire occupé à se conformer aux réglementations des autorités allemandes et à collaborer avec ces dernières d'une manière correcte.
Le Gouvernement allemand a l'intention de réduire au strict minimum l'occupation de la côte occidentale après la cessation des hostilités avec l'Angleterre.
Le Gouvernement français est libre de choisir son siège dans le territoire non occupé, ou bien, s'il le désire, de le transférer même à Paris.
Dans ce dernier cas, le Gouvernement allemand s'engage à apporter toutes facilités nécessaires au Gouvernement et à ses services administratifs centraux, afin qu'ils soient en mesure d'administrer de Paris les territoires occupés et non occupés;

ART. 4. Les forces armées françaises sur terre, sur mer et dans les airs devront être démobilisées et désarmées dans un délai encore à déterminer. Sont exemptes de cette obligation les troupes nécessaires au maintien de l'ordre intérieur. Leurs effectifs et leurs armes seront déterminés par l'Allemagne ou par l'Italie respectivement.
Les forces armées françaises stationnées dans les régions à occuper par l'Allemagne devront être rapidement ramenées sur le territoire non occupé et seront démobilisées. Avant d'être ramenées en territoire non occupé, ces troupes déposeront leurs armes et leur matériel aux endroits où elles se trouvent au moment de l'entrée en vigueur de la présente convention. Elles seront responsables de la remise régulière du matériel et des armes sus-mentionnés aux troupes allemandes;

ART. 5. Comme garantie de la stricte observation des conditions d'armistice il pourra être exigé que toutes les pièces d'artillerie, les chars de combat, les engins anti-chars, les avions militaires, les canons de la D.C.A., les armes d'infanterie, tous les moyens de traction et les munitions des unités de l'armée française engagés contre l'Allemagne et qui se trouvent, au moment de l'entrée en vigueur de la présente convention, sur le territoire qui ne sera pas occupé par l'Allemagne, soient livrés en bon état. La Commission allemande d'armistice décidera de l'étendue de ces livraisons. Il peut être renoncé à la livraison d'avions militaires si tous les avions encore en possession des forces armées françaises sont désarmés et mis en sécurité sous contrôle allemand;

ART. 6. Les armes, munitions et matériel de guerre de toute espèce restant en territoire français non occupé -dans la mesure où ceux-ci n'auront pas été laissés à la disposition du Gouvernement français pour l'armement des unités françaises autorisées- devront être entreposées ou mises en sécurité sous contrôle allemand ou italien respectivement. Le haut commandement allemand se réserve le droit d'ordonner à cet effet toutes les mesures nécessaires pour empêcher l'usage abusif de ce matériel. La fabrication de nouveau matériel de guerre en territoire non occupé devra cesser immédiatement;

ART. 7. Toutes les fortifications terrestres et côtières avec leurs armes, munitions et équipements, les stocks et installations de tout genre, se trouvant dans les régions à occuper, devront être livrés en bon état. Devront être remis, en outre, les plans de ces fortifications ainsi que les plans de celles déjà prises par les troupes allemandes.
Tous les détails sur les emplacements minés, les barrages de mines terrestres, les fusées à retardement, les barrages chimiques, etc., sont à remettre au Haut Commandement allemand. Ces obstacles devront être enlevés par les forces françaises sur la demande des autorités allemandes;
ART. 8. La flotte de guerre française - à l'exception de la partie qui est laissée à la disposition du Gouvernement français pour la sauvegarde des intérêts français dans son empire colonial -sera rassemblée dans des ports à déterminer et devra être démobilisée et désarmée sous le contrôle de l'Allemagne ou respec-tivement de l'Italie.
La désignation de ces ports sera faite d'après les ports d'attache des navires en temps de paix. Le Gouvernement allemand déclare solennellement au Gouvernement français qu'il n'a pas l'intention d'utiliser pendant la guerre, à ses propres fins, la flotte de guerre française stationnée dans les ports sous contrôle allemand, sauf les unités nécessaires à la surveillance des côtes et au dragage des mines.
Il déclare, en outre, solennellement et formellement, qu'il n'a pas l'intention de formuler de revendications à l'égard de la flotte de guerre française lors de la conclusion de la paix; exception faite de la partie de la flotte de guerre française àdéterminer qui sera affectée à la sauvegarde des intérêts français dans l'empire colonial, toutes les unités de guerre se trouvant en dehors des eaux territoriales françaises devront être rappe-lées en France;

ART. 9. Le Haut Commandement français devra fournir au Haut Commandement allemand les indications précises sur toutes les mines posées par la France, ainsi que tous les barrages de mines dans les ports et en avant des côtes, ainsi que sur les installations militaires de défense et de protection.
Le dragage des barrages de mines devra être effectué par les forces françaises dans la mesure où le Haut Commande-ment allemand décidera;

ART. 10. Le Gouvernement français s'engage à n'entreprendre à l'avenir aucune action hostile contre le Reich allemand avec aucune partie des forces armées qui lui restent, ni d'aucune autre manière.
Le Gouvernement français empêchera également les membres des forces armées françaises de quitter le territoire français et veillera à ce que ni les armes, ni des équipements quelconques, ni navires, avions, etc., ne soient transférés en Angleterre ou à l'étranger.
Le Gouvernement français interdira aux ressortissants français de combattre contre l'Allemagne au service d'Etats avec lesquels l'Allemagne se trouve encore en guerre. Les ressortissants français qui ne se conformeraient pas à cette prescription seront traités par les troupes allemandes comme francs-tireurs;

ART. 11. Jusqu'a nouvel ordre, il sera interdit aux navires de commerce français de tout genre, y compris les bâtiments de cabotage et les bâtiments de ports se trouvant sous le contrôle français de sortir des ports. La reprise du trafic commercial sera subordonnée à l'autorisation préalable du Gouvernement allemand ou du Gouvernement Italien respectivement.
Les navires de commerce français se trouvant en dehors des ports français seront rappelés en France par le Gouvernement français et, si cela n'est pas possible, ils seront dirigés sur des ports neutres. Tous les navires de commerce allemand arraisonnés se trouvant dans les ports français seront rendus en bon état si la demande en est faite.

