Simon Kitson's

 

 

VICHY WEB

 

 

 

THE DEFEAT OF FRANCE

 

INTRODUCTION

 

 

 

Declaration of war

On 3 September 1939 France and Britain declared war on Nazi Germany.

The immediate reason for entry into the war was the German invasion of Poland two days earlier. 

The Germans had attacked Poland officially because Polish territorial gains after World War One had cut Germany off from the sea.

But this was part of the Nazi desire for ‘Lebensraum’ and their search for domination of central Europe. 

 

The French decision to defend Polish integrity

France had an alliance with Poland (dating from 1921 and renewed in 1939). The non-respect of this alliance would have weakened French credibility in the world.

France was also subject to British pressure. Britain was determined not to abandon Poland. This determination was underpinned by the realisation that the western Allies had suffered a humiliating series of compromises at the hands of Nazi expansionism. In 1935 they had turned a blind eye as military service was re-introduced in Germany, a clear infringement of the terms of the 1919 Versailles treaty. They had not reacted when Hitler had organised the remilitarization of the Rhineland in 1936. They had ignored the creation of the Anschluss, or Austro-German union, in 1938. That same year, at the Munich conference, the western Allies had forced Czechoslovakia to give up territory to the Germans to save peace. The nazis had exploited the West’s unwillingness to go to war and contravening the Munich agreements had invaded the whole of Czechoslovakia in March 1939. The failure of these successive concessions to satisfy Germany had exhausted the patience of the western powers.

Given that in the late 1930’s European war seemed increasingly inevitable the moment to call Hitler’s bluff seemed to have arrived. The British and French were keen that Germany should not make any more territorial gains because each time she did Hitler’s position was strengthened.

The war aim was collective self-defence not the overthrow of Nazism.

 

Drôle de Guerre (Phoney war)- a strategy of inactivity

Despite the declaration of war there was no major offensive in the west. Instead there was a period of inactivity known in English as the Phoney War, in French as the Drôle de Guerre and in Germany as the Komische Krieg or more humoursly as the ‘Sitzkrieg’. During that time, the Germans themselves were busy in the East. The allies did launch two minor offensives: a short-lived French outing into the Saar region of Germany and a failed Allied excursion into Scandinavia. But there was little desire on the side of either the British or the French to launch an outright attack at this stage.

This was in keeping with the Allied thinking for the war. They had based their whole strategy around the idea of a long-drawn out conflict. This would give them more time to re-arm with modern equipment. It was felt that time would be on the Allied side. Despite a policy of ‘Lebensraum’ the Germans had not yet amassed a territory to compete with the Empires of the western democracies. The Allies also felt that in the long run the Americans, who so far were neutral, may be convinced to enter the war. The British and French thinking revolved around holding defensive positions whilst strangling the German economy with a British sea blockade. It was believed this may cause an implosion in Germany just as in the First World War shortages had caused mutinies and revolutions. The French were under delusions about the fragility of the Nazis hold over German society. 

 

 

Drôle de Guerre (Phoney war)- the hardships

Of course this same logic of possible implosion might equally be applied to French society. The outbreak of war imposed hardships on the French people. There was an important decrease in real spending power. Overtime was no longer paid despite the increases in inflation and the government introduced new taxes. Normal life was disrupted. 5 million men were mobilised in the space of 2 months. Civil defence procedures saw the introduction of curfews, the blacking out of windows, the construction of shelters, the issuing of gas masks and the sounding of air-raid sirens. Certain types of activities were banned or limited. Dances were forbidden. Theatres were reduced to opening in the afternoon. Restaurants had to close earlier. Schools were simply shut down if they did not posses an air-raid shelter. Shortages became apparent. There were fewer buses. Newspapers were reduced in size. Food and fuel were in short supply. Restrictions were officially imposed in November 1939 and again in March 1940. The evacuation of certain categories of the population was organised. Alsatians and Lorrainers were encouraged to resettle to the South West, although the conditions of their evacuation were often difficult. Similarly many Parisians headed south or sent their children to provincial relatives.

 

Drôle de Guerre-attempts to encourage patriotism

To try to overcome the negative effects of these hardships the government tried to reinforce patriotism through its propaganda campaigns. Government leaflets and propaganda films laid great stress on the resources of the Empire, on the Franco-British alliance, on the strength of France’s impressive defensive fortifications known as the ‘Maginot line’. The public was encouraged to make sacrifices for their country. Charitable events were held around patriotic themes. Concerts were organised for mobilised soldiers. Primary and secondary schools were encouraged to ‘adopt’ a particular soldier to whom they would send food parcels.

The government were helped in their efforts by the advertisements of private companies, who for commercial reasons, were determined to milk patriotism. Many companies organised their campaigns around patriotic themes. They portrayed the very act of consuming as patriotic because it was assuring the survival of the French economy. Advertisements exploited the theme of the absent soldier: cosmetic firms sought to persuade women that they should remain beautiful for when their soldier would return. All sorts of products presented themselves as the ideal present for the absent soldier. Health tonics stressed the need to stay strong to fight the war or to replace the soldiers at the front. Many companies added the words ‘France’ or ‘français’ to the name of their product. Some stressed the need to support the war effort or, like the National Lottery, underlined their company’s own contribution. Parents were expected to pass the patriotic message to their children in the choice of their toys. Tin soldiers were popular, as were toy ‘Maginot lines’ or nurse dolls for girls.

 

The course of the battle

It was on 10 May 1940 that Hitler turned his war machine against Western Europe. German troops made their way into Holland and Belgium. To counter them the French and British poured their best troops into Belgium. But the main thrust of the German attack came further south through the poorly guarded Ardennes forest and onto Sedan. The tanks commanded by General Heinz Guderian breached the dense Ardennes forest which in March 1934 Marshal Philippe Pétain had declared 'impenetrable'. This had the effect of cutting off the best Allied troops in Belgium. The impressive series of defensive concrete fortifications known as the 'Maginot line' which France had proudly erected between 1929 and 1939 were simply bypassed. Panic accompanied this military chaos.

 

 

The course of the battle- Civilian Exodus

As the German armies advanced chaos ensued. With memories of occupation during the 1914-18 conflict and rumours that Hitler's troops were even more brutal than the Kaiser's had been, millions of French people joined the exodus of Belgian refugees already on the roads heading south. This was a migration of people on a scale unknown since the dark ages. Between 6 and 10 million people took to the roads in all types of vehicles. Some had made at least minimum preparations for the journey allowing them to take a maximum of their possessions, enough food and fuel and to have organised a refuge with family or friends. But for the most part this was a hurried and improvised departure. Their advance was slow due to the traffic congestion. Many had to abandon their cars once their petrol supply ran out. Food and drinking water were in short supply. It was difficult to find somewhere to sleep or wash. In the panic families got separated. These civilian convoys were subject to constant aerial harassment from the German ‘stuka’ dive bombers. The exodus of these civilian populations not only limited the mobility of Allied troops trying to cut off the German breakthrough but it also sent out waves of panic and the spectre of defeat.

