Simon Kitson's

 

 

VICHY WEB

 

 

DEPORTATION & PERSECUTION

 

This page presents some information on this subject. It is currently divided into the following sections, (although there are plans to develop it further over time):

 

 

INTRODUCTION

German anti-Semitic measures

Yellow Star of David

Vichy's anti-Semitic measures

French internment camps

Vichy's Jewish Statutes

Public opinion and Jews

Jewish Resistance

 

COMMENTS & DEBATES

 

Martin Evans and Emmanuel Godin on Vichy and the Holocaust

Michel Winock on French writers and the origins of a culture of anti-semitism

Denis Pechanski on Vichy's complicity in the mass murder of Jews

Maurice Delarue, "La France n'a pas à rougir de ses années noires"

Jean-Marc Berlière on the police and anti-semitic policies

 

INFORMATION

Comparison of Jewish victims per country

 

DOCUMENTATION

'Statut des Juifs'

Law about foreign Jews

2nd 'Statut des Juifs'

Bilan d'application des Statuts des Juifs

Extract from anonymous letter to Pétain denouncing mistreatment of Jews

Instructions to police carrying out operations in Paris, July 1942

Anonymous letter denouncing arrest of Jews

Extracts from the letter of a Jew whose relatives have been deported

 

CHRONOLOGY

Chronology of Jewish persecution

 

BIBLIOGRAPHY 

Bibliography of Vichy and the Jews

 

LINKS

Links to sites concerning persecution and deportation

 

Any suggestions on improvements or supplements to this page will be gratefully received at s.k.kitson@bham.ac.uk

 

 

 

INTRODUCTION

 

 

 

German anti-Semitic measures

 German persecution of Jews in the Northern zone began almost as soon as the occupier arrived, although it was only in 1942 that their anti-Semitic policy radicalised to include extermination. 

Initially the Germans sought to limit Jewish presence in their zone. Refugee Jews who had fled from Northern France during the exodus were formally forbidden from returning. Jews were expelled from the annexed territory of Alsace-Moselle.  

The Germans looked to identify and isolate Jews. A German ruling of 27 September 1940 obliged the Jewish population to register in a census. Jewish shops had to display a large sign indicating that they were a Jewish establishment. From October Jews in the occupied zone were compelled to have the word ‘Juif’ stamped on their Identity Card. On 29 May 1942 a new law was passed whereby Jews had to wear an ostensible Yellow star on their clothing. This law came into effect from 7 June (see below).  

Jews were to be stripped of their assets, reducing them to poverty. Jewish companies were taken out of the hands of their real owners and given to a provisional administrator of ‘Aryan’ race. The Germans organised the pillage of about 20 000 works of art from France. Many of these are stolen from private Jewish collections (*1).  

The actual internment of Jews by the Germans began in May 1941 with a round-up of Polish, Czech and Austrian Jews who were then handed over to French administered internment camps in Pithiviers and Beaune-la-Rolande. In August 1941, they organised the arrest of 4230 French and foreign Jews in Paris who were transferred to the Drancy internment camp. This was followed by the arrest of 734 French and 250 immigrant Jews in December 1941. These individuals were interned at Compiègne.  

In 1942, following the Wannsee conference German anti-Semitic policy radicalised. From March train-loads of Jews began to be deported eastwards to the death camps, situated in Nazi occupied Poland. Although the first convoy consisted of third class carriages, subsequently Jews were transported in cattle trucks strewn with straw and many died during the journeys. Overall 75 721 Jews were deported from France. Two thirds, or about 52 000, of these were foreign. Of the remaining 24 000 of French nationality, roughly 8 000 were children of immigrants, 8 000 were naturalised Jews (ie immigrants who had obtained French nationality) and the remaining 8 000 were ‘Français de souche’ (of long-standing French nationality). Of the almost 76 000 Jews deported only 2567 survived the war. The rest were gassed to death. 

The Nazis’ racist thinking made no distinction between French Jews and foreign ones. But since the Germans recognised that they needed the help of Vichy to arrest Jews in large numbers, it was decided to focus most of the arrests in the summer of 1942 on foreign Jews. The Germans hoped in this way to be able to get co-operation from the Vichy government. This was important because they wanted to limit the extent to which they had to use their own manpower to organise arrests. There were only about 2500 German police officials in France and they didn’t have the local knowledge of their French counterparts. Arrests carried out by Germans were more likely to trigger spontaneous reactions from the French.

 (*1) R.Thalmann, La mise au pas, Paris, Fayard, 1991, p.17.

 

 

Yellow Star of David

From 7 June 1942, all Jews in the Northern Zone over the age of 6 were compelled to wear a Yellow Star visibly on their clothes in which was written the word ‘Juif’ (‘Jew’). This was designed to replicate the Star of David- the traditional six-pointed star-shaped emblem symbolizing Judaism. The Yellow Star was made of cloth which was then deducted from the clothing ration of the Jew. It had to be collected from the local police station and then sown on to outer garments so that it could be clearly seen. Failure to do so could result in a fine and internment. 92 600 people collected these stars in this way. 

 This was a German inspired measure. It had previously been imposed in Germany and in occupied Poland. It was extended to Belgium and the Netherlands at the same time as to France. The Germans hoped that it would isolate Jews. However, it appears that a wave of sympathy towards the wearers of the star was the most obvious reaction from non-Jews. Around 20 non-Jewish French people were interned on the day the law was introduced for having worn a yellow star as an act of solidarity. In Clignancourt, an architect by the name of Henri Muratet attached a large star to his clothing in which he wrote the word ‘Auvergnat’ (person from the Auvergne region of France). A newspaper vendor called Marie Lang attached a star to the collar of her dog as a sign of protest.

 Although Vichy used its police to administer the application of the measure in the Northern Zone, the regime refused to apply a similar measure in the southern, unoccupied, zone. It seems that Vichy was worried that this would have a negative effect on public opinion. 

 

Vichy’s anti-Semitic measures

The majority of Vichy’s anti-Semitic policy was introduced with no obvious pressure from the Germans. It is true that Vichy probably wanted to impress the Germans with demonstrations of zeal in this domain but France had its own indigenous anti-Semitic traditions that Vichy fed into. Former Vichy ministers have made it clear in their memoirs that the origins of the government’s anti-Semitism were indigenous. 

Vichy’s anti-Semitic programme was extensive with 50 pieces of anti-Jewish legislation in 1940 and 1941. Discriminatory measures against the Jews were amongst the first decisions taken by Vichy.

Vichy tended to make a distinction between French and foreign Jews.  

With regard to French Jews the relegation of French Jews to a category of second class citizen. It limited protection towards them by abolishing the Marchandeau law in August 1940. This was a law from 1939 which made it illegal to publish articles encouraging racial hatred. The regime also turned Jews into a propaganda target. Vichy propaganda was never as overtly anti-Semitic as that of the Germans or the Parisian collaborationists. The Jews were nonetheless singled out by the regime. It portrayed them as engaging in the black market and criminal activity and of being engaged in an international conspiracy against France.

 The regime removed French nationality from some Jews. On 22 July 1940 a commission was set up by Minister of Justice Alibert to revise naturalisations since 1927. 15 000 of the 50 000 who had been naturalised since 1927 had their nationality withdrawn. 40% of these were Jewish (*1). On 7 October 1940, the regime abrogated the Crémieux decree of 24 October 1870 which granted French citizenship to Algerian Jews.

 The regime passed discriminatory statutes against the Jews these were designed to isolate and identify Jews. The Statutes were passed on 3 October 1940 and 2 June 1941 (see below). Also on 2 June a law calling for Jewish census was introduced and by December 1941, 140 000 Jews had registered for this census in the southern zone. This helped identify Jews and therefore made them potential targets for deportation.

 With regard to foreign Jews, Vichy’s policy was even harsher from the beginning. The aim of Vichy was to encourage the emigration of foreign Jews but only if these emigrations would not cause diplomatic incidents with the Germans. It viewed foreign Jews as an added burden and tried to limit their freedom. On 4 October 1940, Vichy issued a law permitting internment of foreign Jews in special camps (see below).

 Vichy anti-Semitic programme was never built around the idea of exterminating Jews but rather around exclusion. The regime nevertheless became an important instrument in the process of deporting Jews. Ministers claimed that they were deporting foreign Jews in order to save French ones. 80% of the Jews arrested were arrested by the French authorities and not the German ones.

 Historians differ in their opinion as to whether Vichy knew that a programme of mass extermination was taking place. What is clear, however, and all mainstream historians agree on this, is that senior Vichy personnel like Pierre Laval and his Police Chief, René Bousquet didn’t care what was happening to the Jews. They saw them simply as bargaining counters.

 (*1) François Bédarida, ‘La persécution des Juifs’ in Jean-Pierre AZEMA, & François BEDARIDA (eds), La France des Années Noires, Paris, Seuil, 1993, vol 2, p 158.

 

 

French internment camps

 The first internment camps for foreigners were established not by Vichy but by the government of Edouard Daladier in the last days of the Third Republic. A law of 12 November 1938 allowed for the internment of ‘undesirable foreigners’. The first to be interned were Spanish Republicans at the beginning of 1939. Makeshift camps were set up for them, the first being that created at in February at Rieucros (Lozère). The French authorities were concerned by the number of refugees coming across the border from Spain as the Republicans began to lose the Spanish Civil War. Many of these Republicans were communist. Following the collapse of the Popular Front government in 1938, Daladier had become increasingly hostile to communists. Daladier felt war with Germany was inevitable despite the Munich compromise and that France must therefore make herself ready. Daladier’s feeling was that the French communists’ priority of obtaining improvements in their working conditions was inappropriate in a climate where factories needed to be turning out the maximum war material. He worried that battle-hardened Spanish Republicans might swell the ranks of the French communist movement causing it to radicalise further. His decision to intern Spanish Republicans should therefore be seen in the wider context of attempts to crush working class agitation as demonstrated in his hard-line approach to the strikes of 30 November 1938.

