Simon Kitson's

 

VICHY WEB

 

COLLABORATORS &

COLLABORATIONNISTS

 

 

 

Nicholas Atkin on Pétain and collaboration

Extract from Nicholas Atkin, Pétain, London, Longman, 1998, pp 131-132.

For Pétain, collaboration was always a necessity, never an option. Having weighed up the military situation and having plumped for an armistice, he believed that France had little choice other than to do business with the Germans. After all, Britain would not remain in the war for long; following Mers-el-Kébir, Pétain may have taken some pleasure in looking forward to the day when perfidious Albion was humbled by the Nazis. By then, Pétain hoped to have accomplished some relaxation of the armistice terms with Germany, notably the release of the 1,500,000 prisoners-of-war. In this sense, he was attempting to ‘shield’ his countrymen from further suffering. Yet collaboration also had a political dimension. It would provide the breathing space in which to launch the National Revolution. Ultimately, Pétain calculated that collaboration would secure his place in posterity. Once the terms of the armistice had been revised and French institutions reinvigorated, he was confident that the Germans would concede a favourable peace treaty, just as they had done after the Franco-Prussian war of 1870. Once that treaty was signed, Pétain would be lauded as the man who had saved France from the worst disaster in its history. Admittedly, this would not be a military triumph such as he had achieved in 1916. It would instead be a ‘diplomatic Verdun’, a moral triumph over the forces of despair that had overcome the nation in June 1940.

 

 

Top of Page

Return to Home

Navigator

 

Stanley Payne on the collaborationist movements

Extract from Stanley Payne, A history of fascism, London, UCL Press, 1995, pp 400-401.

While Pétain’s government followed its tortuous and contradictory course, the fascist leaders were headquartered in Paris. The only clear-cut French fascist movement of the 1930s, Marcel Bucards’s Parti Franciste, remained active. Francisme had been inspired more by Italy than by Germany and in its first years had a few Jewish members, but was virulently anti-Semitic during the occupation. It preached total collaboration with the Third Reich and proclaimed its ‘socialist’ radicalism but in fact never had more than a few thousand members. Its most destructive work was the participation in special police units against the resistance during the later phases of occupation.

 

The Parti Populaire Français eventually re-emerged as the largest group, when Jacques Doriot completed his transition to full fascism under German occupation in 1940-41. At first he played both sides, proclaiming loyalty to Pétain and obtaining a seat in the Marshal’s appointive National Council., while drawing subsidies from both Vichy and the Germans in Paris. The latter authorized the revival of the PPF in the occupied zone in April 1941, and from that point Doriot worked to make it a major ‘revolutionary and totalitarian fascist party,’ as he put it. It had gained as many as thirty thousand members by 1942, making it the largest of the wartime French fascist parties, though the active cadres may never have surpassed seven thousand. The social profile remained much the same: young, male, urban, lower middle class, and worker, drawn especially from the regions of Paris and Lyons, together with Marseilles and Corsica. Though most were new recruits, 22% were former communists, 26% former rightists. More than any other collaborationist fascist, Doriot was of direct use in the German war effort, helping to raise the unit of French volunteers to fight ion the Eastern Front, the Légion des Volontaires Français (LVF). Yet this unit, even though it was supported by other fascist groups, seems only to have contributed about 4000 fighting men, mostly confined to secondary combat functions. The German authorities carefully limited the amount of support and recognition given Doriot, preferring to keep the French groups divided. The PPF did become the only French fascist party to seize power of a sort, since its leaders in Tunis, together with other collaborationists, managed to take over the civil government of Tunisia in support of the Wehrmacht’s defence of that region from November 1942 to May 1943.

 

Marcel Déat initiated what became the second largest of the French movements when he launched the Rassemblement National Populaire (RNP) in Paris in January 1941. What principally distinguished the RNP from the PPF was that Déat’s new party continued ideologically to reflect its leader’s socialist origins and thus became the most ‘left fascist’ of these little movements, whereas the PPF, despite (or because of) its significant contingent of former communists, tried to approximate Nazism more completely. Déat directly invoked the heritage of the French revolution and emphasized corporative economic planning, syndicalist organisation, and administrative and educational; reform, much more than direct action and militarization. He seems not to have taken subsidies from big business and never to have lost altogether his initial orientation toward internationalism and a kind of ‘peace fascism’. In his future fascist utopia, Déat still proposed to retain universal suffrage on the municipal level, and he took a more moderate anti-Semitic position than his more ultra fascist rivals. Philosophically and ideologically, he may never have completed the full transition to fascism, for he seems metaphysically and epistemologically to have remained a historical materialist. Déat’s ‘left-fascism’ was tolerated and even supported by the German authorities as a useful ploy to draw part of the French left toward the Third Reich. At its height in 1942, the RNP may have had twenty thousand members (concentrated in the Paris region), but the figure dropped to ten thousand the following year. Though like other fascist parties it formed its own militia, the RNP seemed half-hearted about violence.