 

 

The course of the battle-towards armistice

The government also took to the roads, leaving Paris on 10 June and heading for Bordeaux, before finally settling in the spa town of Vichy.

Paris which had been declared an ‘open city’ was occupied on 14 June and German troops marched triumphantly through its deserted streets.

French premier Paul Reynaud resigned two days later. The reins of power were now handed to the 84-year-old Philippe Pétain, a First World War hero, who immediately began enquiring about an armistice through the offices of the neutral Spanish Ambassador, de Lequerica.

 On 22 June the French signed an armistice officialising a defeat which had taken less than 6 weeks to come about.

The search for the reasons of this defeat began immediately and is still an on-going debate.

 

 

Reasons for defeat- 

Political explanations?

The decision to sue for an armistice, which is a political settlement, rather than to opt for a capitulation, which is a statement of military collapse was a deliberate attempt to place the responsibility for France’s disastrous military showing at the door of the politicians. In the inter-war period France had trouble finding consistency in government. The country was frequently changing government. Even in the months between the declaration of war and the actual commencement of fighting, premier Daladier was forced to step down in favour of Paul Reynaud, who in turn was to give up the premiership to Pétain on 16 June. Reynaud did not have a solid political base. He dreamt of creating a war cabinet drawn from all sides but the slenderness of his parliamentary majority meant that he was forced to include in the government people with only a limited support for the war.

 

 

Reasons for defeat- 

Diplomatic explanations?

France had failed to assure alliances in keeping with her policy.

A Soviet alliance might have forced Germans to fight the war on two fronts. But successive governments had failed to secure it. This failure was due both to the strength of anti-communist feeling in France and the Soviet assessment that France was an unreliable ally.

An Italian alliance proved impossible owing to concerns over the fascist regime in that country and Italian threats to French colonies.

The French and British had been unsuccessful in their attempts to coax the United States out of isolationism.

Those alliances which did exist were often badly co-ordinated and were of only limited help.

The Belgians remained neutral right up till the last minute and like the Dutch they were knocked out of the war very quickly.

Genuine Anglo-French co-ordination was only a few months old when the Germans struck. The British, who had in any event only committed limited land forces to Continental Europe, quickly evacuated them (27 May).

 

Reasons for defeat-

Pacifism?

The French population in general held a strong aversion to war. The country was haunted by memories of the 1st world war. More than one and a half million French citizens had died and a further 3 million were wounded in that conflict: proportionately more of the French population had been casualties than the German. Many French people had experienced the horrors of that war first hand either through direct participation in the fighting or through enemy occupation. The memory of those horrors was kept alive through stories recounted by participants; through plaques, memorials and ceremonies; through the very active veterans’ associations or through films and literature depicting catalytic images.   A very physical reminder were the so-called ‘gueules cassées those who had suffered disfiguring facial injuries. In this context there was a strong reluctance to allow French blood to spilt again.

Despite this widely held pacifism, the French resigned themselves to war in 1939. They were not enthusiastic but their was a stoic acceptance of one’s duty. Only a tiny number of soldiers refused the call-up.

 

Reasons for defeat- 

Poor morale & the negative effects of the phoney war?

The phoney war period, stretching from September 1939 through to the launch of the German offensive on 10 May, was a period of changes in public mood.

Despite a strongly held pacifism, the French population had managed to steel themselves for war in the Autumn of 1939. This was reinforced by efforts to stress patriotism.

However, the months of inactivity undermined the morale of soldiers. They began to wonder why they had been mobilised and to wish they were somewhere else. Letters from the front in the first half of 1940 reveal poor morale. Soldiers were bored. There was little to do apart from playing cards or listening to the radio. The situation wasn’t helped by the fact that the Winter of 1939-40 was the coldest on record since 1893.

Nevertheless by the Spring of 1940 it seems that soldiers’ morale had once again improved so that when the Germans attacked many French troops fought courageously. More than 10,000 were killed in the first few weeks of fighting. Robert Young summarises the fighting efforts of the French in the following way:

‘In fact it has been said that there were really ‘two armies’ within the French army of 1940, one of which was resolute, the other more quickly demoralised. It had to do with their level of training, the age of the troops, the state of the weaponry, their defensive location, the quality of their leadership and several handfuls of other variables’ (Robert YOUNG, France and the Origins of the Second World War, Macmillan, London, 1996, p 145)

 

 

Reasons for defeat- 

Decadence of public?

One theory saw the defeat as punishment for French decadence. Holders of this theory maintained that the public was no longer prepared to sacrifice itself. Often they claimed that this was because the country had turned its back on rural roots and moral values.

However, this theory has many problems.

If decadence was assumed to be a twentieth century phenomenon, it hadn’t stopped France from being on the winning side in 1918.

If decadence was assumed to be only an inter-war phenomenon it should be remembered that the French had already suffered defeat in the 19th Century (1815 and 1870).

Moreover, although the public did have a strongly-held aversion to war, it should be remembered that the French army fought well in the latter stages of the campaign.

 

 

Reasons for defeat- 

Depopulation?

Moralists suggested that the reason for French defeat could be found in France’s low birth rates.

Concern with depopulation in France had been obvious since the closing stages of the 19th century. Specific associations were founded to try to overcome the problems of depopulation. These included the Alliance Nationale pour l’Accroissement de la Population Française which was founded in 1894.

France then suffered particularly badly in the First World War with proportionately greater losses than the other belligerents. Measures in the interwar period underlined what a concern this was with increased family allowances and strict antiabortion laws.

The French maintained a slower rate of growth than her neighbours and her population only grew from 39 million in 1911 to 41.2 million in 1936.

By the mid-1930’s there were more deaths than births.

These problems of depopulation led to the feeling that France was not putting enough energy into renewing herself.

The weakness of this theory of depopulation to explain defeat was that France, with the help of her allies and Empire actually managed to match German strength in numbers.

 

 

Reasons for defeat- 

Military equipment?

One theory suggests that France lost the war because of inadequate military equipment. Everyone used the opportunity to try to blame this on their opponents. The right fingered the left because in the years proceeding the war a left-wing government known as the Popular Front had reduced the working week. It didn’t take a huge leap of the imagination to believe that this reduction in the working week led to a reduction in production including in the military sector.