ART. 12. Une interdiction de décollage à l'égard de tous les avions se trouvant sur le territoire français sera prononcée immédiatement. Tout avion décollant sans autorisation préalable allemande sera considéré par l'aviation militaire allemande comme avion ennemi et sera traité comme tel.
Les aérodromes, les installations terrestres de l'aviation militaire en territoire non occupé seront placés sous contrôle allemand ou italien respectivement.
Il peut être exigé qu'on les rende inutilisables. Le Gouvernement français est tenu de mettre à la disposition des autorités allemandes tous les avions étrangers se trouvant en territoire non occupé ou de les empêcher de poursuivre leur route. Ces avions devront être livrés aux autorités militaires allemandes.

ART. 13. Le Gouvernement français s'engage à veiller à ce que, dans le territoire à occuper par les troupes allemandes, toutes les installations, les outils et stocks militaires soient remis intacts aux troupes allemandes. Il devra en outre veiller à ce que les ports, les entreprises industrielles et les chantiers navals restent dans l'état dans lequel ils se trouvent actuellement et à ce qu'ils ne soient endommagés d'aucune façon, ni détruits. Il en est de même pour les moyens et voies de communications de toute nature, notamment en ce qui concerne les voies ferrées, les routes et voies navigables, l'ensemble des réseaux télégraphiques et téléphoniques, ainsi que les installations d'indication de navigabilité et de balisage des côtes. En outre, le Gouvernement français s'engage, sur ordre du Haut Commandement allemand, à procéder à tous les travaux de remise en état nécessaires.
Le Gouvernement français veillera à ce que sur le territoire occupé, soient disponibles le personnel spécialisé nécessaire et la quantité de matériel roulant de chemins de fer et autres moyens de communications correspondant aux conditions normales du temps de paix.

ART. 14. Tous les postes émetteurs de T.S.F. se trouvant en territoire français doivent cesser sur le champ leurs émissions. La reprise des transmissions par T.S.F. dans la partie du territoire non occupée sera soumise à une réglementation spéciale;

ART. 15. Le Gouvernement français s'engage à effectuer le transport en transit des marchandises entre le Reich allemand et l'italie, à travers le territoire non occupé dans la mesure requise par le Gouvernement allemand;

ART. 16. Le Gouvernement français procédera au rapatriement de la population dans les territoires occupés, d'accord avec les services allemands compétents;

ART. 17. Le Gouvernement français s'engage à empêcher tout transfert de valeurs à caractère économique et des stocks du territoire à occuper par les troupes allemandes dans les territoires non occupés ou à l'étranger.
Il ne pourra être disposé de ces valeurs et stocks se trouvant en territoire occupé, qu'en accord avec le Gouvernement du Reich, étant entendu que le Gouvernement allemand tiendra compte de ce qui est nécessaire à la vie des populations des territoires non occupés;

ART. 18. Les frais d'entretien des troupes d'occupation allemande sur le territoire français seront à la charge du Gouvernement français;

ART. 19. Tous les prisonniers de guerre et prisonniers civils allemands, y compris les prévenus et condamnés qui ont été arrêtés et condamnés pour des actes commis en faveur du Reich allemand, doivent être remis sans délai aux troupes allemandes. Le Gouvernement français est tenu de livrer sur demande tous les ressortissants allemands désignés par le Gouvernement du Reich et qui se trouvent en France, de même que dans les possessions françaises, les colonies, les territoires sous protectorat et sous mandat.
Le Gouvernement français s'engage à empêcher le transfert de prisonniers de guerre ou de prisonniers civils allemands de France dans les possessions françaises ou bien à l'étranger.
Pour ce qui concerne les prisonniers déjà transférés hors de France, de même que les prisonniers de guerre allemands malades, inévacuables ou blessés, des listes exactes portant la désignation de l'endroit de leur séjour doivent être présentées. Le Haut Commandement allemand s'occupera des prisonniers de guerre allemands, malades ou blesses;

ART. 20. Les membres des forces armées françaises qui sont pri-sonniers de guerre de l'armée allemande resteront prisonniers de guerre jusqu'à la conclusion de la paix;

ART. 21. Le Gouvernement français est responsable de la mise en sécurité de tous les objets et valeurs dont la remise en bon état ou la tenue à la disposition de l'Allemagne est stipulée dans cette convention ou dont le transfert en dehors de la France est défendu. Le Gouvernement français sera passible de dommages et intérêts pour toutes les destructions, dommages ou détournements contraires à la présente convention;

ART. 22. Une Commission d'armistice allemande, agissant sous les ordres du Haut Commandement allemand, réglera et contrôlera l'exécution de la convention d'armistice.
La Commission d'armistice est, en outre, appelée à assurer la concordance nécessaire de cette convention, avec la convention d'armistice italo-française.
Le Gouvernement français constituera au siège de la Commission d'armistice allemande une délégation chargée de représenter les intérêts français et de recevoir les ordres d'exécution de la Commission allemande d'armistice;