 Once France entered the war in September 1939 immigrants from Germany and Austria also started to be interned here, as the government sought to prevent enemy spying. Initially no distinction was made between Jews and non-Jews and between pro-Nazis and anti-Nazis, so they were all interned arbitrarily in the same camps. But from February 1940 special screening commissions (‘commissions de criblage’) were set up to examine individual cases. Those considered as no security threat were released and in many cases allowed to join the French Foreign Legion. There were still 8 000 Austrians and Germans interned at the moment of the armistice, of whom 5 000 were Jewish. It is important to stress that at no stage was there a deliberate discrimination against Jews in the internment measures at the end of the Third Republic. If so many of the internees were Jewish it was because Jews represented a significant proportion of foreign immigrants in the late 1930s as they tried to flee persecution in Nazi dominated central Europe. The principal objective of Daladier’s government in interning these Austrian and German immigrants was to assure national security.

 The advent of the Vichy government brought with it new motives for interning Jews. This government’s political platform, the National Revolution, promoted xenophobic attitudes. Vichy was keen to exclude foreigners from French life. On 4 October 1940, a law was introduced which allowed Prefects to intern foreign Jews with no other justification than that they were foreign and Jewish. By the end of 1940, the population of the internment camps of the unoccupied zone had reached 40 000. Two thirds of these were Jews. Their numbers had, however, fallen to 10 000 by the beginning of 1942 as a large number of internees were sent off to work in work groups known as Compagnies de Travailleurs Etrangers.  

The conditions of internment were awful. Insufficient food, inadequate shelter, lack of heating, poor medical care and epidemics of disease were the main challenges to the internees’ daily struggle for survival. About 4000 Jews died in French camps due to the conditions. A few charitable organizations, mainly organized by Jews or Protestants intervened to try to improve the conditions in the camps.

 

 

Vichy's Jewish statutes

The Jewish Statutes were two Vichy laws. The first dating from 3 October 1940 was superseded by a second from 2 June 1941. They instigated important measures of discrimination against Jews.

 The statutes sought to define Jewishness. They were defined in racial and not religious terms.

 The 1st statute defined a Jew as someone who had 3 grandparents of Jewish ‘race’ or 2 grandparents if the individual’s spouse had 3 Jewish grandparents.

The 1941 statute expanded the category of people who could be considered Jewish.

 The statutes also sought to impose restrictions on the rights of Jews to engage in certain activities.

The first statute banned them from working in the civil service, the teaching profession and the army. It imposed quotas on working in the liberal professions. By the terms of this law Jews were no longer allowed to work in the cinema, the theatre or on radio.

The second statute expanded restrictions in important economic activities. Thus Jews were banned from certain professions in the financial sector such as banking and the stock exchange. They were also forbidden from operating in areas of influence such as the press, publishing or advertising. Quotas were placed on Jewish entry to universities.

The statutes stipulated that certain Jews who had distinguished military records in either of the world wars could apply for exemption from the employment restrictions.

The two statutes led to considerable hardship amongst Jews many of whom were deprived of their source of revenue. A total of 3422 civil servants in mainland France were removed from their jobs in application of the Jewish statutes (*1). A further 2500 were affected in Algeria.

 (*1) Marc-Olivier BARUCH, Servir l'Etat Français, Fayard, Paris, 1997, p 655.

 

 

 

 

Public opinion and Jews

Anti-Semitism was not entirely imported in France. France had its own anti-Semitic tradition. At the beginning of the twentieth century an important political crisis separated France between anti-Semites and those who were pressing for the recognition of equal rights. This was the Dreyfus affair. Dreyfus was an army captain who was wrongly accused of spying for Germany. A traditional theme of anti-Semitism was the idea that because the Jews were a nomadic people they weren’t likely to be loyal to any one country. It was therefore easy for these anti-Semites to accept the idea that Jews might be spying for another country. Anti-Semitism also appealed to many Christians who blamed Jews for the death of Christ. There was a left-wing anti-Semitism as well which focused on the supposedly privileged place of Jews in society. But Anti-Semites were mainly found in the anti-Republican camp. It was the Republic which had emancipated Jews in the first place and therefore an attack on the Jews could be used as a means to attack the Republic. Those defending Dreyfus therefore did so also because they were trying to defend the Republic which officially refused to recognise differences between people on grounds of race and religion. The Dreyfus affair led to a reinforcement of the position of the Republicans because Dreyfus was ultimately found innocent and exonerated.

 The anti-Dreyfusards continued nevertheless to be opposed to Jews. The Russian Revolution of 1917 gave them an extra argument since so many of the original Soviet Politburo had been Jewish. Political tensions in Europe also heightened anti-Semitism. The interwar period saw an important influx of Jews into France, which had a traditional image as a country of refuge. Anti-Semites were hostile to this influx as they felt it was undermining French identity and likely to spread political radicalism in France. They also feared that Jews might try to push France into war against Germany. It should not be imagined that France was entirely anti-Semitic during this period. There was also a strong current stressing equal rights.

 The population were generally indifferent to Jewish persecution in the period 1940-1941. But most people during this initial period simply had more pressing concerns than the fate of the Jews as they tried to find enough to eat and worried about absent loved ones. There was also a degree of hostility. Official propaganda encouraged anti-Jewish sentiment and stressed Jewish participation in the black market. At the same time people were looking for scapegoats for the defeat. Even people who were not necessarily anti-Semitic were drawn into complicity with anti-Semitic measures. When the Vichy statutes required administrations to set quotas of the number of Jews allowed in that sector it fell to administrators in that sector to apply these. Thus, for example, it was the Universities themselves which had to exclude Jews from their institutions.

 In 1942, there was far more public sympathy with the Jews. Persecution gave them a status as martyrs. This began when Jews were forced to wear yellow stars of David on their clothes. The massive programme of deportations during the summer of 1942 caused widespread disgust.  The departure of convoys took place far from urban centres in order to cause the minimum alarm to the population. Despite this there was considerable public disarray at the sight of the huge police identity controls, the disappearance of a neighbour or the vision of cattle trucks packed with humans passing through train stations. According to the Postal Censors, who intercepted people’s private correspondence to monitor opinion, the question of the inhuman treatment of the Jews was one of the major concerns of public opinion in the months of August and September 1942. Two types of protest were registered. Firstly, there were expressions of sympathy for defenceless persecuted refugees. Even the catholic clergy who had previously been firm admirers of Vichy raised their voices in this vein. Monsignor Delay, the bishop of Marseille, not only read out a prepared message of sympathy in a church sermon but he was also amongst those readers of the anti-Semitic newspaper Gringoire to protest against the tone of the article entitled "une simple histoire juive" which praised the deportations. Intermingled with simple expressions of sympathy, there was a second category of reaction, which consisted of introspective interrogations as to what these anti-Semitic measures revealed about the status of France.

 Anti-Semitic persecution stopped being a primary concern of the population again towards the end of 1942. This is because the round-ups for deportation were now carried out more discreetly but also because the instigation of a forced labour draft shifted public focus away from the fate of the Jews. Nevertheless after the summer of 1942 the level of help offered to Jews increased significantly. Many religious institutions began to offer shelter to Jews on the run.

 

 

Jewish Resistance

There has been much debate about the extent to which Jews engaged in Resistance and how far they remained passive.

 There is little doubt that foreign Jews in France were more involved in Resistance than there French counterparts. They had arrived in France as a result of a long series of persecution. They therefore were more aware of the brutality of the Germans but also their experience of persecution had heightened their sense of Jewish identity. They were the principle targets of anti-Semitic measures in France and this therefore radicalised them. They were outcasts in French society and therefore had less to lose. All the more so since the immigrant Jews were often from poor backgrounds whereas the French Jews tended to be from more bourgeois circles. As a result, they were often instinctively more militant than the French Jews.  Many French Jewish leaders were slow to lose their faith in Marshal Pétain. 

There were two different types of engagement of Jews in the Resistance. On the one hand there were Jews who entered into general Resistance structures in which their Jewish status was secondary. Since many French Jews were keen on the idea of being fully assimilated members of French society many of them were keen when resisting not to stand out from their fellow country men and women. They felt that the defeat of Nazism would in any event bring about the end of anti-Semitic persecution. Raymond Aubrac and Jean-Pierre Lévy are two examples of this category of Jewish Resister. Aubrac was an important member of the ‘Libération-Sud’ movement, whilst Lévy was the leader of the Franc-Tireur movement. As François Bédarida makes clear Jews played an especially important role in this respect. Whilst Jews represented only 0.75% of the population, 5% of ‘Compagnons de la Libération’ Resistance medals were awarded to Jews suggesting they were disproportionately involved in Resistance (*1) .

 The second category consisted of Jews who were in specifically Jewish (or mainly Jewish) Resistance structures. The MOI (Main d’Oeuvre Immigrée) movement was a group particularly active in armed Resistance. It brought together mainly foreign Jews, who were often communists. The MOI focused most of its attention on attacks on the German army (Wehrmacht) rather than on specifically Jewish targets, such as the railway lines used to transport Jews to the East. Other Jewish dominated Resistance structures included the Organisation de Secours aux Enfants (OSE) which as its names suggests sought to help Jewish children.