The left for their part accused right wing military circles of defeatist thinking and favouring the construction of huge military fortresses thereby sacrificing resources which could have been used for greater mobility.

In reality, with the exception of air-craft, the Allies actually had similar amounts of equipment to the Germans. Huge sums had been spent between 1937 and 1939 in bringing in new equipment. Difference was not so much in numbers as in strategy.

 

Reasons for defeat-

 French military strategy?

On the French side the single most important reason for the defeat was undoubtedly the strategy of its military leadership, inspired by Pétain, Weygand and Gamelin. The historian Marc Bloch who wrote a commentary on the defeat before his arrest and assassination by the Germans in 1944, claimed that the military command ‘se trompe d’une guerre’ (Marc BLOCH, L’étrange défaite, Editions du Franc-Tireur, Paris, 1946, p 56).

Allied high command had under-estimated the importance of tanks. They had failed to recognise how quickly tanks could be moved and made the tragic miscalculation that they would have to wait for infantry support.

Allied high command miscalculated where the attack would take place. The French rightly thought the Germans would attack through Belgium, after all this is what they had done in the so-called Schlieffen plan in World War One. But it was not recognised that this would only be a diversionary attack and that the main thrust would come further South through the Ardennes forest which Pétain had declared impenetrable.

The French had built all their hopes around a defensive war and they therefore didn’t have the mobility to turn the situation round once the Germans had achieved a breakthrough.

The Germans for their part used a strategy based on mobility.

 

 

Reasons for defeat-

German strengths?

French weaknesses would have paled into insignificance if they had not been opposed by German strengths.

Obviously it is distasteful to speak of the potential strengths of the Nazi regime. Such comments might be taken by some as attempts to glorify one of the most barbaric and murderous regimes of all time. But it is clear that if there was one thing the Nazis were good at it was preparing for war. The Nazi leadership had a clear unity of purpose because it was they who had actively sought a war. Through a combination of brutal repression and large-scale propaganda they managed to silence, in the short run at least, opposition within their country. Rapid successes put a gloss on their military campaigns.

In France, the success of the German breakthrough at Sedan was the result of audacious and efficient planning on the part of the German general staff who managed to create the element of surprise. The German tactic of Blitzkrieg with the concentrated use of tanks with aerial support was thoroughly modern. Its effectiveness was not only revealed against France but also in the rapidity of the defeat of lesser powers such as Belgium and Holland. The Germans also knocked the Poles out of the war extremely quickly and the Polish army at the time was not an insignificant force. When the Germans used their Blitzkrieg tactics against the USSR in 1941 they initially made rapid advances before a combination of tactical errors and harsh climatic conditions allowed the Soviets time to regroup. It was not only France which was not ready to deal with the Germans in 1940. Before 1942, no country showed the tactical nous to deal effectively with these German tactics. It might seem an obvious thing to say but the battle of France in 1940 was not only lost by the French, it was also won by the Germans. The French had no trouble at all in seeing off Italy, a country fighting with tactics as antiquated as its own. The ruthless determination of the Germans to overturn what they saw as the injustices of the Versailles treaty encouraged its leaders to rethink tactics.

The Germans enjoyed a large degree of luck in seeing its audacious plan come off. 

 

 

 

DOCUMENTATION

 

 

Extract from the diary of Micheline Bood-

 entry for 14 June 1940

Extract from Micheline Bood, Les années doubles, journal d’une lycéenne sous l’Occupation, Paris, Robert Laffont, 1974, p 24.

(…) aujourd’hui les Bochs [sic] se battent tout autour. Nos troupes se replient. Il y aurait, parait-il, une soixante de divisions fraîches (bochs). Ils sont à Evreux. C’est fou la quantité d’hommes qu’ils ont, ceux-là ! La situation est désespérée. Mais je suis sûre que nous vaincrons.

 Ils mettaient dans leurs stupides affiches : ‘nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts’. Et ce n’est pas vrai. Nous vaincrons parce qu’il n’est pas possible que Dieu permette que ces tueurs de petits enfants aient le droit de tenir dans leur main le sort du monde. 

 

 

TOP OF PAGE

RETURN TO HOME PAGE

NAVIGATOR

 

Extract from the diary of Jean Guéhenno

- entry for 17 June 1940

Extract from Jean Guéhenno, Journal des années noires, Paris, Gallimard, 1947, p 13.

Voilà, c’est fini. Un vieil home qui n’a plus même la voix d’un homme, mais parle comme une vieille femme, nous a signifié à midi trente que cette nuit il avait demandé la paix.

 Je pense à toute la jeunesse. Il était cruel de la voir partir à la guerre. Mais est-il moins cruel de la contraindre à vivre dans un pays déshonoré ?

 Je ne croirai jamais que les hommes soient faits pour la guerre. Mais je sais qu’ils ne sont pas non plus faits pour la servitude.

 

 

TOP OF PAGE

RETURN TO HOME PAGE

NAVIGATOR

 

Extract from the diary of Benoîte Groult

- entry for 18 June 1940

 

Extract taken from Benoîte and Flora Groult, Journal à quatre mains, Paris, Denoel , 2002

The extract from Benoîte Groult's diary highlights the prevalent confusion of the time with the author misinformed that was signed on the evening of 18 June when in fact it was not signed until a few days later

Pétain, héroïque peut-être mais gâteux, a demandé les conditions de l’armistice. Nos amis juifs réfugiés se serrent sous la tente, déjà vaincus. Ils savent, eux, ce que c’est que l’humiliation. Les chrétiens, rassemblés en familles par la force des circonstances, s’injurient et règlent de vieux comptes. (…)  A 20 heures, on apprend que l’armistice est signé. Tante Charles s’effond en sanglotant. ‘Alors, on va pouvoir rentrer à Paris, maman ?’ demande Gérald. Flora verse quatre très belles larmes. Et moi je me dis si intensément que dans mon cas il serait séant de pleurer que je n’y parviens pas. Et puis en montant dans notre chambre avec Flora, nous éclatons en sanglots : Tous ces morts, ces mutilés pour des prunes, ces gueules cassées qui ne se recolleront pas et l’humiliation à déguster. (…) Jusqu’à cette minute nous étions encore un peuple en guerre. Maintenant nous ne sommes qu’un peuple vaincu et nous allons apprendre quel goût a la défaite au jour le jour. Flora et Benoîte ne sont plus tout à fait les mêmes depuis cinq minutes.

 Les communiqués se succèdent ; les speakers ont une voix pathétique. L’Armée française  n’est plus qu’un ramassis d’individus qui ne savent plus dans quel sens il faut courir.

 On attend des détails sur l’armistice. A quelle sauce exactement serons-nous mangés ? Et si elle nous parait trop piquante, que pourrons-nous faire ?