ART. 23. Cette convention entrera en vigueur aussitôt que le Gouvernement français sera également arrivé, avec le Gouvernement italien, à un accord relatif à la cessation des hostilités.
La cessation des hostilités aura lieu à six heures après que le Gouvernement italien aura annoncé au Gouvernement du Reich la conclusion de cet accord.
Le Gouvernement du Reich fera connaître par radio ce moment au Gouvernement français;

ART. 24. La présente convention d'armistice est valable jusqu'à la conclusion du traité de paix. Elle peut être dénoncée à tout moment pour prendre fin immédiatement, par le Gouvernement allemand si le Gouvernement français ne remplit pas les obligations par lui assumées dans la présente convention.
La présente convention d'armistice a été signée le 22 juin 1940, à 18 h 36, heure d'été allemande, dans la forêt de Compiègne.
 
 


Signé:
HUNTZIGER, KEITEL.
(English version of this text)
 

 

 

LA CONVENTION D'ARMISTICE FRANCO-ITALIENNE
- 24 JUIN 1940
 
ART. 1.    La France cessera les hostilités contre l'Italie dans les territoires français métropolitains, dans l'Afrique française du Nord, dans les colonies, dans les territoires protégés et sous mandat. Elle cessera également les hostilités contre l'Italie par mer et dans les airs.

ART. 2.   Les troupes italiennes se maintiendront, au moment de l'entrée en vigueur de la présente convention d'armistice et
pour toute la durée de celui-ci, sur les lignes qu'elles ont atteintes sur tous les théâtres d'opérations.

ART. 3   Dans le territoire français métropolitain, la zone comprise entre les lignes visées à l'article 2 et une ligne située à 50 kilomètres de celle-ci, à vol d'oiseau, sera démilitarisée pour la durée de l'armistice.
En Tunisie, la zone comprise entre la frontière tuniso-libyenne et la ligne indiquée sur la carte annexée sera démilitarisée pour la durée de l'armistice.
En Algérie, ainsi que dans les territoires de l'Afrique française situés au sud de l'Algérie et confinant à la Libye, une zone comprise entre la frontière libyenne et une ligne parallèle distante de 200 kilomètres sera démilitarisée tant que dureront les hostilités entre l'Italie et l'Empire britannique et pour la durée du présent armistice; le territoire de la colonie de la côte fran-çaise des Somalis sera démilitarisé en entier.
L'Italie aura le droit entier et permanent, pendant la durée de l'armistice, d'utiliser le port et les installations portuaires de Djibouti et la voie ferrée Djibouti-Addis-Abéba, sur le parcours français, pour des transports de quelque nature que ce soit.

ART. 4. - Les zones à démilitariser visées à l'article 3 seront évacuées par les troupes françaises dans les dix jours qui suivront la cessation des hostilités, à l'exception du personnel strictement nécessaire pour la garde et l'entretien des ouvrages de fortification, casernes, magasins et bâtiments militaires et des forces pour le maintien de l'ordre à l'intérieur que la commission d'armistice déterminera dans chaque cas particulier.

ART. 5. - Sous réserve de l'obligation mentionnée à l'article 10 ci-après, toutes les armes mobiles et les munitions correspondantes existant dans les zones à démilitariser du territoire français métropolitain et dans celui contigu à la Libye, autres que celles dont sont dotées les troupes qui évacuent, comme il est dit ci-dessus, les territoires en cause, doivent être évacuées dans un délai de quinze jours. Les armes fixes des ouvrages de fortification et les munitions correspondantes doivent être mises dans le même laps de temps en situation de ne pas pouvoir être utilisées.
Dans le territoire de la Côte française des Somalis, toutes les armes mobiles et les munitions correspondantes autres que celles dont sont dotées les troupes qui évacuent le territoire, seront déposées dans le même délai de quinze jours dans les localités qui seront déterminées par la commission italienne d'armistice visée ci-après.
Pour les armes fixes et les munitions des ouvrages des fortifications existant dans ledit territoire, On appliquera les dispositions fixées pour le territoire français métropolitain et pour celui contigu à la Libye.

ART. 6. - Tant que dureront les hostilités entre l'Italie et l'Empire britannique, les places fortes militaires maritimes et les bases navales de Toulon, Bizerte, Ajaccio et Oran (Mers El-Kébir) seront démilitarisées jusqu'à la cessation des hostilités contre ledit empire.
Cette démilitarisation devra être effectuée dans un délai de quinze jours et devra être telle que ces places fortes et bases soient rendues inutilisables au point de vue de leur capacité offensive, défensive; leur capacité logistique sera, sous le contrôle de la commission italienne d'armistice, limitée aux besoins des bâtiments de guerre français qui, dans les conditions fixées à l'article 12 ci-après, y seront basés.

ART. 7. - Dans les zones, places fortes militaires maritimes et bases navales à démilitariser, les autorités civiles françaises et les forces de police nécessaires au maintien de l'ordre public demeureront naturellement en fonction; y resteront aussi les autorités territoriales et maritimes qui seront déterminées par la commission italienne d'armistice.

ART. 8. - La commission italienne d'armistice visée ci-après déterminera sur la carte les limites exactes des zones, places fortes militaires, maritimes, bases navales à démilitariser et les détails des modalités d'exécution de la démilitarisation. Ladite commission aura le droit entier et permanent de contrôler l'exécution dans les
dites zones, places et bases des mesures fixées par les articles précédents, soit au moyen de délégation permanente sur place.