(*1) Percentages taken from François Bédarida, ‘La persécution des Juifs’ in AZEMA, Jean-Pierre & BEDARIDA, François, (eds), La France des Années Noires, Paris, Seuil, 1993, Volume 2, pp 179-180.

 

 

COMMENTS & DEBATES

 

 

Martin Evans and Emmanuel Godin 

on Vichy and the Holocaust

Extract from Martin Evans and Emmanuel Godin, France 1815-2003, London, Arnold, 2004, pp 121-122.

On 22 June 1941 Nazi Germany invaded the Soviet Union. This brought millions of Jews under Nazi control and led to the first attempts at systematic extermination. Special units followed behind the German army charged with the elimination of Jews and communist party cadres. At first these units machine-gunned their victims and dumped them in mass graves; then they began to experiment with gas, filling specially designed vans with carbon monoxide. Within 4 months some 600,000 Jews had perished. However, the desire for greater efficiency led Nazi officials to explore unprecedented methods of mass murder. Here coordination was seen to be essential to draw up plans for the final solution to the Jewish question. Experiments using poison gas were carried out on soviet prisoners in the autumn and the first extermination camps were built in occupied Poland by early 1942. A secret meeting bringing together all the various agencies involved in the mass deportation of Jews to the east was held on the shore of Lake Wannsee just outside Berlin on 20 January 1942. Presided over by Heydrich, it was this meeting that formalised the extermination of all European Jewry. The scale of the crime was truly staggering and to preserve secrecy, the minutes of the meeting simply referred to the Jewish question.

The Holocaust led to the death of some 6 million Jews and throughout Europe the Nazis were aided and abetted by collaboration. Vichy saw the issue of the deportation of the Jews as one of sovereignty. Laval believed that the civil authority of the Vichy state had to be upheld at all costs and it was therefore better if round-ups were carried out by French officials rather than German ones. This logic fitted Nazi needs perfectly because in July 1942 the German authorities had only 3000 police in France. Few spoke French: fewer still possessed any extensive knowledge of where Jews might hide. Given this dearth of resources, the Nazi police commanders would be wholly reliant upon the French police who totalled close to 100,000 men. Under the agreement concluded between General Oberg and René Bousquet, the Vichy head of police, on 8 August the gendarmerie agreed to act vigourously against all the enemies of the Reich. In return the Germans promised to respect Vichy’s autonomy over policing.

This spirit of co-operation had already been put into practice 3 weeks earlier in Paris. For Vichy a distinction was to be made between French Jews and foreign Jews. Under this distinction the former were to be made into second-class citizens, whilst the latter were an unacceptable burden, to be expelled at the earliest opportunity.  For this reason Laval was more than happy to hand over foreign Jews to the Nazis and the Vel d’hiver round-up on 16 and 17 July led to the arrest of 12 8884 Jews, including 4 000 children. Involving 9,000 police and several hundred PPF volunteers, the operation was planned with military precision. Seven thousand people were crammed into the Vel d’hiver sports stadium with little food or water before being taken to Drancy, an unfinished municipal housing estate just north of Paris which had been transformed into a transit camp, pending their eventual deportation to Auschwitz. It was a level of collaboration unparalleled in occupied Europe. As a result 75 721 Jews, mostly foreign born, were deported. Of these, only 3 per cent returned at the end of the war.

 To understand these shocking statistics one further factor must be borne in mind: the specific contribution of the Vichy bureaucracy. In July 1941 Vichy ordered a census of the entire Jewish population in the unoccupied zone. In December 1942 Vichy forced all Jews, foreign and French, to have their identity cards stamped ‘Jew’. Without doubt this statistical information made subsequent deportations all the easier.

 

TOP OF PAGE                                           NAVIGATOR

 

 

 

Michel Winock on French writers and the origins of a culture of anti-semitism

extract from Michel Winock, Parlez-moi de la France, Seuil, Paris, 1995, pp 144-145

La grande vague de l'antisémitisme moderne en France date des années 1880. A cette époque de régime républicain mal assuré et de dépression économique- ces années mêmes qui ont vu naître les courants populistes dans notre pays- Edouard Drumont, sans donner vraiment le signal de départ de l'antisémitisme, en a fait un des thèmes majeurs de ce qui allait s'appeler le nationalisme. Sa France juive, où il dépeignait la patrie en proie à 'l'invasion juive', connut un franc succès, et ses livres suivants permirent à Drumont de passer pour une sorte de prophète, défendant tout à la fois l'Eglise catholique persécutée et le prolétariat exploité. Une bonne partie des écrivains français ont été plus ou moins contaminés par la judéophobie. Ce fut le cas de Barrès, de Maurras, et plus tard de Céline, Drieu la Rochelle, Brasillach.... L'un des plus grands écrivains, Céline, a été frappé de malédiction à cause de ses pamphlets antisémites, dont ses Bagatelles pour un massacre restent, si l'on peut dire, un modèle du genre. Et que dire d'écrivains délicats, intimistes, peu versés dans la politique, comme un Marcel Jouhandeau, qui se prend à publier, en 1937, un livre sur le Péril Juif? Je ne crois pas que les Français, pris dans leur ensemble, aient été plus antisémites que d'autres, mais des écrivains français parmi les plus talentueux y sont tombés, parfois avec une rage qui confond. 

 

TOP OF PAGE                                           NAVIGATOR

 

Denis Peschanski on 

Vichy's complicity in the mass murder of Jews

Extract from Denis Peschanski, Vichy, 1940-1944, Brussels, Complexe, 1997, pp 76-77.

Avec l’application de la solution finale des Juifs en France, on aborde un domaine d’une autre nature et d’une autre dimension. Près de 80 000 hommes, femmes et enfants ont été déportés, moins de 3000 sont revenus. Un examen précis fait apparaître, d’une part, le poids des étrangers et, d’autre part, une évolution chronologique. Les Juifs étrangers compteraient pour plus de 50 000 dans le total alors qu’ils devaient représenter environ la moitie des Juifs vivant en France à l’aube de la guerre. Parmi les victimes françaises, 8000 sont nées en France de parents étrangers et 8000 sont des naturalisées. Enfin 57% ont été arrêtés et déportés en 1942.

Si la Shoah n’est pas dans la logique d’exclusion promue par Vichy, la contribution de l’Etat français à son effectivité n’est pas contestable. Le choix politique de l’antisémitisme d’Etat a constitue un puissant facteur d’isolement, rendant vulnérable une population déclarée paria au sein de la société. L’application de la loi du 22 juillet 1940 sur les dénaturalisations a fragilise davantage encore la situation de cette communauté, puisque les étrangers sont rafles en priorité et que 6 000 des 15 000 personnes touchées effectivement par un décret de dénaturalisation entre 1940 et 1944 sont des Juifs, soit environ le quart des Juifs qui ont acquis la nationalité française entre 1927 et 1940. Vichy a mis aussi sa police et son administration au service de l’occupant. Au cours d’une conférence tenue le 2 juillet 1942, l’accord est conclu entre Bousquet, Oberg et Knochen sur la déportation massive des Juifs étrangers ; le Conseil des ministres entérine le lendemain. Plus de 13 000 Juifs sont arrêtés à Paris les 16 et 17 juillet 1942 par la police municipale, et près de 11 000 autres, vivant en zone sud, sont livres entre les mois d’août et d’octobre, soit avant l’occupation allemande de cette zone.

TOP OF PAGE                                           NAVIGATOR

 

 

Extract from Maurice Delarue, "La France n'a pas à rougir de ses années noires", Libération, 03/11/97
http://www.liberation.com/quotidien/debats/novembre97/delarue0311.html
Background: In this article Delarue paints a much more positive view of France during the Second World war than is generally accepted (for the whole article ). He points out that France and Britain were the only two countries to engage in war against Nazi Germany without being forced to. The USA and the USSR he reminds us were dragged into the war against their will; other countries in Europe were objective allies of Hitler or remained neutral. The historian could oppose this view by saying that France and Britain were themselves very slow to stand up to Hitler and that when they did so it was not a war against Nazism but a war based on collective security and the realisation that in the long-term Hitler would turn his attention to the west. The author, who was a 20 year old journalist in 1939, rightly reminds us that the 92 000 Frenchmen killed in the battle of France was equivalent to the worst weeks of fighting in the First World War. More contestable is his citing of the figure of 370 000 civilian casualties in France- he seems to overlook that these figures include foreign Jews who were often victims of the French themselves. He rightly points out that the Resistance was massively supported by the population and that collaborators were detested by the population, however he could also mention that much of the population despite being pro-Allied was passive and that economic collaboration, constrained though it may have been, was something that most of the population were involved in. The extract below speaks for itself and concerns anti-Semitic practice. Although many historians recognise how vital the help of the population was to saving Jews in France, they also remind us that when the initial anti-Semitic policies were being introduced in France few protested. 
(....)

L'antisémitisme de Vichy et le concours de sa police aux déportations des juifs sont inexcusables, mais cette politique n'avait aucun appui populaire: «En fait, il y a eu très peu de lettres de dénonciation. Les trois quarts des juifs de France ont pu échapper à la Gestapo et à la police de Vichy parce qu'ils ont été cachés et aidés par un grand nombre de gens», affirme Serge Klarsfeld (Marianne du 8 septembre 1997). Un universitaire israélien, Asher Cohen, expose la même thèse dans un gros ouvrage très précisément documenté: Persécutions et sauvetages (Le Cerf, 1993). La France fut le pays occupé d'Europe occidentale où le plus grand nombre de juifs furent sauvés: un quart moururent en déportation contre près de la moitié en Belgique et les trois quarts aux Pays-Bas. En 1945, les survivants juifs étaient les derniers à réclamer une distinction raciale, l'eût-on dite «positive».