 

 

TOP OF PAGE

RETURN TO HOME PAGE

NAVIGATOR

 

Extract from the diary of Jean Guéhenno 

- entry for 19 June 1940

Extract from Jean Guéhenno, Journal des années noires, Paris, Gallimard, 1947, p 13.

Hier soir la voix du général de Gaulle à la radio de Londres. Quelle joie d’entendre enfin, dans cet ignoble désastre, une voix un peu fière. ‘Moi général de Gaulle, j’invite…La flamme de la résistance française ne peut s’éteindre…’ Nouvelle aventure de notre liberté.

 

TOP OF PAGE

RETURN TO HOME PAGE

NAVIGATOR

 

Sisley Huddleston on the exodus

Extract from Sisley Huddleston, France, the tragic years, London, Holborn Publishing, 1958, pp 34-35

 

When it became evident that the tide of battle would roll over my corner of Normandy, where it had rolled many times in history, I decided that we could not run the risk of being made prisoners by the Germans. Yet, I deemed the general encouragement of flight the worst of the follies of the war. Invasion is an evil, but even worse is the desertion of town and village. The work of the fields and of the factories must be carried on, the communal life must not cease. Many of the miseries which fell on France may be directly traced to the general exodus. 

 

Something like ten million inhabitants of the North encumbered the roads. Pillage was universal. The refugees who arrived in more or less deserted villages took with them whatever they thought might be useful, although they abandoned most of their booty a few miles further on. We must think kindly of these poor folk, homeless, tired, harassed, without the smallest idea of their ultimate destination, often without the necessaries of existence, for food was scarce; but the mentality of the refugees was unsocial, and the damage they wrought is incalculable. 

 

The refugees made use of every kind of vehicle, from perambulators and handcarts to broken-down trucks drawn by horses and even oxen and ramshackle motor buses. They were obsessed with the notion of transporting at least their bed and a few pots and pans. Thousands of them were on foot, and were soon exhausted. They became entangled with the troops, impeding their passage, communicating their fears, and drawing down on them the air attacks of the Stukas. Some of them died by the wayside. Women gave birth in ditches, and were left without the most elementary care. The confusion which prevailed over large sections of French territory was probably unprecedented. Never had I imagined such scenes of human suffering. 

 

The French administration broke down completely, and the huge crowds of citizens, who would have done far better to remain in their homes whatever befell, were left to their own devices on the long dusty roads. 

 

Is it to be wondered at, in these wretched circumstances, which were certainly not the work of Marshal Pétain, (…), that all men with bowels of compassion began to wonder how an end could be put to the one-sided hostilities?

 

TOP OF PAGE

RETURN TO HOME PAGE

NAVIGATOR

 

L'appel aux Français du Maréchal Pétain - 17 juin 1940

 

Français! J'ai demandé à nos adversaires de mettre fin aux hostilités. Le gouvernement a désigné mercredi les plénipotentiaires chargé de recueillir leurs conditions.

J'ai pris cette décision, dure au coeur d'un soldat, parce que la situation militaire l'imposait. Nous espérions résister sur la ligne de la Somme et de l'Aisne. Le général Weygand avait regroupé nos forces. Son seul nom présageait la victoire. Pourtant la ligne a cédé et la pression ennemie a constraint nos forces à la retraite.

Dès le 13 juin, la demande d'armistice était inévitable. Cet échec vous a surpris. Vous souvenant de 1914 et de 1918, vous en cherchez les raisons. Je vais vous les dire.

Le 1er mai 1917, nous avions encore 3 280 000 hommes aux armées, malgré trois ans de combats meurtriers. A la veille de la bataille actuelle, nous en avions 500 000 de moins. En mai 1918, nous avions 85 divisions britanniques: en mai 1940, il n'y en avait que 10. En 1918, nous avions avec nous les 58 divisions italiennes et les 42 divisions américaines.

L'infériorité de notre matériel a été plus grande encore que celles de nos effectifs. L'aviation française a livré à un contre six ses combats. Moins forts qu'il y a vingt-deux ans, nous avions aussi moins d'amis. Trop peu d'enfants, trop peu d'armes, trop peu d'alliés: voilà notre défaite.

Le Peuple français ne conteste pas ses échecs. Tous les peuples ont connu tour à tour des succès et des revers. C'est par la manière dont ils réagissent qu'ils se montrent faibles ou grands.

Nous tirerons la leçon des batailles perdues. Depuis la victoire, l'esprit de jouissance l'a emporté sur l'esprit de sacrifice. On a revendiqué plus qu'on a servi. On a voulu épargner l'effort: on rencontre aujourd'hui le malheur. J'ai été avec vous dans les jours glorieux. Chef du gouvernement, je suis et resterai avec vous dans les jours sombres. Soyez à mes côtés. Le combat reste le même. Il s'agit de la France, de son sol, de ses fils.

TOP OF PAGE

RETURN TO HOME PAGE

NAVIGATOR

DE GAULLE'S RADIO BROADCAST OF 18 JUNE 1940

 

Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement.
Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s'est mis en rapport avec l'ennemi pour cesser le combat.
Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l'ennemi.
Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer.

Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd'hui.
Mais le dernier mot est-il dit ?
L'espérance doit-elle disparaître ?
La défaite est-elle définitive ?
Non ! Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n'est perdu pour la France.

Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire.
Car la France n'est pas seule !
Elle n'est pas seule !
Elle n'est pas seule !
Elle a un vaste Empire derrière elle.

Elle peut faire bloc avec l'empire britannique qui tient la mer et continue la lutte.
Elle peut, comme l'Angleterre, utiliser sans limites l'immense industrie des Etats-Unis.
Cette guerre n'est pas limitée au territoire malheureux de notre pays.
Cette guerre n'est pas tranchée par la bataille de France.
Cette guerre est une guerre mondiale.
Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n'empêchent pas qu'il y a, dans l'univers, tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos ennemis.
Foudroyés aujourd'hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l'avenir par une force mécanique supérieure.
Le destin du monde est là.

Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi.

Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas.
Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la Radio de
Londres.
 