ART. 9.   Toutes les forces armées de terre, de mer et de l'air de la France métropolitaine seront démobilisées et désarmées dans un délai à fixer ultérieurement, à l'exception des formations nécessaires au maintien de l'ordre intérieur.
La force et l'armement de ces formations seront déterminés par l'Italie et l'Allemagne.
En ce qui concerne les territoires de l'Afrique du nord française, la Syrie et la côte française des Somalis, la commission italienne d'armistice, en établissant les modalités de démobilisation et de désarmement, prendra en considération l'importance particulière du maintien de l'ordre dans lesdits territoires.

ART. 10. - L'Italie se réserve le droit d'exiger comme garantie de l'exécution de la convention d'armistice la remise en tout ou partie des armes collectives d'infanterie, d'artillerie, autos blindées, chars, véhicules automobiles et hippomobiles et munitions, appartenant aux unités qui ont été engagées ou déployées, de quelque façon que ce soit, contre les forces armées italiennes.
Ces armes et ces matériels devront être remis dans l'état dans lequel ils se trouvaient au moment de l'armistice.

ART. 11. - Les armes, munitions et matériel de guerre, de toute nature, qui demeurent dans les territoires français non occupés, y compris les armes et munitions évacuées des zones, places fortes militaires, maritimes et bases navales à démilitariser, à l'exception de la partie qui sera laissée à la disposition des unités autorisées, seront réunis et placés sous contrôle italien ou allemand.
La fabrication du matériel de guerre de toute nature dans les territoires non occupés doit cesser immédiatement.

ART. 12. - Les unités de la marine de guerre française seront concentrées dans les ports qui seront désignés. Elles seront démobilisées et désarmées sous le contrôle de l'Italie et de l'Allemagne.
Feront exception, les unités dont les gouvernements italien et allemand autoriseraient l'emploi pour la sauvegarde des territoires coloniaux français.
L'emplacement des unités navales en temps de paix sera un élément déterminant pour le choix des ports visés ci-dessus.
Tous les navires de guerre éloignés de la France métropolitaine qui ne seraient pas reconnus nécessaires à la sauvegarde des intérêts coloniaux français seront rappelés dans les ports métropolitains.
Le gouvernement italien déclare qu'il n'a pas l'intention d'employer pendant la présente guerre les unités de la marine de guerre française placées sous son contrôle et que, de même, il n'a pas l'intention d'avancer des prétentions, à la conclusion de la paix, sur la flotte française.
Pendant l'armistice, les navires français nécessaires au dragage des mines, visés à l'article suivant, pourront cependant être demandés.

ART. 13. - Tous les barrages de mines seront notifiés au commandement suprême italien. Les autorités françaises pourvoiront dans un délai de dix jours à faire décharger avec leur personnel toutes les interruptions ferroviaires et routières, les champs de mines et fourneaux de mines en général, préparés dans les zones, places fortes militaires, maritimes et bases navales à démilitariser.

ART. 14. - Le gouvernement français, outre qu'il s'engage à ne pas entreprendre, en quelque lieu que ce soit, une forme quelconque d'hostilités contre l'Italie, s'engage à empêcher les membres de ses forces armées et les citoyens français en général de sortir du territoire national pour participer d'une manière quelconque à des hostilités contre l'Italie.
Les troupes italiennes appliqueront contre ceux qui transgresseraient cette règle et contre les citoyens français précédemment à l'étranger qui entreprendraient collectivement ou individuellement des actes d'hostilités contre l'Italie, le traitement réservé aux combattants hors la loi.
 

ART. 15. - Le gouvernement français s'engage à empêcher que des unités de guerre, des aéroplanes, des armes, des matériels de guerre et des munitions de quelque nature que ce soit, de propriété française ou existant dans le territoire français ou contrôlés par la France, soient envoyés sur les territoires de l'Empire britannique ou d'autres Etats étrangers.

ART. 16. - Aucun navire marchand de la marine française ne pourra sortir jusqu'à ce que le gouvernement italien ou allemand accorde la reprise partielle ou totale du trafic maritime commercial français.
Les navires marchands français qui ne se trouveraient pas au moment de l'armistice dans les ports français ou placés sous le contrôle français, seront rappelés dans ces ports ou dirigés sur des ports neutres.

ART. 17.- Tous les navires marchands italiens capturés seront immédiatement restitués avec tout le chargement qui était dirigé sur l'italie au moment de leur capture.
Les marchandises non périssables italiennes ou dirigées sur l'Italie, capturées à bord de navires non italiens, devront de même être restituées.

ART. 18. - Il est fait défense immédiate de décoller pour tous les avions qui se trouvent sur le territoire français ou sur les territoires placés sous contrôle français.
Tous les aéroports de toutes installations des territoires susdits seront placés sous contrôle italien ou allemand.
Les avions étrangers qui se trouveraient dans les territoires visés ci-dessus seront remis aux autorités militaires italiennes ou allemandes.

ART. 19. - Jusqu'au moment où le gouvernement italien ou le gouvernement allemand fixeront d'autres dispositions, seront interdites les transmissions radio en général dans tous les territoires de la France métropolitaine. Les conditions dans lesquelles pourront s'effectuer les communications radio entre la France et l'Afrique française du nord, la Syrie et la Côte des Somalis seront déterminées par la commission italienne de l'armistice.

ART. 20. - Le trafic des marchandises en transit entre l'Allemagne et l'Italie, à travers les territoires français non occupés, sera libre.