(....)

 

TOP OF PAGE                                           NAVIGATOR

Jean-Marc Berlière on the police and anti-semitic policies

Jean-Marc Berlière & Laurent Chabrun, Les policiers français sous l'occupation: d'après les archives inédites de l'épuration, Perrin, Paris, 2001, pp 48-49

 

Quant à la répression antisémite-celle qui choque le plus aujourd'hui-, elle avait été menée soit au nom des ordonnances allemandes que la police et l'administration françaises- armistice oblige- étaient tenues de faire appliquer, soit au nom d'une législation autochtone française- les deux 'lois portant statut des juifs' de l'automne 1940 et du printemps 1941- dont la 'monstruosité juridique', pourtant bien réelle, ne suscita guère, au moins jusqu'à l'été 1942, d'émotion ni de protestations dans le pays. D'éminents juristes comme Maurice Duverger ou Georges Burdeau enseignaient le droit antisémite dans les facultés de droit et commentaient en professionnels du 'droit positif' dans les revues spécialisées. Le Conseil d'Etat l'appliqua de son côté sans état d'âme ni scrupules excessifs.  Une figure de la IIIe République comme Jean Jeanneney écrit alors dans son Journal qu'on devait obéir à la législation antisémite parce que c'était la loi. Le chantre de la responsabilité et de l'engagement lui-même, Jean-Paul Sartre, qui devait donner tant de leçons aux autres, acceptait- apparemment sans problème de conscience- la chaire de philosophie de la khâgne du lycée Condorcet dont le titulaire venait d'être révoqué au nom des lois antisémites de Vichy. 

Que pouvait faire, dans un tel contexte, l'immense majorité des policiers? On ne se posa guère la question à la Libération: l'ambiance ne portait ni à l'indulgence ni à la recherche d' 'excuses absolutoires'. 

TOP OF PAGE                                           NAVIGATOR

 

INFORMATION

 

COMPARISON OF JEWISH VICTIMS PER COUNTRY
Below is featured a percentage comparison of the number of Jewish victims of the holocaust. The percentages are calculated from the number of deaths compared with the Jewish population of that country in 1939.
Source: HILBERG, Raul,  The destruction of the European Jews. Holmes & Meier, New York : 1985

Lithuania 90%
Poland 89.5%
Austria 83%
Czechoslovakia 82.5%
Greece 81%
Yugoslavia 80%
Latvia 74%
Netherlands 71%
Germany  50%
Norway 50%
Hungary 45%
Estonia 44%
Roumania 36%
Luxemburg 33%
France  28%
Belgium 27%
USSR 23%
Italy 18%

TOP OF PAGE                                           NAVIGATOR

 

 

DOCUMENTATION

 

'Loi' portant statut des juifs
 Source : Journal officiel, 18 octobre 1940, p. 5323 (quoted on http://www.amgot.org/statuts.htm)..

   Nous, Maréchal de France, chef de l'État français, Le conseil des ministres entendu,

Décrétons :

Article 1er. – Est regardé comme juif, pour l'application de la présente loi, toute personne issue de trois grands-parents de race
juive ou de deux grands-parents de la même race, si son conjoint lui-même est juif.

Art. 2. – L'accès et l'exercice des fonctions publiques et mandats énumérés ci-après sont interdits aux juifs :
1. Chef de l'État, membre du Gouvernement, conseil d'État, conseil de l'ordre national de la Légion d'honneur, cour de
cassation, cour des comptes, corps des mines, corps des ponts et chaussées, inspection générale des finances, cours d'appel,
tribunaux de première instance, justices de paix, toutes juridictions d'ordre professionnel et toutes assemblées issues de
l'élection.
2. Agents relevant du département des affaires étrangères, secrétaires généraux des départements ministériels, directeurs
généraux, directeurs des administrations centrales des ministères, préfets, sous-préfets, secrétaires généraux des préfectures,
inspecteurs généraux des services administratifs au ministère de l'intérieur, fonctionnaires de tous grades attachés à tous services
de police.
3. Résidents généraux, gouverneurs généraux, gouverneurs et secrétaires généraux des colonies, inspecteurs des colonies.
4. Membres des corps enseignants.
5. Officiers des armées de terre, de mer et de l'air.
6. Administrateurs, directeurs, secrétaires généraux dans les entreprises bénéficiaires de concessions ou de subventions
accordées par une collectivité publique, postes à la nomination du Gouvernement dans les entreprises d'intérêt général.

Art. 3. – L'accès et l'exercice de toutes les fonctions publiques autres que celles énumérées à l'article 2 ne sont ouverts aux
Juifs que s'ils peuvent exciper de l'une des conditions suivantes :
a) Être titulaire de la carte de combattant 1914-1918 ou avoir été cité au cours de la campagne 1914-1918 ;
b) Avoir été cité à l'ordre du jour au cours de la campagne 1939-1940 ;
c) Être décoré de la Légion d'honneur à titre militaire ou de la médaille militaire.

Art. 4. – L'accès et l'exercice des professions libérales, des professions libres, des fonctions dévolues aux officiers ministériels
et à tous auxiliaires de la justice sont permis aux juifs, à moins que des règlements d'administration publique n'aient fixé pour eux
une proportion déterminée. Dans ce cas, les mêmes règlements détermineront les conditions dans lesquelles aura lieu
l'élimination des juifs en surnombre.

Art. 5. – Les juifs ne pourront, sans condition ni réserve, exercer l'une quelconque des professions suivantes :
Directeurs, gérants, rédacteurs de journaux, revues, agences ou périodiques, à l'exception de publications de caractère
strictement scientifique.
Directeurs, administrateurs, gérants d'entreprises ayant pour objet la fabrication, l'impression, la distribution, la présentation de
films cinématographiques; metteurs en scène et directeurs de prises de vues, compositeurs de scénarios, directeurs,
administrateurs, gérants de salles de théâtres ou de cinématographie, entrepreneurs de spectacles, directeurs, administrateurs,
gérants de toutes entreprises se rapportant à la radiodiffusion.
Des règlements d'administration publique fixeront, pour chaque catégorie, les conditions dans lesquelles les autorités publiques
pourront s'assurer du respect, par les intéressés, des interdictions prononcées au présent article, ainsi que les sanctions
attachées à ces interdictions.

Art. 6. – En aucun cas, les juifs ne peuvent faire partie des organismes chargés de représenter les progressions visées aux
articles 4 et 5 de la présente loi ou d'en assurer la discipline.

Art. 7. – Les fonctionnaires juifs visés aux articles 2 et 3 cesseront d'exercer leurs fonctions dans les deux mois qui suivront la
promulgation de la présente loi. Ils seront admis à faire valoir leurs droits à la retraite s'ils remplissent les conditions de durée de
service ; à une retraite proportionnelle s'ils ont au moins quinze ans de service ; ceux ne pouvant exciper d'aucune de ces
conditions recevront leur traitement pendant une durée qui sera fixée, pour chaque catégorie, par un règlement d'administration
publique.

Art. 8. – Par décret individuel pris en conseil d'État et dûment motivé, les juifs qui, dans les domaines littéraire, scientifique,
artistique, ont rendu des services exceptionnels à l'État français, pourront être relevés des interdictions prévues par la présente
loi.
Ces décrets et les motifs qui les justifient seront publiés au Journal officiel.

Art. 9. – La présente loi est applicable à l'Algérie, aux colonies, pays de protectorat et territoires sous mandat.

Art. 10. – Le présent acte sera publié au Journal officiel et exécuté comme loi de l'État.

Fait à Vichy, le 3 octobre 1940.

Ph. Pétain.
Par le Maréchal de France, chef de l'État français :
Le vice-président du conseil, Pierre LAVAL.

Le garde des sceaux,
ministre secrétaire d'État à la justice, Raphaël Alibert.

Le ministre secrétaire d'État à l'intérieur, Marcel Peyrouton.

Le ministre secrétaire d'État aux affaires étrangères,
Paul Baudouin.

Le ministre secrétaire d'État à la guerre,
Général Huntziger.

Le ministre secrétaire d'État aux finances,
Yves Bouthillier.

Le ministre secrétaire d'État à la marine,
Amiral DARLAN.

Le ministre secrétaire d'État à la production industrielle et au travail, René BELIN.
Le ministre secrétaire d'État à l'agriculture,
Pierre CAZIOT
 
 
 

TOP OF PAGE                                           NAVIGATOR

'Loi' sur les ressortissants étrangers de race juive
 

Source : Journal officiel, 18 octobre 1940, p. 5324 (quoted on http://www.amgot.org/statuts.htm).

 

Nous, Maréchal de France, chef de l'État français, Le conseil des ministres entendu,

Décrétons :

Article 1er. – Les ressortissants étrangers de race juive pourront, à dater de la promulgation de la présente loi, être internés
dans des camps spéciaux par décision du préfet du département de leur résidence.

Art. 2. – Il est constitué auprès du ministre secrétaire d'État à l'intérieur une commission chargée de l'organisation et de
l'administration de ces camps.
Cette commission comprend :
Un inspecteur général des services administratifs ;
Le directeur de la police du territoire et des étrangers, ou son représentant ;
Un représentant du ministère des finances.

Art. 3. – Les ressortissants étrangers de race juive pourront en tout temps se voir assigner une résidence forcée par le préfet du
département de leur résidence.

Art. 4. – Le présent décret sera publié au Journal officiel pour être observé comme loi de l'Etat.

Fait à Vichy, le 4 octobre 1940.

Ph. PETAIN.