 

TOP OF PAGE

RETURN TO HOME PAGE

NAVIGATOR

 

 

 

 

LA CONVENTION D'ARMISTICE FRANCO-ALLEMANDE
- 22 JUIN 1940 -
 

M. le Colonel Général Keitel, Chef du Haut Commandement allemand, mandaté par le Führer du Reich allemand et commandant suprême des forces armées allemandes, d'une part, et M. le Général d'Armée Huntziger, M. Léon Noèl, Ambassadeur de France, M. le Vice-Amiral Le Luc, M. le Général de Corps d'Armée Parizot, M. le Général de l'Air Bergeret, Plénipotentiaires du Gouvernement français munis de pouvoirs réguliers, d'autre part, sont convenus de la convention d'armistice suivante:

ART.1. Le Gouvernement français ordonne la cessation des hostilités contre le Reich allemand, sur le territoire français, ainsi que dans les possessions, colonies, protectorats et territoires sous mandat et sur les mers. Il ordonne que les troupes françaises déjà encerclées par les troupes allemandes, déposent immédiatement les armes;

ART 2. En vue de sauvegarder les intérêts du Reich allemand, le territoire français, situé au nord et à l'ouest de la ligne tracée sur la carte ci-annexée sera occupé par les troupes allemandes. Dans la mesure où les régions du territoire occupé ne se trouvent pas encore au pouvoir des troupes allemandes, leur occupation sera effectuée immédiatement après la conclusion de la présente convention;

ART 3. Dans les régions occupées de la France, le Reich allemand exerce tous les droits de la puissance occupante. Le Gouvernement français s'engage à faciliter par tous les moyens les réglementations relatives à l'exercice de ces droits et à la mise en exécution avec le concours de l'Administration française. Le Gouvernement français invitera immédiatement toutes les autorités et tous les services administratifs français du territoire occupé à se conformer aux réglementations des autorités allemandes et à collaborer avec ces dernières d'une manière correcte.
Le Gouvernement allemand a l'intention de réduire au strict minimum l'occupation de la côte occidentale après la cessation des hostilités avec l'Angleterre.
Le Gouvernement français est libre de choisir son siège dans le territoire non occupé, ou bien, s'il le désire, de le transférer même à Paris.
Dans ce dernier cas, le Gouvernement allemand s'engage à apporter toutes facilités nécessaires au Gouvernement et à ses services administratifs centraux, afin qu'ils soient en mesure d'administrer de Paris les territoires occupés et non occupés;

ART. 4. Les forces armées françaises sur terre, sur mer et dans les airs devront être démobilisées et désarmées dans un délai encore à déterminer. Sont exemptes de cette obligation les troupes nécessaires au maintien de l'ordre intérieur. Leurs effectifs et leurs armes seront déterminés par l'Allemagne ou par l'Italie respectivement.
Les forces armées françaises stationnées dans les régions à occuper par l'Allemagne devront être rapidement ramenées sur le territoire non occupé et seront démobilisées. Avant d'être ramenées en territoire non occupé, ces troupes déposeront leurs armes et leur matériel aux endroits où elles se trouvent au moment de l'entrée en vigueur de la présente convention. Elles seront responsables de la remise régulière du matériel et des armes sus-mentionnés aux troupes allemandes;

ART. 5. Comme garantie de la stricte observation des conditions d'armistice il pourra être exigé que toutes les pièces d'artillerie, les chars de combat, les engins anti-chars, les avions militaires, les canons de la D.C.A., les armes d'infanterie, tous les moyens de traction et les munitions des unités de l'armée française engagés contre l'Allemagne et qui se trouvent, au moment de l'entrée en vigueur de la présente convention, sur le territoire qui ne sera pas occupé par l'Allemagne, soient livrés en bon état. La Commission allemande d'armistice décidera de l'étendue de ces livraisons. Il peut être renoncé à la livraison d'avions militaires si tous les avions encore en possession des forces armées françaises sont désarmés et mis en sécurité sous contrôle allemand;

ART. 6. Les armes, munitions et matériel de guerre de toute espèce restant en territoire français non occupé -dans la mesure où ceux-ci n'auront pas été laissés à la disposition du Gouvernement français pour l'armement des unités françaises autorisées- devront être entreposées ou mises en sécurité sous contrôle allemand ou italien respectivement. Le haut commandement allemand se réserve le droit d'ordonner à cet effet toutes les mesures nécessaires pour empêcher l'usage abusif de ce matériel. La fabrication de nouveau matériel de guerre en territoire non occupé devra cesser immédiatement;

ART. 7. Toutes les fortifications terrestres et côtières avec leurs armes, munitions et équipements, les stocks et installations de tout genre, se trouvant dans les régions à occuper, devront être livrés en bon état. Devront être remis, en outre, les plans de ces fortifications ainsi que les plans de celles déjà prises par les troupes allemandes.
Tous les détails sur les emplacements minés, les barrages de mines terrestres, les fusées à retardement, les barrages chimiques, etc., sont à remettre au Haut Commandement allemand. Ces obstacles devront être enlevés par les forces françaises sur la demande des autorités allemandes;
ART. 8. La flotte de guerre française - à l'exception de la partie qui est laissée à la disposition du Gouvernement français pour la sauvegarde des intérêts français dans son empire colonial -sera rassemblée dans des ports à déterminer et devra être démobilisée et désarmée sous le contrôle de l'Allemagne ou respec-tivement de l'Italie.
La désignation de ces ports sera faite d'après les ports d'attache des navires en temps de paix. Le Gouvernement allemand déclare solennellement au Gouvernement français qu'il n'a pas l'intention d'utiliser pendant la guerre, à ses propres fins, la flotte de guerre française stationnée dans les ports sous contrôle allemand, sauf les unités nécessaires à la surveillance des côtes et au dragage des mines.
Il déclare, en outre, solennellement et formellement, qu'il n'a pas l'intention de formuler de revendications à l'égard de la flotte de guerre française lors de la conclusion de la paix; exception faite de la partie de la flotte de guerre française àdéterminer qui sera affectée à la sauvegarde des intérêts français dans l'empire colonial, toutes les unités de guerre se trouvant en dehors des eaux territoriales françaises devront être rappe-lées en France;

ART. 9. Le Haut Commandement français devra fournir au Haut Commandement allemand les indications précises sur toutes les mines posées par la France, ainsi que tous les barrages de mines dans les ports et en avant des côtes, ainsi que sur les installations militaires de défense et de protection.
Le dragage des barrages de mines devra être effectué par les forces françaises dans la mesure où le Haut Commande-ment allemand décidera;

ART. 10. Le Gouvernement français s'engage à n'entreprendre à l'avenir aucune action hostile contre le Reich allemand avec aucune partie des forces armées qui lui restent, ni d'aucune autre manière.
Le Gouvernement français empêchera également les membres des forces armées françaises de quitter le territoire français et veillera à ce que ni les armes, ni des équipements quelconques, ni navires, avions, etc., ne soient transférés en Angleterre ou à l'étranger.
Le Gouvernement français interdira aux ressortissants français de combattre contre l'Allemagne au service d'Etats avec lesquels l'Allemagne se trouve encore en guerre. Les ressortissants français qui ne se conformeraient pas à cette prescription seront traités par les troupes allemandes comme francs-tireurs;

ART. 11. Jusqu'a nouvel ordre, il sera interdit aux navires de commerce français de tout genre, y compris les bâtiments de cabotage et les bâtiments de ports se trouvant sous le contrôle français de sortir des ports. La reprise du trafic commercial sera subordonnée à l'autorisation préalable du Gouvernement allemand ou du Gouvernement Italien respectivement.
Les navires de commerce français se trouvant en dehors des ports français seront rappelés en France par le Gouvernement français et, si cela n'est pas possible, ils seront dirigés sur des ports neutres. Tous les navires de commerce allemand arraisonnés se trouvant dans les ports français seront rendus en bon état si la demande en est faite.