ART. 21. - Tous les prisonniers de guerre et civils italiens internés, arrêtés ou condamnés pour des raisons politiques ou de guerre, ou pour des actes quelconques en faveur du gouvernement italien, seront immédiatement libérés et remis aux autorités militaires italiennes.

ART. 22.   Le gouvernement français se porte garant de la bonne conservation de tout ce qu'il doit ou peut devoir remettre en vertu de la présente convention.

ART. 23. - Une commission italienne d'armistice, dépendant du commandement suprême italien, sera chargée de régler et de contrôler, soit directement, soit au moyen de ses organes, l'exécution de la présente convention.
Elle sera également chargée d'harmoniser la présente convention avec celle déjà conclue entre l'Allemagne et la France.

ART. 24. - Au siège de la commission visée à l'article précédent, s'installera une délégation française, chargée de faire connaître les desiderata de son gouvernement relativement à l'exécution de la présente convention, et de transmettre aux autorités compétentes les dispositions de la commission italienne d'armistice.

ART. 25. - La présente convention d'armistice entrera en vigueur au moment de sa signature.
Les hostilités cesseront, sur tous les théâtres d'opérations, six heures après le moment où le gouvernement italien aura communiqué au gouvernement allemand la conclusion du présent accord.
Le gouvernement italien notifiera ce moment au gouvernement français par radio.

ART. 26. - La présente convention d'armistice demeurera en vigueur jusqu'à la conclusion du traité de paix. Elle pourra être dénoncée par l'Italie à tout moment, avec effet immédiat, si le gouvernement français ne remplit pas les obligations assumées.
Les plénipotentiaires soussignés dûment autorisés déclarent approuver les conditions indiquées ci-dessus.
 
 


Rome, 24 juin, à 19 h. 15.
Signé: Le maréchal d'Italie, PIETRO BADOGLIO
Le général d'armée, HUNTZIGER.
 

 

Constitutional Acts founding Vichy government

Acte constitutionnel n° 1 du 11 juillet 1940.

 Nous, Philippe Pétain, maréchal de France,

Vu la loi constitutionnelle du 10 juillet 1940,

 Déclarons assumer les fonctions de chef de l'État français.

 En conséquence, nous décrétons :

 L'art. 2 de la loi constitutionnelle du 25 février 1875 est abrogé.

 

Acte constitutionnel n° 2 du 11 juillet 1940,
fixant les pouvoirs du chef de l'État français

 Nous, maréchal de France, chef de l'État français;
Vu la loi constitutionnelle du 10 juillet 1940,

 Décrétons:

Article premier.

§ premier. Le chef de l'État français a la plénitude du pouvoir gouvernemental, il nomme et révoque les ministres et secrétaires d'État, qui ne sont responsables que devant lui.

§ 2. Il exerce le pouvoir législatif, en conseil des ministres :
1° Jusqu'à la formation de nouvelles Assemblées ;.
2° Après cette formation, en cas de tension extérieure ou de crise intérieure grave, sur sa seule décision et dans la même forme. Dans les mêmes circonstances, il peut édicter toutes dispositions d'ordre budgétaire et fiscal.

§ 3. Il promulgue les lois et assure leur exécution.

§ 4. Il nomme à tous les emplois civils et militaires pour lesquels la loi n'a pas prévu d'autre mode de désignation.

§ 5. Il dispose de la force armée.

§ 6. Il a le droit de grâce et d'amnistie.

§ 7. Les envoyés et ambassadeurs des puissances étrangères sont accrédités auprès de lui.
Il négocie et ratifie les traités.

§ 8: Il peut déclarer l'état de siège dans une ou plusieurs portions du territoire.

§ 9. Il ne peut déclarer la guerre sans l'assentiment préalable des Assemblées législatives.

Article 2.
Sont abrogées toutes dispositions des lois constitutionnelles des 24 février 1875, 25 février 1875 et l6 juillet 1875, incompatibles avec le présent acte.

Acte constitutionnel n° 3 du 11 juillet 1940, 
prorogeant et ajournant les chambres.

   Nous, maréchal de France, chef de l'État français;
Vu la loi constitutionnelle du 10 juillet 1940,

 Décrétons:

Article premier. Le Sénat et la Chambre des députés subsisteront jusqu'à ce que soient formées les Assemblées prévues par la loi constitutionnelle du 10 juillet 1940.

Article 2. Le Sénat et la Chambre des députés sont ajournés jusqu'à nouvel ordre.
Ils ne pourront désormais se réunir que sur convocation du chef de l'État

Article 3. L'art. 1er de la loi constitutionnelle du 16 juillet 1875 est abrogé.

Acte constitutionnel n° 4 du  12 juillet 1940,
relatif à la suppléance et à la succession du chef de l'État

 Nous, maréchal de France, chef de l'État français;
Vu la loi constitutionnelle du 10 juillet 1940,

 Décrétons :

Article premier.
Si pour quelque cause que ce soit avant la ratification par la Nation de la nouvelle Constitution, nous sommes empêché d'exercer la fonction de chef de l'État, M. Pierre Laval, vice-président du conseil des ministres, l'assumera de plein droit.

Article 2.

Dans le cas où M. Pierre Laval serait empêché pour quelque cause que ce soit, il serait à son tour remplacé par la personne que désignerait, à la majorité de sept voix, le conseil des ministres. Jusqu'à l'investiture de celle-ci, les fonctions seraient exercées par le conseil des ministres. 