Par le Maréchal de France, chef de l'État français :

Le ministre secrétaire d'État à l'intérieur, Marcel Peyrouton.

Le ministre secrétaire d'Etat aux finances,
Yves Bouthillier.

Le garde des sceaux, ministre secrétaire d'État à la justice, Raphaël ALIBERT
 
 

TOP OF PAGE                                           NAVIGATOR

 

'Loi' du 2 juin1941 remplaçant la loi du 3 octobre 1940 portant statut des juifs

 

Source : Journal officiel, 14 juin 1941, p. 2475 (quoted on http://www.amgot.org/statuts.htm).


Nous, Maréchal de France, chef de l'État français, Le conseil des ministres entendu,

Décrétons :

Article 1er. – Est regardé comme Juif :
1° Celui ou celle, appartenant ou non à une confession quelconque, qui est issu d'au moins trois grands-parents de race juive,
ou de deux seulement si son conjoint est lui-même issu de deux grands-parents de race juive.
Est regardé comme étant de race juive le grand-parent ayant appartenu à la religion juive ;
2° Celui ou celle qui appartient à la religion juive, ou y appartenait le 25 juin 1940, et qui est issu de deux grands-parents de
race juive.
La non-appartenance à la religion juive est établie par la preuve de l'adhésion à l'une des autres confessions reconnues par
l'État avant la loi du 9 décembre 1905.
Le désaveu ou l'annulation de la reconnaissance d'un enfant considéré comme Juif sont sans effet au regard des dispositions qui
précèdent.

Art. 2. – L'accès et l'exercice des fonctions publiques et mandats énumérés ci-après sont interdits aux Juifs :
1. Chef de l'État, membres du Gouvernement, du conseil d'État, du conseil de l'ordre national de la Légion d'honneur, de la
cour de cassation, de la cour des comptes, du corps des mines, du corps des ponts et chaussées, de l'inspection générale des
finances, du corps des ingénieurs de l'aéronautique, des cours d'appel, des tribunaux de première instance, des justices de paix,
des tribunaux répressifs d'Algérie, de tous jurys, de toutes juridictions d'ordre professionnel et de toutes assemblées issues de
l'élection, arbitres.
2. Ambassadeurs de France, secrétaires généraux des départements ministériels, directeurs généraux, directeurs des
administrations centrales des ministères, agents relevant du département des affaires étrangères, préfets, sous-préfets,
secrétaires généraux des préfectures, inspecteurs généraux des services administratifs au ministère de l'intérieur, fonctionnaires
de tous grades attachés à tous services de police.
3. Résidents généraux, gouverneurs généraux, gouverneurs et secrétaires généraux de colonies, inspecteurs des colonies.
4. Membres des corps enseignants.
5. Officiers et sous-officiers des armées de terre, de mer et de l'air, membres des corps de contrôle de la guerre, de la marine
et de l'air, membres des corps et cadres civils des départements de la guerre, de la marine et de l'air, créés par les lois du 25
août 1940, du 15 septembre 1940, du 28 août 1940, du 18 septembre 1940 et du 29 août 1940.
6. Administrateurs, directeurs, secrétaires généraux dans les entreprises bénéficiaires de concessions ou de subventions
accordées par une collectivité publique, titulaires de postes à la nomination du Gouvernement dans les entreprises d'intérêt
général.

Art. 3. – Les juifs ne peuvent occuper, dans les administrations publiques ou les entreprises bénéficiaires de concessions ou de
subventions accordées par une collectivité publique, des fonctions ou des emplois autres que ceux énumérés à l'article 2, que
s'ils remplissent l'une des conditions suivantes :
a) Être titulaire de la carte du combattant, instituée par l'article 101 de la loi du 19 décembre 1926 ;
b) Avoir fait l'objet, au cours de la campagne 1939-1040, d'une citation donnant droit au port de la Croix de guerre instituée
par le décret du 28 mars 1941 ;
c) Être décoré de la Légion d'honneur ou de la médaille pour faits de guerre ;
d) Être pupille de la nation ou ascendant, veuve ou orphelin de militaire mort pour la France.

Art. 4. – Les juifs ne peuvent exercer une profession libérale, une profession commerciale, industrielle ou artisanale, ou une
profession libre, être titulaires d'une charge d'officier public ou ministériel, ou être investis de fonctions dévolues à des auxiliaires
de justice, que dans les limites et les conditions qui seront fixées par décrets en conseil d'État.

Art. 5. – Sont interdites aux juifs les professions ci-après :
Banquier, changeur, démarcheur ;
Intermédiaire dans les bourses de valeurs ou dans les bourses de commerce ;
Agent de publicité ;
Agent immobilier ou de prêts de capitaux ;
Négociant de fonds de commerce, marchand de biens ;
Courtier, commissionnaire ;
Exploitant de forêts ;
Concessionnaire de jeux ;
Éditeur, directeur, gérant, administrateur, rédacteur, même au titre de correspondant local, de journaux ou d'écrits périodiques,
à l'exception des publications de caractère strictement scientifique ou confessionnel ;
Exploitant, directeur, administrateur, gérant d'entreprises ayant pour objet la fabrication, l'impression, la distribution ou la
présentation de films cinématographiques, metteur en scène, directeur de prises de vues, compositeur de scénarios ;
Exploitant, directeur, administrateur, gérant de salles de théâtre ou de cinématographie ;
Entrepreneur de spectacles ;
Exploitant, directeur, administrateur, gérant de toutes entreprises se rapportant à la radiodiffusion.
Des règlements d'administration publique fixeront pour chaque catégorie les conditions d'application du présent article.

Art. 6. – En aucun cas, les juifs ne peuvent faire partie des organismes chargés de représenter les professions visées aux articles
4 et 5 de la présente loi ou d'en assurer la discipline.

Art. 7. – Les fonctionnaires juifs visés aux articles 2 et 3 sont admis à faire valoir les droits définis ci-après :
1° Les fonctionnaires soumis au régime de la loi du 14 avril 1924 recevront une pension d'ancienneté avec jouissance
immédiate s'ils réunissent le nombre d'années de service exigé pour l'ouverture du droit à cette pension.
Si, sans remplir cette condition, ils ont accompli au moins quinze années de services effectifs, ils bénéficieront avec jouissance
immédiate d'une pension calculée à raison, soit d'un trentième du minimum de la pension d'ancienneté pour chaque année de
services de la catégorie A, soit d'un vingt-cinquième pour chaque année de services de la catégorie B ou de services militaires.
Le montant de cette pension ne pourra excéder le minimum de la pension d'ancienneté augmenté, le cas échéant, de la
rémunération des bonifications pour services hors d'Europe et des bénéfices de campagne ;
2° Les fonctionnaires soumis au régime de la caisse nationale des retraites pour la vieillesse obtiendront, s'ils comptent au moins
quinze ans de services effectifs, la jouissance immédiate d'une allocation annuelle égale au montant de la rente vieillesse qui leur
serait acquise à l'époque de la cessation de leurs fonctions si leurs versements réglementaires avaient été effectués dès l'origine
à capital aliéné. Cette allocation cessera de leur être attribuée à compter de la date d'entrée en jouissance de leur rente sur la
caisse nationale des retraites ;
3° Les fonctionnaires des départements, communes ou établissements publics qui possèdent une caisse spéciale de retraites
bénéficieront, avec jouissance immédiate, de la pension d'ancienneté ou de la pension proportionnelle fixée par leur règlement
de retraites, s'ils remplissent les conditions de durée de services exigées pour l'ouverture du droit à l'une de ces pensions ;
4° Les agents soumis au régime de la loi sur les assurances sociales et comptant au moins quinze années de services effectifs
recevront, de la collectivité ou établissement dont ils dépendent, une allocation annuelle égale à la fraction de la rente vieillesse
constituée par le versement de la double contribution durant toute la période où ils sont restés en service. Cette allocation
cessera de leur être attribuée à compter de la date d'entrée en jouissance de ladite rente ;
5° Les fonctionnaires tributaires de la caisse intercoloniale de retraites ou des caisses locales, et comptant au moins quinze
années de services effectifs, bénéficieront d'une pension dans les conditions qui seront déterminées par un règlement
d'administration publique ;
6° Les fonctionnaires et agents ne remplissant pas les conditions requises pour pouvoir bénéficier des pensions et allocations
ci-dessus recevront leur traitement pendant une durée qui sera fixée par un règlement d'administration publique;
7° La situation des ouvriers des établissements militaires et industriels de l'État sera réglée par une loi spéciale.
Les fonctionnaires ou agents juifs visés par les articles 2 et 3 de la loi du 3 octobre 1940 sont considérés comme ayant cessé
leurs fonctions à la date du 20 décembre 1940.
Les fonctionnaires ou agents qui sont atteints par les nouvelles interdictions édictées par la présente loi cesseront leurs fonctions
dans le délai de deux mois après la publication de celle-ci.
L'application des dispositions de la présente loi aux prisonniers de guerre est différée jusqu'à leur retour de captivité.
Les fonctionnaires ou agents juifs visés aux articles 2 et 3 et actuellement prisonniers de guerre cesseront d'exercer leurs
fonctions deux mois après leur retour de captivité.
Les dispositions de la présente loi ne seront applicables aux ascendants, conjoint ou descendants d'un prisonnier de guerre que dans un délai de deux mois après la libération de ce prisonnier.
En ce qui concerne les personnels en service outre-mer, un décret rendu sur la proposition des secrétaires d'État intéressés
déterminera les conditions de la cessation de leurs fonctions.