ART. 12. Une interdiction de décollage à l'égard de tous les avions se trouvant sur le territoire français sera prononcée immédiatement. Tout avion décollant sans autorisation préalable allemande sera considéré par l'aviation militaire allemande comme avion ennemi et sera traité comme tel.
Les aérodromes, les installations terrestres de l'aviation militaire en territoire non occupé seront placés sous contrôle allemand ou italien respectivement.
Il peut être exigé qu'on les rende inutilisables. Le Gouvernement français est tenu de mettre à la disposition des autorités allemandes tous les avions étrangers se trouvant en territoire non occupé ou de les empêcher de poursuivre leur route. Ces avions devront être livrés aux autorités militaires allemandes.

ART. 13. Le Gouvernement français s'engage à veiller à ce que, dans le territoire à occuper par les troupes allemandes, toutes les installations, les outils et stocks militaires soient remis intacts aux troupes allemandes. Il devra en outre veiller à ce que les ports, les entreprises industrielles et les chantiers navals restent dans l'état dans lequel ils se trouvent actuellement et à ce qu'ils ne soient endommagés d'aucune façon, ni détruits. Il en est de même pour les moyens et voies de communications de toute nature, notamment en ce qui concerne les voies ferrées, les routes et voies navigables, l'ensemble des réseaux télégraphiques et téléphoniques, ainsi que les installations d'indication de navigabilité et de balisage des côtes. En outre, le Gouvernement français s'engage, sur ordre du Haut Commandement allemand, à procéder à tous les travaux de remise en état nécessaires.
Le Gouvernement français veillera à ce que sur le territoire occupé, soient disponibles le personnel spécialisé nécessaire et la quantité de matériel roulant de chemins de fer et autres moyens de communications correspondant aux conditions normales du temps de paix.

ART. 14. Tous les postes émetteurs de T.S.F. se trouvant en territoire français doivent cesser sur le champ leurs émissions. La reprise des transmissions par T.S.F. dans la partie du territoire non occupée sera soumise à une réglementation spéciale;

ART. 15. Le Gouvernement français s'engage à effectuer le transport en transit des marchandises entre le Reich allemand et l'italie, à travers le territoire non occupé dans la mesure requise par le Gouvernement allemand;

ART. 16. Le Gouvernement français procédera au rapatriement de la population dans les territoires occupés, d'accord avec les services allemands compétents;

ART. 17. Le Gouvernement français s'engage à empêcher tout transfert de valeurs à caractère économique et des stocks du territoire à occuper par les troupes allemandes dans les territoires non occupés ou à l'étranger.
Il ne pourra être disposé de ces valeurs et stocks se trouvant en territoire occupé, qu'en accord avec le Gouvernement du Reich, étant entendu que le Gouvernement allemand tiendra compte de ce qui est nécessaire à la vie des populations des territoires non occupés;

ART. 18. Les frais d'entretien des troupes d'occupation allemande sur le territoire français seront à la charge du Gouvernement français;

ART. 19. Tous les prisonniers de guerre et prisonniers civils allemands, y compris les prévenus et condamnés qui ont été arrêtés et condamnés pour des actes commis en faveur du Reich allemand, doivent être remis sans délai aux troupes allemandes. Le Gouvernement français est tenu de livrer sur demande tous les ressortissants allemands désignés par le Gouvernement du Reich et qui se trouvent en France, de même que dans les possessions françaises, les colonies, les territoires sous protectorat et sous mandat.
Le Gouvernement français s'engage à empêcher le transfert de prisonniers de guerre ou de prisonniers civils allemands de France dans les possessions françaises ou bien à l'étranger.
Pour ce qui concerne les prisonniers déjà transférés hors de France, de même que les prisonniers de guerre allemands malades, inévacuables ou blessés, des listes exactes portant la désignation de l'endroit de leur séjour doivent être présentées. Le Haut Commandement allemand s'occupera des prisonniers de guerre allemands, malades ou blesses;

ART. 20. Les membres des forces armées françaises qui sont pri-sonniers de guerre de l'armée allemande resteront prisonniers de guerre jusqu'à la conclusion de la paix;

ART. 21. Le Gouvernement français est responsable de la mise en sécurité de tous les objets et valeurs dont la remise en bon état ou la tenue à la disposition de l'Allemagne est stipulée dans cette convention ou dont le transfert en dehors de la France est défendu. Le Gouvernement français sera passible de dommages et intérêts pour toutes les destructions, dommages ou détournements contraires à la présente convention;

ART. 22. Une Commission d'armistice allemande, agissant sous les ordres du Haut Commandement allemand, réglera et contrôlera l'exécution de la convention d'armistice.
La Commission d'armistice est, en outre, appelée à assurer la concordance nécessaire de cette convention, avec la convention d'armistice italo-française.
Le Gouvernement français constituera au siège de la Commission d'armistice allemande une délégation chargée de représenter les intérêts français et de recevoir les ordres d'exécution de la Commission allemande d'armistice;

ART. 23. Cette convention entrera en vigueur aussitôt que le Gouvernement français sera également arrivé, avec le Gouvernement italien, à un accord relatif à la cessation des hostilités.
La cessation des hostilités aura lieu à six heures après que le Gouvernement italien aura annoncé au Gouvernement du Reich la conclusion de cet accord.
Le Gouvernement du Reich fera connaître par radio ce moment au Gouvernement français;

ART. 24. La présente convention d'armistice est valable jusqu'à la conclusion du traité de paix. Elle peut être dénoncée à tout moment pour prendre fin immédiatement, par le Gouvernement allemand si le Gouvernement français ne remplit pas les obligations par lui assumées dans la présente convention.
La présente convention d'armistice a été signée le 22 juin 1940, à 18 h 36, heure d'été allemande, dans la forêt de Compiègne.
 