 

 

Maréchal, nous voilà

Words by André Montagard 

Music by André Montagard & Chales Courtioux

Une flamme sacrée

monte du sol natal

Et la France enivree

te salue Maréchal

Tous tes enfants qui t’aiment

et vénèrent tes ans

A ton appel suprême

ont répondu ‘présent’

 

Maréchal , nous voilà

Devant toi le sauveur de la France

Nous jurons, nous tes gars

De servir et de suivre tes pas

Maréchal , nous voilà

Tu nous as redonné l’espérance

La patrie renaîtra

Maréchal, Maréchal, nous voilà

 

 

Tu as lutté sans cesse

Pour le salut commun

On parle avec tendresse

Du héros de Verdun

En nous donnons ta vie

Ton génie et ta foi

Tu sauves la patrie

Une seconde fois

 

Maréchal , nous voilà

Devant toi le sauveur de la France

Nous jurons, nous tes gars

De servir et de suivre tes pas

Maréchal , nous voilà

Tu nous as redonné l’espérance

La patrie renaîtra

Maréchal, Maréchal, nous voilà

 

Quand ta voix nous répète

Afin de nous unir :

‘Français, levons la tête

Regardons l’avenir!’

Nous, brandissant la toile

Du drapeau immortel,

Dans l’or de tes étoiles

Npous voyons luire un ciel….

 

Maréchal , nous voilà

Devant toi le sauveur de la France

Nous jurons, nous tes gars

De servir et de suivre tes pas

Maréchal , nous voilà

Tu nous as redonné l’espérance

La patrie renaîtra

Maréchal, Maréchal, nous voilà

 

 

La guerre est inhumaine

Quel triste épouvantail!

N’écoutons plus la haine,

Exaltons le travail,

Et gardons confiance

Dans un nouveau destin,

Car Pétain, c’est la France!

La France, c’est Pétain! ! !

 

Maréchal , nous voilà

Devant toi le sauveur de la France

Nous jurons, nous tes gars

De servir et de suivre tes pas

Maréchal , nous voilà

Tu nous as redonné l’espérance

La patrie renaîtra

Maréchal, Maréchal, nous voilà

 

 

Le Chant du Secours National

quoted in:

Philippe-Jean Hesse et Jean-Pierre Le Crom (eds), La protection sociale sous le régime de Vichy, PUR, Rennes, 2001, p 206

 

Donnez, donnez pour le Secours national

Donnez, donnez pour aider les malheureux;

En répondant à l'appel du Maréchal

Vous serez tous plus heureux et plus joyeux: 

C'est en donnant pour ceux qui souffrent

Que l'on devient toujours meilleur; 

Si notre tronc est comme un gouffre

vous le remplirez de tout coeur. 

Donnez, donnez, donnez

Tout ce que vous avez, 

Nous vous dirons merci.

Le Maréchal aussi. 

 

Lorsque Pétain fit le don de sa personne, 

Il nous fallait aussi en mettrte un coup

Et devant le drapeau qui frisonne

Près de lui, nous venons tous, nous venons tous!

Cat la Patrie a besoin de courage

Pour se refaire et forcer le destin

C'est Pétain qui est notre meilleur gage

Vive Pétain! Vive Pétain! Vive Pétain! 

 

 

 

Archives Nationales [AN] 2AG 520 CC 104 H

[Note figurant dans les papiers du chef de l'Etat, sans indication d'expéditeur ni de destinataire]

Préfecture de Police

Note du 13/8/41

 

La situation politique, en zone non occupée, est diversement et abondamment commentée dans certains milieux de la diplomatie française de Paris.

Selon une haute personnalité française, ancien haut fonctionnaire, parfois consultée par le Maréchal, on a pu apprendre ce qui suit.

Du point de vue intérieur, le Maréchal aurait déclaré à son entourage, qu'il ne pouvait plus tolérer le "pis aller" du peuple français, notamment en zone non occupée.

La Révolution Nationale est "sabotée" de toutes parts, notamment par de nombreux fonctionnaires de tous grades et de toutes catégories et surtout par des "chefs de parti", qui ont perdu toute notion et toute conscience de leur devoir national. [...].

Dans ces conditions, le Maréchal aurait fait part à ses amis personnels qu'il avait décidé de donner un nouvel élan à "sa révolution". [...].

Le Maréchal se rend aussi compte et, très exactement, de la situation militaire à l'est. Il reste cependant étonné de la Résistance de l'armée russe et surtout de la nouvelle technique militaire de ses chefs- le Maréchal est convaincu qu'une victoire totale allemande est maintenant impossible, et il tient à sauvegarder la France des remous inévitables qui se produiraient dans tous les pays, si les armées russes étaient victorieuses.

Le Maréchal a beaucoup de confiance en l'Amérique latine et les USA. Il ne pense pas, que ceux-ci soient entraînés dans le conflit. Il est certain que les Etats-Unis modéreront le Japon en Extrême-Orient. De toute façon, le commentateur assure que le Maréchal a toujours incité les Etats-Unis à conserver leur prestige et à n'offrir "leur action" que dans la période d'après-guerre.

Ainsi, a résumé ce commentateur, le Maréchal veut la Libération de la France de toutes les ingérences militaires étrangères quelles qu'elles soient. Il désire la sauver du communisme et veut son redressement pour elle et par elle-même.

 

 

Letter from Pierre Laval to Von Ribbentrop, 12 May 1942

( Quoted in Otto ABETZ, Pétain et les Allemands, Gaucher, Paris, 1948, pp 158-159)

Excellence, 

J'ai pris, à un moment difficile, la responsabilité de la direction de la politique française, sous la haute autorité du Maréchal Pétain. Vous connaissez mes vues sur les relations que je désire voir s'établir entre nos deux pays. Elles ont besoin d'une base de loyauté et de confiance. 