Art. 8. – Peuvent être relevés des interdictions prévues par la présente loi, les juifs :
1° Qui ont rendu à l'État français des services exceptionnels ;
2° Dont la famille est établie en France depuis au moins cinq générations et a rendu à l'Etat français des services exceptionnels.
Pour les interdictions prévues par l'article 2, la décision est prise par décret individuel pris en conseil d'Etat sur rapport du
commissaire général aux questions juives et contresigné par le secrétaire d'État intéressé.
Pour les autres interdictions, la décision est prise par arrêté du commissaire général aux questions juives.
Le décret ou l'arrêté doivent être dûment motivés.
Les dérogations accordées en vertu des dispositions qui précèdent n'ont qu'un caractère personnel et ne créeront aucun droit en faveur des ascendants, descendants, conjoint et collatéraux des bénéficiaires.

Art. 9. – Sans préjudice du droit pour le préfet de prononcer l'internement dans un camp spécial, même si l'intéressé est
Français, est puni :
1° D'un emprisonnement de six mois à deux ans et d'une amende de 500 F à 10000 F, ou de l'une de ces deux peines
seulement, tout juif qui s'est livré ou a tenté de se livrer à une activité qui lui est interdite par application des articles 4, 5 et 6 de
la présente loi :
2° D'un emprisonnement de un an à cinq ans et d'une amende de 1 000 F à 20 000 F, ou de l'une de ces deux peines
seulement, tout juif qui se sera soustrait ou aura tenté de se soustraire aux interdictions édictées par la présente loi, au moyen de déclarations mensongères ou de manoeuvres frauduleuses.
Le tribunal peut, en outre, ordonner la fermeture de l'établissement.

Art. 10. – Les fonctionnaires ayant cessé leurs fonctions par application de la loi du 3 octobre 1940 et qui peuvent se prévaloir
des dispositions de la présente loi, sont admis à solliciter leur réintégration dans des conditions qui seront fixées par décret en
conseil d'État.

Art. 11. – La présente loi est applicable à l'Algérie, aux colonies, pays de protectorat, en Syrie et au Liban.

Art. 12. – La loi du 3 octobre 1940, modifiée par les lois du 3 avril et du 11 avril 1941, est abrogée ; les règlements et les décrets pris pour son application sont maintenus en vigueur jusqu'à ce qu'ils soient modifiés s'il y a lieu par des règlements et
des décrets nouveaux.

Art. 13. – Le présent décret sera publié au Journal officiel et exécuté comme loi de l'État.

Fait à Vichy, le 2 juin 1941.

Ph. PETAIN.

Par le Maréchal de France, chef de l'État français :

L'amiral de la flotte, vice-président du conseil, ministre secrétaire d'État aux affaires étrangères, à l'intérieur et à la marine,
Amiral Darlan.

Le garde des sceaux, ministre secrétaire d'État à la justice, Joseph BARTHELEMY.

Le ministre secrétaire d'État à l'économie nationale et aux finances, Yves Bouthillier.

Le général d'armée, ministre secrétaire d'État à la guerre, Général HUNZIGER.

Le ministre secrétaire d'État à l'agriculture,
Pierre CAZIOT

 

TOP OF PAGE                                           NAVIGATOR

 

 

Bilan d'application des Statuts des Juifs (avril 1942)

 

Source: Marc-Olivier BARUCH, Servir l'Etat Français, Fayard, Paris, 1997, p 655

 

MINISTERE

LOI DU 3 OCT 1940

LOI DU 2 JUIN 1941

TOTAL

ZONE OCCUPEE

ZONE NON OCCUPEE

Affaires Etrangères

14

0

14

0

14

Agriculture

18

1

19

9

10

Aviation

213

43

256

7

249

Colonies

41

6

47

0

47

Education nationale

986

125

1111

426

685

Famille

11

0

11

7

4

Finances

115

54

169

85

84

Guerre

697

164

861

2

859

Intérieur

20

5

25

16

9

Justice

59

0

59

31

28

Marine

165

2

167

0

167

Production Industrielle

25

0

25

9

16

PTT

481

64

545

96

449

Ravitaillement

0

22

22

0

22

Transports, Travaux Publics

49

1

50

29

21

Travail

16

25

41

36

5

 

 

TOTAL

 

 

2910

 

 

512

 

 

3422

 

 

753

 

 

2669

 

 

TOP OF PAGE                                           NAVIGATOR

 

 

 

EXTRACT FROM ANONYMOUS LETTER TO PETAIN

Archives Nationales 2AG/618, Lettre ‘d’un Français 100%’, Marseille, avril 1941au Maréchal Pétain,

In this extract the anonymous writer, who signs as a 'Français 100%' complains to Pétain about the Police state atmosphere which exists under his regime and the brutalities committed against foreign Jews

The rest of the letter can be seen in http://artsweb.bham.ac.uk/vichy/opinion.htm

 

(....) Voilà la France qui à son tour s’abaisse à traiter des hommes comme du bétail; ici à Marseille des policiers prennent plaisir à malmener des étrangers qui n’ont commis aucun délit, que celui d’aimer la France; je connais de pauvres Juifs qui ont déjà vu leurs biens confisqués dans leur pays natal, chassés et traités, comme on ne traite pas des chiens, et qui ici se voient menés au commissariat où on les a roués de coups sous des prétextes absurdes. Un jeune Belge israélite qui en Belgique avait fait plus que son devoir et avait même accompli des missions extrêmement dangereuses, m’a raconté comment il a été reçu, maltraité et injurié par un adjoint du capitaine du port, dont il avait besoin du visa pour la sortie. J’ai appris que plus que jamais la prévarication sévit d’une façon monstruese, partout auprès des autorités occupantes et des autorités françaises avec des milliers de francs on obtient tout ce qu’on veut. Le fonctionnaire est roi et il y a des marchés noirs pour les passeports, les permis, les certificats, comme pour les vivres. Même chez les ‘valeureux compagnons’ il règne une mentalité plus que douteuse; ceux qui les emploient les payent ou les nourissent si mal, qu’ils vont voler et piller le soir un peu partout.

Dans les petites villes beaucoup de légionnaires agissent aussi en maîtres et cherchent à organiser la délation et l’espionnage, même quelque fois dans leurs propres familles. Je ne vois pas du tout avec ces moeurs revenir la discipline et l’esprit de famille. (....)

TOP OF PAGE                                           NAVIGATOR

 

 

 

Instructions de M. Hennequin, directeur de la police municipale, aux agents de police lors de la Rafle du Vél' d'Hiv' Paris, 16-17 juillet 1942
In July 1942, the Parisian police participated in the mass arrests of Jews in the Paris region. They were then hearded into the 'Vél d'Hiv' sports stadium before being handed over to the Nazis for deportation
source: http://perso.wanadoo.fr/d-d.natanson/hennequin.htm
« 1. Les gardiens et inspecteurs, après avoir vérifié l'identité des Juifs qu'ils ont mission d'arrêter, n'ont pas à discuter les différentes observations qui peuvent être formulées par eux [...]
2. Ils n'ont pas à discuter non plus sur l'état de santé. Tout Juif à arrêter doit être conduit au Centre primaire.
3. Les agents chargés de l'arrestation s'assurent lorsque tous les occupants du logement sont à emmener, que les compteurs à gaz, de l'électricité et de l'eau sont bien fermés. les animaux sont confiés au concierge. [...]
7. [...] Les opérations doivent être effectuées avec le maximun de rapidité, sans paroles inutiles et sans aucun commentaire.
8. Les gardiens et inspecteurs chargés de l'arrestation rempliront les mentions figurant au dos de chacune des fiches :
  • Indication de l'arrondisement ou de la circonscription du lieu d'arrestation ;
  • « Arrêté par », en indiquant les noms et services de chacun des gardiens et inspecteurs ayant opéré l'arrestation ;
  • Le nom de la personne à qui les clés auront été remises ;
  • Au cas de non-arrestation seulement de l'individu mentionné sur la fiche, les raisons pour lesquelles elle n'a pu être faite et tous renseignements succints utiles ;
    Et selon le tableau ci-après :
SERVICE :
Agents capteurs :
Nom..............................................
Nom..............................................
Service..............................................
Service..............................................
Clés remises à M. ..............................................
No ..............................................
rue ..............................................
Renseignements en cas de non-arrestation
Paris, le 12 juillet 1942
Le Directeur de la Police Municipale
Signé HENNEQUIN

TOP OF PAGE                                           NAVIGATOR

 

Anonymous letter denouncing arrest of Jews

 

Archives Départementales des Bouches-du-Rhône M6 10986, Lettre anonyme "d'un Français qui s'obstine encore à croire en Dieu et en la France" à Monsieur le Préfet des Bouches-du-Rhône, 6 août 1942

 

Background: In the Summer of 1942 the Vichy government enquired with the Germans about the possibility of including Jews from the Southern zone of France in the deportations that the Nazis were planning. France thus became the only country to deport Jews from an unoccupied territory. Prior to November 1942, the arrests in the Southern zone were all carried out by the French police. 

This letter recounts the conditions in which some arrests took place, (prior to the main round-ups at the end of August), from a Marseille hotel in which he was staying. Clearly a Christian he is appalled that such events should be happening in France. He asks whether it was for this that he got gassed in the First World War or lost his son in the Second.  ('Et je me demandais si c'était pour cela que je m'étais fait gazer en 14/18, si c'était pour cela que l'un de mes enfants s'était fait tuer en 40'.) He goes on to make unfavorable comparisons between the human race and earth-worms.