 


Signé:
HUNTZIGER, KEITEL.
(English version of this text)
 

 

TOP OF PAGE

RETURN TO HOME PAGE

NAVIGATOR

 

LA CONVENTION D'ARMISTICE FRANCO-ITALIENNE
- 24 JUIN 1940
 
ART. 1.    La France cessera les hostilités contre l'Italie dans les territoires français métropolitains, dans l'Afrique française du Nord, dans les colonies, dans les territoires protégés et sous mandat. Elle cessera également les hostilités contre l'Italie par mer et dans les airs.

ART. 2.   Les troupes italiennes se maintiendront, au moment de l'entrée en vigueur de la présente convention d'armistice et
pour toute la durée de celui-ci, sur les lignes qu'elles ont atteintes sur tous les théâtres d'opérations.

ART. 3   Dans le territoire français métropolitain, la zone comprise entre les lignes visées à l'article 2 et une ligne située à 50 kilomètres de celle-ci, à vol d'oiseau, sera démilitarisée pour la durée de l'armistice.
En Tunisie, la zone comprise entre la frontière tuniso-libyenne et la ligne indiquée sur la carte annexée sera démilitarisée pour la durée de l'armistice.
En Algérie, ainsi que dans les territoires de l'Afrique française situés au sud de l'Algérie et confinant à la Libye, une zone comprise entre la frontière libyenne et une ligne parallèle distante de 200 kilomètres sera démilitarisée tant que dureront les hostilités entre l'Italie et l'Empire britannique et pour la durée du présent armistice; le territoire de la colonie de la côte fran-çaise des Somalis sera démilitarisé en entier.
L'Italie aura le droit entier et permanent, pendant la durée de l'armistice, d'utiliser le port et les installations portuaires de Djibouti et la voie ferrée Djibouti-Addis-Abéba, sur le parcours français, pour des transports de quelque nature que ce soit.

ART. 4. - Les zones à démilitariser visées à l'article 3 seront évacuées par les troupes françaises dans les dix jours qui suivront la cessation des hostilités, à l'exception du personnel strictement nécessaire pour la garde et l'entretien des ouvrages de fortification, casernes, magasins et bâtiments militaires et des forces pour le maintien de l'ordre à l'intérieur que la commission d'armistice déterminera dans chaque cas particulier.

ART. 5. - Sous réserve de l'obligation mentionnée à l'article 10 ci-après, toutes les armes mobiles et les munitions correspondantes existant dans les zones à démilitariser du territoire français métropolitain et dans celui contigu à la Libye, autres que celles dont sont dotées les troupes qui évacuent, comme il est dit ci-dessus, les territoires en cause, doivent être évacuées dans un délai de quinze jours. Les armes fixes des ouvrages de fortification et les munitions correspondantes doivent être mises dans le même laps de temps en situation de ne pas pouvoir être utilisées.
Dans le territoire de la Côte française des Somalis, toutes les armes mobiles et les munitions correspondantes autres que celles dont sont dotées les troupes qui évacuent le territoire, seront déposées dans le même délai de quinze jours dans les localités qui seront déterminées par la commission italienne d'armistice visée ci-après.
Pour les armes fixes et les munitions des ouvrages des fortifications existant dans ledit territoire, On appliquera les dispositions fixées pour le territoire français métropolitain et pour celui contigu à la Libye.

ART. 6. - Tant que dureront les hostilités entre l'Italie et l'Empire britannique, les places fortes militaires maritimes et les bases navales de Toulon, Bizerte, Ajaccio et Oran (Mers El-Kébir) seront démilitarisées jusqu'à la cessation des hostilités contre ledit empire.
Cette démilitarisation devra être effectuée dans un délai de quinze jours et devra être telle que ces places fortes et bases soient rendues inutilisables au point de vue de leur capacité offensive, défensive; leur capacité logistique sera, sous le contrôle de la commission italienne d'armistice, limitée aux besoins des bâtiments de guerre français qui, dans les conditions fixées à l'article 12 ci-après, y seront basés.

ART. 7. - Dans les zones, places fortes militaires maritimes et bases navales à démilitariser, les autorités civiles françaises et les forces de police nécessaires au maintien de l'ordre public demeureront naturellement en fonction; y resteront aussi les autorités territoriales et maritimes qui seront déterminées par la commission italienne d'armistice.

ART. 8. - La commission italienne d'armistice visée ci-après déterminera sur la carte les limites exactes des zones, places fortes militaires, maritimes, bases navales à démilitariser et les détails des modalités d'exécution de la démilitarisation. Ladite commission aura le droit entier et permanent de contrôler l'exécution dans les
dites zones, places et bases des mesures fixées par les articles précédents, soit au moyen de délégation permanente sur place.

ART. 9.   Toutes les forces armées de terre, de mer et de l'air de la France métropolitaine seront démobilisées et désarmées dans un délai à fixer ultérieurement, à l'exception des formations nécessaires au maintien de l'ordre intérieur.
La force et l'armement de ces formations seront déterminés par l'Italie et l'Allemagne.
En ce qui concerne les territoires de l'Afrique du nord française, la Syrie et la côte française des Somalis, la commission italienne d'armistice, en établissant les modalités de démobilisation et de désarmement, prendra en considération l'importance particulière du maintien de l'ordre dans lesdits territoires.

ART. 10. - L'Italie se réserve le droit d'exiger comme garantie de l'exécution de la convention d'armistice la remise en tout ou partie des armes collectives d'infanterie, d'artillerie, autos blindées, chars, véhicules automobiles et hippomobiles et munitions, appartenant aux unités qui ont été engagées ou déployées, de quelque façon que ce soit, contre les forces armées italiennes.
Ces armes et ces matériels devront être remis dans l'état dans lequel ils se trouvaient au moment de l'armistice.

ART. 11. - Les armes, munitions et matériel de guerre, de toute nature, qui demeurent dans les territoires français non occupés, y compris les armes et munitions évacuées des zones, places fortes militaires, maritimes et bases navales à démilitariser, à l'exception de la partie qui sera laissée à la disposition des unités autorisées, seront réunis et placés sous contrôle italien ou allemand.
La fabrication du matériel de guerre de toute nature dans les territoires non occupés doit cesser immédiatement.

ART. 12. - Les unités de la marine de guerre française seront concentrées dans les ports qui seront désignés. Elles seront démobilisées et désarmées sous le contrôle de l'Italie et de l'Allemagne.
Feront exception, les unités dont les gouvernements italien et allemand autoriseraient l'emploi pour la sauvegarde des territoires coloniaux français.
L'emplacement des unités navales en temps de paix sera un élément déterminant pour le choix des ports visés ci-dessus.
Tous les navires de guerre éloignés de la France métropolitaine qui ne seraient pas reconnus nécessaires à la sauvegarde des intérêts coloniaux français seront rappelés dans les ports métropolitains.
Le gouvernement italien déclare qu'il n'a pas l'intention d'employer pendant la présente guerre les unités de la marine de guerre française placées sous son contrôle et que, de même, il n'a pas l'intention d'avancer des prétentions, à la conclusion de la paix, sur la flotte française.
Pendant l'armistice, les navires français nécessaires au dragage des mines, visés à l'article suivant, pourront cependant être demandés.