Les Français savent que je veux rechercher et épuiser tous les moyens, afin d'arriver à une réconciliation et une entente étroite avec l'Allemagne. 

Les Français savent que la paix future est sauvegardée par notre entente, et, dans ces conditions, je suis certain que la France trouvera, dans la nouvelle Europe, une place digne de son passé. 

Afin de protéger l'Europe d'une bolchevisation qui détruirait notre culture jusque dans ses bases, l'Allemagne s'est préparée à une lutte gigantesque. Le sang de sa jeunesse va couler. Je voudrais que vous sachiez que le Gouvernement français ne reste pas indifférent devant l'ampleur immense des sacrifices, auxquels votre pays consent volontairement, et dans notre malheur, je voudrais vous dire, spontanément et simplement, que la France est disposée, selon ses possibilités et sans aucun ajournement, à contribuer pour sa part à vos efforts. 

L'Allemagne a mobilisé, en vue de la plus grande bataille de l'histoire, les éléments les plus jeunes et les plus actifs de son peuple, elle a, par conséquent, besoin d'hommes. Je comprends ces nécessités et je suis prêt à mettre mon aide à votre disposition. 

J'ai le désir, en conséquence, que des Français, aussi nombreux que possible, prennent dans vos usines la place de ceux qui partent sur le front de l'Est. 

Les Français sont liés à leur sol, mais je sais qu'ils seraient prêts à le quitter pour une tâche dont la signification historique et nationale leur a été exposée. 

Je ferai de mon mieux dans ce sens et je vous prie de m'aider en vue de créer un terrain psychologique qui pourrait faciliter mon action. 
La France est représentée, de façon symbolique, sur le front de l'Est par la Légion anti-bolchévique. Il serait possible d'en augmenter les effectifs, et le Gouvernement français a décidé de donner, à tous les anciens et futurs volontaires, l'assurance que leurs intérêts personnels et ceux des membres de leurs familles seront sauvegarder avec équité. 

Je prie Votre Excellence de bien vouloir soumettre cette lettre au Führer comme témoignage de la sincérité du Gouvernement français. 

Veuillez agréer, Excellence, l'assurance de ma haute considération et de la sincérité de mes sentiments. 

 

 

Pierre Laval's radio broadcast of 22 June 1942

 

Nous avons eu tort, en 1939, de faire la guerre. Nous avons eu tort, en 1918, au lendemain de la victoire, de ne pas organiser une paix d'entente avec l'Allemagne. Aujourd'hui, nous devons essayer de le faire. Nous devons épuiser tous les moyens pour trouver la base d'une réconciliation définitive. Je ne me résous pas, pour ma part, à voir tous les vingt-cinq ou trente ans la jeunesse de nos pays fauchée sur les champs de bataille. Pour qui et pourquoi? 

Ma présence au gouvernement a une signification qui n'échappe à personne, ni en France, ni à l'étranger. J'ai la volonté de rétablir avec l'Allemagne et avec l'Italie des relations normales et confiantes. 

De cette guerre surgira inévitablement une nouvelle Europe. On parle souvent d'Europe, c'est un mot auquel, en France, on n'est pas encore très habitué. On aime son pays parce qu'on aime son village. Pour moi, Français, je voudrais que demain nous puissions aimer une Europe dans laquelle la France aura une place qui sera digne d'elle. Pour construire cette Europe, l'Allemagne est en train de livrer des combats gigantesques. Elle doit, avec d'autres, consentir d'immenses sacrifices. Et elle ne ménage pas le sang de sa jeunesse. Pour la jeter dans la bataille, elle va la chercher dans les usines et aux champs. Je souhaite la victoire de l'Allemagne, parce que, sans elle, le bolchevisme, demain, s'installerait partout. 

Ainsi donc, comme je vous le disais le 20 avril dernier, nous voilà placés devant cette alternative : ou bien nous intégrer, notre honneur et nos intérêts vitaux étant respectés, dans une Europe nouvelle et pacifiée, ou bien nous résigner à voir disparaître notre civilisation. 

Je veux être toujours vrai. Je ne peux rien faire pour vous sans vous. Nul ne saurait sauver une nation inerte ou rétive. Seule, l'adhésion du pays peut faire d'une politique sensée une politique féconde. Je sais l'effort que certains d'entre vous doivent faire pour admettre cette politique. L'éducation que nous avons généralement reçue dans le passé ne nous préparait guère à cette entente indispensable. 

J'ai toujours trop aimé mon pays pour me soucier d'être populaire. J'ai à remplir mon rôle de chef. Quand je vous dis que cette politique est la seule qui puisse assurer le salut de la France et garantir son développement dans la paix future, vous devez me croire et me suivre.  

 

 

Pétain's protest about 

German arrest of General Weygand

 

Archives Nationales (AN) F60 1479

 

Novembre 1942

 

Philippe Pétain au gouvernement allemand

  

M l'Ambassadeur

J'ai appris avec stupéfaction que le Général WEYGAND, parti hier de Vichy pour Guéret, n'y était pas arrivé. Il était accompagné par des Inspecteurs de police français et, contrairement, à l'accord qui était intervenu avec les autorités allemandes, par suite sans doute d'un malentendu, il était suivi par une voiture de police militaire allemande. L'entretien qui avait eu lieu hier matin entre le Chef du Gouvernement, le Général WEYGAND et moi-même ne pouvait laisser aucun doute sur le loyalisme de cet officier général.