 

Marseille, le 6 août 1942

Monsieur le Préfet des Bouches-du-Rhône

Permettez à un Français de passage à Marseille d'exprimer la douleur qu'il a ressentie en face des scènes poignantes auxquelles il lui fut donné d'assister à l'hôtel en pleine nuit. Ce que j'ai vu m'a démontré avec la plus impitoyable brutalité qu'en aucun temps, en aucun lieu, vainqueur ne fut plus férocement, plus lâchement cruel et vaincu plus pauvrement servile.

Nous assistons chez beaucoup trop de Français, hélas, sidérés par la force brutale du vainqueur, dénaturés et 'adaptés' par un phénomène particulier de mimétisme psychologique, à un durcissement du coeur qui se concilie à peine avec le plus barbare des paganismes et répudie les plus élémentaires de nos conceptions chrétiennes. Et l'on se demande jusqu'à quel point l'hypocrisie peut fournir à l'humaine ignominie des paravents de fausse pitié ou de bas patriotisme derrière lesquels se commettent les besognes les moins glorieuses.

L'on reste confondu, stupide, douloureusement humilié lorsqu'on voit des Français bardés de leur mandat policier arracher de leur lit des hommes et des femmes de tout âge pour les livrer à la Brute. Leurs crimes?... Ils sont juifs.... On croit rêver.

J'ai vu, non parmi les victimes expiatoires qui s'en allaient résignées et comme absentes mais dans l'assistance atterrée des gens qui sanglotaient. Ils connaissaient bien les 'braves femmes' qu'on emmenait. Et ces Français accessibles, eux, à la pitié m'ont consolé un peu de beaucoup d'autres. Car, je vous le jure Monsieur le Préfet, je n'étais pas fier d'être Français devant l'exploit pitoyable des représentants des Autorités. Et je me demandais si c'était pour cela que je m'étais fait gazer en 14/18, si c'était pour cela que l'un de mes enfants s'était fait tuer en 40.

Mais il y a pis, m'-a-t-on dit. Il y a la chasse aux petits, Monsieur le Préfet, aux tout petits que d'autres sbires français ont été cueillir dans les séminaires ou hospices où leurs mamans les croyaient à l'abri et que l'on nous a également chargés de jeter dans la gueule de la Bête.

On aura ainsi tué en nous jusqu'au moindre vestige de pitié. Pitié que l'on eût pu croire d'autant plus irrésistible que nous sommes parfaitement sûrs de l'innocence des victimes. La Pitié! Le seul sentiment vrai, mais combien fragile qui nous relie à Dieu. On aura ainsi tué en nous jusqu'à cet instinct qui est à la base de la création, celui qui nous porte à protéger la faiblesse, l'innocence des tout petits et que la Providence a mis dans le plus indigne, le plus répugnant des êtres.

Que l'homme en général soit pétri dans une boue gluante, saturée de poisons, qu'à côté de lui le ver de terre nous apparaisse parfois sublime, nous le savions, mais que ce soit des Français qui, cette fois, me l'aient rappelé de si brutale façon, de là, et de là surtout, viennent mon effondrement et ma douleur. Et je pense à ma belle France!

Cet effacement de notre pays, sa contamination morale progressive ne sont pas les côtés les moins affreux de notre affreuse défaite.

Croyez, Monsieur le Préfet, en dépit des considérations amères sur la pauvre chose que nous sommes, au respectueux dévouement d'un Français qui s'obstine encore à croire en Dieu et en la France.

 

TOP OF PAGE                                           NAVIGATOR

 

 

Extracts from the letter of a Jew whose relatives have been deported

AN 2AG 82 SP10M, Aimée Cattan au Maréchal Pétain, 28/6/43
Background: Aimée Cattan's two sister and her aunt were arrested during the police round-ups in Marseille on 22 january 1943. She is still without news and sends a desperate letter to Marshall Pétain

(....)

vous rendez-vous compte de ce que représentent pour nous des mots tels que: 'destination inconnue' dans une époque aussi troublée et aussi malveillante que la nôtre?!!? Imaginez des êtres qui vous sont chers dans ces affreux camps de concentration et cela Dieu seul sait où?!!?

(....)

Ma famille n'a rien d'autre à se reprocher que d'être née juive. Elle s'est conformée scrupuleusement aux lois raciales en vigueur. D'ailleurs si leurs cartes d'identité ne comportaient pas la mention 'Juif ' en gros caractères et au tampon rouge, je suis persuadée que je n'aurais pas actuellement à trembler sur le sort qui leur est réservé

(....)

TOP OF PAGE                                           NAVIGATOR

 

 

CHRONOLOGY

Chronology of Jewish persecution

 

The chronology below is an original compilation drawn from the following sources:
Special edition of L'Histoire: "Auschwitz, la solution finale" (in the series 'les collections de l'Histoire, H.S. n° 3, October 1998)
AZEMA (J-P) & BEDARIDA (F), (eds) 1938-1948, Les années de tourmente, dictionnaire critique, Flammarion, Paris, 1995
AZEMA (Jean-Pierre), De Munich à la Libération, 1938-1944, Le Seuil, Paris, 1979
CREMIEUX-BRILHAC, (Jean-Louis), La France Libre, Gallimard, Paris, 1996
KEDWARD (H R) & AUSTIN (R), Vichy France & the Resistance: Culture & Ideology, Croom Helm, 1995
PITEAU (Michel) (Ed.), La Provence et la France de Munich à la Libération (1938-1945),  Edisud, Aix-en-Provence, 1994.

 

1940     1941     1942    1943     1944   1945
Return to top of page

1940

22 07 1940 loi 'relative à la révision des naturalisations' postérieures à 1927

27 08 1940 abrogation du décret-loi Marchandeau du 21/04/39. Les délits 'd'injure raciste' ou 'd'incitation à la haine raciale' disparaissent

27 09 1940 l'occupant promulgue en zone nord une ordonnance sur les Juifs- celle-ci impose le recensement de toute personne d'origine juive ou dont plus de deux grands-parents ont été de religion juive

03 10 1940 Vichy arrête de sa propre initiative un premier statut des Juifs. Cette 'loi' offre une définition du 'Juif' et interdit certaines professions aux Juifs (fonction publique, presse, spectacle)

04 10 1940 Par une nouvelle loi de Vichy les Préfets peuvent assigner à résidence forcée des Juifs étrangers et les interner dans des camps spéciaux (Aix, Gurs, Rivesaltes)

07 10 1940 abrogation du décret Crémieux qui en 1870 avait accordé la nationalité française aux Juifs d'Algérie
 


1941
1940     1941     1942    1943     1944   1945
Return to top of page

29 03 1941 création par Vichy du commissariat général aux questions juives (CGQJ). Le CGQJ est chargé d'appliquer la politique antisémite. Son premier directeur est l'anti-sémite nationaliste Xavier Vallat

courant avril 1941 arrestations en masse dans la zone sud pour interner les Juifs étrangers dans les camps

14 05 1941 première arrestation de masse. A Paris, la préfecture de police convoque dans les commissariats 6494 Juifs étrangers. Les 3430 qui s'y présentent sont arrêtés et conduits dans les camps de Pithiviers et Beaune-la Rolande.

02 06 1941 second statut des Juifs avec interdictions professionnelles élargies et une loi prescrivant le recensement des Juifs

22 07 1941 loi 'relative aux entreprises, biens et valeurs appartenant aux Juifs'. Ces entreprises doivent désormais être placées sous administration provisoire sous le contrôle d'un administrateur nommé par le CGQJ. Les entreprises sont alors soit liquidées, soit vendues dans un processus d' aryanisation.

20 08 1941  rafle de Juifs étrangers menée principalement dans le 11e arrondissement de Paris. La raflée est menée par les forces de police françaises encadrées par des militaires allemands. Arrestation de 4232 Juifs, des hommes âgés de 18 à 50 ans et de toutes nationalités. Parmi eux se trouvent de nombreux Français. Ils sont internés à Drancy.

29 11 1941 Création de l'Union Générale des Israélites de France (UGIF)

1942
1940     1941     1942    1943     1944   1945
Return to top of page  

02 01 1942 dans la zone libre, décret ordonnant le recensement des Juifs établis en France depuis 1936.

20 01 1942 conférence de Wannsee (systématisation des plans d'extermination nazis)

07 02 1942 Les Juifs de la zone occupée sont soumis au couvre-feu.

27 03 1942 départ de Drancy du premier convoi ferroviaire de 'déportés raciaux' vers Auschwitz

06 05 1942 Darquier de Pellepoix remplace Xavier Vallat comme commissaire général aux questions juives

29 05 1942 dans la zone occupéen une ordonnance oblige les Juifs de plus de six ans à porter l'étoile jaune.

16/17 07 1942 la police française rafle 12884 Juifs étrangers à Paris, (rafle dite du 'Vel d'Hiv')

06 07 1942 Laval propose à l'Allemagne d'inclure les enfants de moins de 16 ans dans les déportations de Juifs

03 08 1942 protestation de monseigneur Salièges contre les mesures antisémites et les persécutions à la suite de la livraison de Juifs étrangers de la zone sud aux nazis

26 08 1942 début des rafles massives de Juifs en zone sud; 11000 Juifs raflés ou déjà internés sont transférés à Drancy et déportés.

25 09 1942 article de Brasillach dans 'Je suis partout': 'il faut se séparer des Juifs en bloc et ne pas garder de petits'

10 10 1942 quelque 2000 Juifs étrangers sont arrêtés en zone occupée

11 12 1942 loi relative à l'apposition de la mention 'juif' sur les titres d'identité

1943
1940     1941     1942    1943     1944   1945
Return to top of page

  22-27 01 1943 destruction par les Allemands des 'Vieux Quartiers' de Marseille et arrestation d'environ 800 Juifs français et étrangers

Septembre/octobre 1943 rafles menées dans l'ancienne zone d'occupation italienne.
 