ART. 13. - Tous les barrages de mines seront notifiés au commandement suprême italien. Les autorités françaises pourvoiront dans un délai de dix jours à faire décharger avec leur personnel toutes les interruptions ferroviaires et routières, les champs de mines et fourneaux de mines en général, préparés dans les zones, places fortes militaires, maritimes et bases navales à démilitariser.

ART. 14. - Le gouvernement français, outre qu'il s'engage à ne pas entreprendre, en quelque lieu que ce soit, une forme quelconque d'hostilités contre l'Italie, s'engage à empêcher les membres de ses forces armées et les citoyens français en général de sortir du territoire national pour participer d'une manière quelconque à des hostilités contre l'Italie.
Les troupes italiennes appliqueront contre ceux qui transgresseraient cette règle et contre les citoyens français précédemment à l'étranger qui entreprendraient collectivement ou individuellement des actes d'hostilités contre l'Italie, le traitement réservé aux combattants hors la loi.
 

ART. 15. - Le gouvernement français s'engage à empêcher que des unités de guerre, des aéroplanes, des armes, des matériels de guerre et des munitions de quelque nature que ce soit, de propriété française ou existant dans le territoire français ou contrôlés par la France, soient envoyés sur les territoires de l'Empire britannique ou d'autres Etats étrangers.

ART. 16. - Aucun navire marchand de la marine française ne pourra sortir jusqu'à ce que le gouvernement italien ou allemand accorde la reprise partielle ou totale du trafic maritime commercial français.
Les navires marchands français qui ne se trouveraient pas au moment de l'armistice dans les ports français ou placés sous le contrôle français, seront rappelés dans ces ports ou dirigés sur des ports neutres.

ART. 17.- Tous les navires marchands italiens capturés seront immédiatement restitués avec tout le chargement qui était dirigé sur l'italie au moment de leur capture.
Les marchandises non périssables italiennes ou dirigées sur l'Italie, capturées à bord de navires non italiens, devront de même être restituées.

ART. 18. - Il est fait défense immédiate de décoller pour tous les avions qui se trouvent sur le territoire français ou sur les territoires placés sous contrôle français.
Tous les aéroports de toutes installations des territoires susdits seront placés sous contrôle italien ou allemand.
Les avions étrangers qui se trouveraient dans les territoires visés ci-dessus seront remis aux autorités militaires italiennes ou allemandes.

ART. 19. - Jusqu'au moment où le gouvernement italien ou le gouvernement allemand fixeront d'autres dispositions, seront interdites les transmissions radio en général dans tous les territoires de la France métropolitaine. Les conditions dans lesquelles pourront s'effectuer les communications radio entre la France et l'Afrique française du nord, la Syrie et la Côte des Somalis seront déterminées par la commission italienne de l'armistice.

ART. 20. - Le trafic des marchandises en transit entre l'Allemagne et l'Italie, à travers les territoires français non occupés, sera libre.

ART. 21. - Tous les prisonniers de guerre et civils italiens internés, arrêtés ou condamnés pour des raisons politiques ou de guerre, ou pour des actes quelconques en faveur du gouvernement italien, seront immédiatement libérés et remis aux autorités militaires italiennes.

ART. 22.   Le gouvernement français se porte garant de la bonne conservation de tout ce qu'il doit ou peut devoir remettre en vertu de la présente convention.

ART. 23. - Une commission italienne d'armistice, dépendant du commandement suprême italien, sera chargée de régler et de contrôler, soit directement, soit au moyen de ses organes, l'exécution de la présente convention.
Elle sera également chargée d'harmoniser la présente convention avec celle déjà conclue entre l'Allemagne et la France.

ART. 24. - Au siège de la commission visée à l'article précédent, s'installera une délégation française, chargée de faire connaître les desiderata de son gouvernement relativement à l'exécution de la présente convention, et de transmettre aux autorités compétentes les dispositions de la commission italienne d'armistice.

ART. 25. - La présente convention d'armistice entrera en vigueur au moment de sa signature.
Les hostilités cesseront, sur tous les théâtres d'opérations, six heures après le moment où le gouvernement italien aura communiqué au gouvernement allemand la conclusion du présent accord.
Le gouvernement italien notifiera ce moment au gouvernement français par radio.

ART. 26. - La présente convention d'armistice demeurera en vigueur jusqu'à la conclusion du traité de paix. Elle pourra être dénoncée par l'Italie à tout moment, avec effet immédiat, si le gouvernement français ne remplit pas les obligations assumées.
Les plénipotentiaires soussignés dûment autorisés déclarent approuver les conditions indiquées ci-dessus.
 
 


Rome, 24 juin, à 19 h. 15.
Signé: Le maréchal d'Italie, PIETRO BADOGLIO
Le général d'armée, HUNTZIGER.
 

 

TOP OF PAGE

RETURN TO HOME PAGE

NAVIGATOR

 

Web-sites concerned with the defeat

The military aspects of defeat

World War II Strategic Bombing (deals with all technical aspects of bombing)
http://www.danshistory.com/ww2/

French Armed Forces during WWII
http://www.freeport-tech.com/WWII/020_france/__france.htm

 

The collapse of Allied cooperation

Mers el-Kébir
http://youth.net/memories/hypermail/0325.html

 

 

NAVIGATOR

Click on the links below to move to other parts of the Vichy-Web

General Info about France during 

World War 2

Recent and forth-coming events

Book Reviews

General Links to Other Vichy related sites
General Chronology General Bibliography
Abbreviations 

Contacts and Addresses

Archives, Libraries & Research Centres

Museums

Scholars

Second World War France by Themes

Historical reference The road to defeat The Occupiers & their policies
Vichy Administrations & Organisations Vichy Governments
Collaborators & Collaborationnists Vichy Police Deportation and Persecution

 

Propaganda Public Opinion

 

Everyday Life Cultural and Artistic Life Sport

 

Gender

 

The French Empire at war  

 

Resistance The Allies in France, The Allies and France Liberation 
Post-war Reconstruction Historiography and Memory

Page maintained by 

Simon Kitson 

French Studies, University of Birmingham,

Edgbaston, B15 2TT,

West Midlands, UK

s.k.kitson@bham.ac.uk