 Il s'était placé lui-même sous la protection de la police française et avait accepté une résidence choisie par le gouvernement. Son arrestation dans ces conditions serait plus blessante encore pour moi et pour le Président LAVAL que pour le Général WEYGAND. Je demande au Gouvernement allemand de mettre fin immédiatement à ce douloureux incident. Il faut que le Général WEYGAND puisse revenir à Vichy et je garantis vis-à-vis de l'armée allemande, sous ma responsabilité personnelle, les engagements pris par lui.

 

 

 

Pétain's 'shield' letter

Background: In August 1944 the retreating Nazis forced Pétain to accompany them to Germany. In a letter he left behind, the Marshall tried to justify the position he had adopted since assuming power in 1940. He claims that he had protected France from worst crimes explaining that 'if I could no longer be your sword I wanted to remain your shield' ('si je ne pouvais plus être votre épée, j'ai voulu rester votre bouclier'). Most historians contest the extent to which Pétain genuinely did serve as a shield for France.

Philippe Pétain aux Français, Vichy le 20 août 1944

Français,

Au moment où ce message vous parviendra, je ne serai plus libre. Dans cette extrémité où je suis réduit, je n'ai rien à vous révéler qui ne soit la simple confirmation de tout ce qui jusqu'ici m'a dicté ma conduite. Pendant plus de quatre ans, décidé à rester au milieu de vous, j'ai chaque jour cherché ce qui était le plus propre à servir les intérêts permanents de la France. Loyalement, mais sans compromis, je n'ai eu qu'un seul but: vous protéger du pire. Et tout ce qui a été fait par moi, tout ce que j'ai accepté, consenti, subi, que ce fût de gré ou de force, ne l'a été que pour votre sauvegarde. Car si je ne pouvais plus être votre épée, j'ai voulu rester votre bouclier.

En certains circonstances, mes paroles et mes actes ont pu vous surprendre. Sachez enfin qu'ils m'ont alors fait plus de mal que vous n'en avez vous-mêmes ressenti. J'ai souffert pour vous, avec vous. Mais je n'ai jamais cessé de m'élever de toutes mes forces contre ce qui vous menaçait. J'ai écarté de vous des périls certains, il y en a eu, hélas, auxquels je n'ai pu vous soustraire. Ma conscience m'est témoin que nul, à quelque camp qu'il appartienne, ne pourra là-dessus me contredire.

Ce que nos adversaires veulent aujourd'hui, c'est m'arracher à vous. Je n'ai pas à me justifier à leurs yeux. Je n'ai souci que des Français. Pour vous, comme pour moi, il n'y a qu'une France, celle de nos ancêtres. Aussi, une fois encore, je vous adjure de vous unir. Il n'est pas difficile de faire son devoir s'il est parfois malaisé de le connaître. Le vôtre est simple: vous grouper autour de ceux qui vous donneront la garantie de vous conduire sur le chemin de l'honneur et dans les voies de l'ordre.

L'ordre doit régner, et parce que je le représente légitimement, je suis et je reste votre chef. Obéissez-moi et obéissez à ceux qui vous apporteront des paroles de paix sociale, sans quoi nul ordre ne saurait s'établir. Ceux qui vous tiendront un langage propre à vous conduire vers la réconciliation et la rénovation de la France, par le pardon réciproque des injures et de l'amour des nôtres, ceux-là sont des chefs français. Ils continuent mon oeuvre et suivent mes disciplines, soyez à leurs côtés.

Pour moi, je suis séparé de vous, mais je ne vous quitte pas et j'espère tout de vous et de votre dévouement à la France, dont vous allez, Dieu aidant, restaurer la grandeur. C'est le moment où le destin m'éloigne. Je subis la plus grande contrainte qu'il puisse être donné à un homme de souffrir. C'est avec joie que je l'accepte, si elle est la condition de votre salut, si, devant l'étranger, fût-il allié, vous savez être fidèles, au vrai patriotisme, à celui qui ne pense qu'aux seuls intérêts de la France, et si mon sacrifice vous fait retrouver la voie de l'union sacrée pour la renaissance de la Patrie.

 

 

Links concerning Collaboration, collaborators & Vichy ministers

 

Dictionary entry for Pétain
http://cbs.infoplease.com/ce5/CE040421.html

Dictionary entry for Darlan
http://cbs.infoplease.com/ce5/CE013977.html

(Jean) François Darlan
http://kids.infoplease.com/ce5/CE013977.html

 

 

NAVIGATOR

Click on the links below to move to other parts of the Vichy-Web

General Info about France during 

World War 2

Recent and forth-coming events

Book Reviews

General Links to Other Vichy related sites
General Chronology General Bibliography
Abbreviations 

Contacts and Addresses

Archives, Libraries & Research Centres

Museums

Scholars

Second World War France by Themes

Historical reference The road to defeat The Occupiers & their policies
Vichy Governments

 

Vichy Administrations & Organisations

 

Collaborators & Collaborationnists Vichy Police Deportation and Persecution

 

Propaganda Public Opinion

 

Everyday Life Cultural and Artistic Life Sport

 

Gender

 

The French Empire at war  

 

Resistance The Allies in France, The Allies and France Liberation 
Post-war Reconstruction Historiography and Memory

Page maintained by 

Simon Kitson 

French Studies, University of Birmingham,

Edgbaston, B15 2TT,

West Midlands, UK

s.k.kitson@bham.ac.uk