1944
1940     1941     1942    1943     1944   1945
Return to top of page

06 04 1944 arrestation et déportation de 47 enfants enfants juifs d'Izieu

16 06 1944 Marc Bloch est fusillé par les Allemands

20 06 1944 la Milice assassine Jean Zay

09 08 1944 ordonnance du gouvernement provisoire de la République française qui institue notamment la nullité de tous les actes 'qui établissent ou appliquent une discrimination quelconque fondée sur la qualité de juif'

17 08 1944 départ de Drancy du dernier  train de déportés raciaux vers l'Allemagne

1945
1940     1941     1942    1943     1944   1945
Return to top of page

 27 01 1945 l'Armée Rouge libère Auschwitz

10-30 05 1945 1ers retours en France: 3,3 % des 76,000 'déportés raciaux'

Return to top of page

 


 

BIBLIOGRAPHY ON VICHY & THE JEWS
 

Below you will find a broad bibliography of questions related to this topic, drawn from texts regularly cited with regard to this subject. It is by no means exhaustive. But it is hoped that those who access this page will co-operate in building on this information. If you know of any other works on subjects related to these themes, please let me know at S.K.Kitson@bham.ac.uk, so that I can update the list. Similarly if you notice any errors in the list below, please let me know.  
 



ADLER, Jacques, The Jews of Paris and the Final Solution, OUP, Oxford, 1987 

BADINTER, Robert, Un Antisémitisme ordinaire. Vichy et les avocats juifs (1940-1944), Fayard, Paris, 1997

 BILLIG, Joseph, Le Commissariat général aux Questions juives, Editions du Centre,  Paris, 1955 

COURTOIS, Stéphane & RAYSKI, Adam, Qui savait quoi ? L'extermination des Juifs La Découverte, Paris, 1987

 COURTOIS, Stéphane, PESCHANSKI, Denis & RAYSKI, Adam, Le sang de l'etranger, les immigres de la MOI dans la resistance, Fayard, Paris,  1989 

 DAWIDOWICZ, Lucy, The War Against the Jews, Holt, New York, 1975 

GRANDJONC (Jacques) & GRUNDTNER (Theresia) [ed], Zone d'Ombres, 1933-1944, Alinéa, Aix-en-Provence, 1990.

GRYNBERG, Anne,  Les Camps de la honte, les internés juifs des camps français (1939-1944), Découverte, Paris, 1991 

KASPI,  André, Les Juifs pendant l'Occupation,  Seuil, Paris, 1991 

 KLARSFELD (Serge), le calendrier de la persécution des Juifs en France, 1940-44, Les Fils et Filles des déportés Juifs de France, Paris, 1993. 

KLARSFELD (Serge), Vichy-Auschwitz. Le rôle de Vichy dans la solution finale de la question juive en France, 2 volumes, Fayard, Paris, 1983 

LALOUM, Jean,  La France antisémite de Darquier de Pellepoix, Syros, Paris, 1979

LAMBERT (Raymond-Raoul), Carnets d'un témoin, 1940-43. Fayard, Paris, 1984. 

MARRUS (Michael) & PAXTON (Robert Owen), Vichy et les Juifs, Hachette 'le livre de poche Biblio', Paris, 1990 

MARRUS (Michael) & PAXTON (Robert Owen), Vichy France and the Jews, Stanford, 1995 

OPPETIT (Christian) (Ed.), Marseille, Vichy et les nazis. Le temps des rafles, la déportation des juifs, Amicale des Déportés d'Auschwitz et des camps de Haute-Silésie, Marseille, 1993. 

POZNANSKI (Renée), Etre Juif en France pendant la Seconde Guerre Mondiale, Hachette, Paris, 1994 

RAYSKI (Adam), Le Choix des Juifs sous Vichy, La Découverte, Paris, 1993

RYAN (Donna), The holocaust and the Jews of Marseilles: the enforcement of anti-semitic policies in Vichy France, University of Illinois Press, Urbana, 1996 

SINGER (Claude), Vichy, l'université et les Juifs, Hachette 'Pluriel', Paris, 1996 

SLITINSKY (Michel), Procès Papon, le devoir de justice, L'Aube, Paris, 1997 

WEISBERG (Richard H), Vichy law and the holocaust in France, New York UP, 1996 

WEISBERG, Richard, Vichy, La Justice et les Juifs, Editions des Archives, Paris, 1998

WELLERS, Georges, KASPI, André & KLARSFELD, Serge, La France et la Question Juive, Messinger, Paris, 1981

WIEVIORKA, Annete, Ils étaient Juifs, résistants, communistes, Denoël, Paris, 1986

ZUCOTTI (Susan), The holocaust, the French and the Jews, Basic Books, New York, 1993
 
 

 

 

 


 

 

Links to The persecution and extermination of Jews

 


Emilie Guth; rescuer of French Jews Guth and member of the French resistance group  "Combat". She distributed false ID cards, food ration cards and money to Jews who were in hiding in Marseilles.
http://motlc.wiesenthal.com/gallery/pg39/pg9/pg39942.html

Ermine Orsi; French rescuer of Jews in WWII and membert of "Combat". She arranged for Jews who had survived the deportations to be hidden in the village of Le Chambon-sur-Lignon.
http://motlc.wiesenthal.com/gallery/pg39/pg9/pg39938.html

CDJC site
http://www.calvacom.fr/calvaweb/memorial/cdjchome.html

'Mémoire de la déportation' site
http://www.fmd.asso.fr/framehis.html

Jewish-Maghrebi History site (chronology contains references to Vichy and help put the Vichy period in a wider context)
http://www.geocities.com/Paris/Jardin/2471/judeo_maghrebi_lit/index.html

Reviews and comments on Richard Weisberg's book 'Vichy Law and the Holocaust'
http://www.amgot.org/weisberg.htm

Page devoted to Renée Poznanski's book 'Etre Juif en France pendant la seconde guerre mondiale'
http://www.monde-diplomatique.fr/1995/05/BRAIBANT/1494.html

Site of the Union des Résistants et Déportés Juifs de France
35 Place Saint-Ferdinand - 75017 PARIS
Adresse email : urdf @ cie fr
http://www.cie.fr/urdf/

Edmond Michelet, Centre National d'Etudes de la Résistance et de la Déportation,  4, rue Champanatier - 19000 Brive
http://www.internet19.fr/culturel/michelet/micf.htm

World Jewish Congress
http://www.wjc.org.il/stud18.htm

Bibliography of France and the Shoah
http://www.amgot.org/fj_bibl.htm

Musée-mémorial des enfants d'Izieu.
http://www.izieu.alma.fr/

Fédération Nationale des Déportés et Internés Résistants et Patriotes
http://fndirp.com/index.html

The US Holocaust Memorial Museum
 http://codoh.com/info/infoihr/ihr9usmuseum.html

Five U.S. banks operating in France during World War II handed over Jewish accounts to the Nazi occupiers, according to a report released.
http://syninfo.com/ian/PRIVATE/1999/02/03/1999020319092557.html

Sardari and the Jews of Paris during World War II
http://users.sedona.net/~sepa/sardarij.html

Snap's coverage of Holocaust history
http://mcafee.snap.com/main/channel/item/0%2C4%2C-9364%2C00.html

Marie-Rose Gineste; rescuer of Montaubon's Jews and maquis leader.
http://motlc.wiesenthal.com/gallery/pg39/pg9/pg39950.html

Jews fighting for the liberation of Paris
http://motlc.wiesenthal.org/albums/palbum/p03/a0189p3.html

Ivan Beltrami; a "Righteous Among the Nations" A French Catholic doctor, Beltrami started hiding Jews in his home in 1941. In 1942 he joined the French Resistance.
http://motlc.wiesenthal.com/gallery/pg39/pg9/pg39946.html

Simon Wiesenthal site
http://motlc.wiesenthal.org/gallery/pg43/pg2/pg43247.html

Site concerned with anti-semitism before and during Vichy
http://www.educreuse23.ac-limoges.fr/cyber/lycee/loewy/enfants/epoque.htm

The Final Solution 1941-1945
http://www.ibcnet.com/israel/general/holocaust/ch4.htm

David Katz Holocaust Survivor recalls life on the run from the Nazis
http://www.holocaustcommission.org/speakers_bureau/david_katz.html

Jewish student online resources
http://www.us-israel.org/jsource/Holocaust/vichy.html

Adam Rayski's page: lettre des résistants et des déportés juifs
http://www.cie.fr/urdf/vichy/vichy.htm

 

 

NAVIGATOR

Click on the links below to move to other parts of the Vichy-Web

General Info about France during 

World War 2

Recent and forth-coming events

Book Reviews

General Links to Other Vichy related sites
General Chronology General Bibliography
Abbreviations 

Contacts and Addresses

Archives, Libraries & Research Centres

Museums

Scholars

Second World War France by Themes

Historical reference The road to defeat The Occupiers & their policies
Vichy Administrations & Organisations Vichy Governments
Collaborators & Collaborationnists Vichy Police Deportation and Persecution

 

Propaganda Public Opinion

 

Everyday Life Cultural and Artistic Life Sport

 

Gender

 

The French Empire at war  

 

Resistance The Allies in France, The Allies and France Liberation 
Post-war Reconstruction Historiography and Memory

Page maintained by 

Simon Kitson 

French Studies, University of Birmingham,

Edgbaston, B15 2TT,

West Midlands, UK

s.k.kitson@bham.ac.uk