 

In addition to these three groups, there were a number of other very tiny would-be French fascist parties. The most important was the so-called Mouvement Social Révolutionnaire of Eugène Deloncle, which eventually formed small militia or police groups that engaged in terrorist acts and battled the resistance. 

 

 

Top of Page

Return to Home

Navigator

Henry Rousso on Collaboration & Memory

Extract from Henry Rousso, 'Collaborer', L'Histoire, No 80, 1985, p 61

(...)

Reste un phénomène social et politique d'importance, qui a touché l'ensemble de l'Europe occupée mais qui a trouvé en France l'une de ses expressions les plus achevées: la France a pu fournir à l'Allemagne près du tiers des surplus importés de toute l'Europe et la meilleure main-d'oeuvre, elle a contribué à accroitre sa sécurité relative sur le front occidental jusqu'en 1942. En définitive la blessure la plus profonde est d'ordre interne et touche directement la mémoire. La collaboration, toutes tendances confondues et malgré son caractère minoritaire, a creusé un fossé profond en rouvrant les failles anciennes et en créant de nouvelles. Car il y a bien, là aussi, une question en suspens: si l'on admet que le pays fut peu sensible à la Collaboration, comment expliquer que cette dernière, plus que l'occupation en elle-même, ait engendré un traumatisme aussi aigu et surtout aussi durable? Pourquoi les Français ont-ils refoulé un crime qu'ils n'auraient pas commis? 

Top of Page

Return to Home

Navigator

Henry Rousso on Action Française 

Extract from Henry Rousso, La collaboration, Paris, MA éditions, 1987, pp 17-18.

 

L’Action Française fut à la fois un journal et un mouvement politique qui a fortement influence l’extrême droite Française depuis le déclenchement de l’affaire Dreyfus. Bien que reposant sur le concept de ‘nationalisme intégral’, prônant le retour à la monarchie et à un régime autoritaire, l’Action Française ne fut pas un mouvement fasciste. Elle s’en distinguait par son attachement à la tradition, son refus de l’Etat centralisateur, son rejet du monde moderne. Farouchement germanophobe, l’Action française s’est trouvée dans une position extrêmement ambiguë sous l’occupation. Munichoise en 1938, elle a milite contre l’idée d’une guerre avec l’Allemagne, essentiellement pour des raisons intérieures, et non par sympathie envers les régimes fascistes. C’est dans la logique de cette attitude que Maurras et le quotidien qu’il dirige avec Maurice Pujo, installé en zone sud (à Limoges, puis à Lyon, d’octobre 1940 au 25 août 1944), soutiennent inconditionnellement le régime de Vichy et la politique du maréchal Pétain. Nombre de maurassiens font d’ailleurs partie du premier gouvernement de Vichy ou de l’entourage de Pétain : Raphaël Alibert, Xavier Vallat, René Gillouin, etc. Il est certain en outre que beaucoup des idées de l’AF ont largement influencé les projets internes de Vichy, que ce soit la politique de la jeunesse et de la famille, ou le concept de ‘retour à la terre’.

 Cela étant, en 1940, le mouvement a perdu de sa cohésion, comme la plupart des familles politiques françaises. Parmi les principaux collaborationnistes, on trouve d’anciens militants de l’AF qui avaient depuis les années trente rompu avec Maurras : Deloncle, Darnand, engagés dans la voie activiste, ou encore Rebatet et Brasillach, qui ont rejoint le noyau des intellectuels fascisants de Je suis partout. D’autres anciens militants ont au contraire choisi la voie de la Résistance, comme le colonel Rémy, Pierre Guillain de Bénouville, Henri d’Estienne d’Orves, etc. Il est donc essentiel de distinguer entre l’idéologie de l’AF et son influence globale au sein de la droite française, et l’attitude que le noyau des fidèles de Maurras et le journal ont adoptée sous l’Occupation.

Depuis la condamnation de Maurras, en 1945, à la réclusion criminelle à perpétuité pour ‘intelligence avec l’ennemi’, la question de la ‘collaboration’ de l’AF est restée longtemps au centre des polémiques. Il est d’une part incontestable que, primo, l’AF est restée sous l’Occupation violemment antisémite, xénophobe, antidémocratique et qu’elle s’est déchaînée contre la Résistance et les résistants. Maurras s’est ouvertement félicité de la création de la Milice, en janvier 1943, voyant là une police efficace pour lutter contre les ‘terroristes’ et les ‘révolutionnaires’. Il a en outre publié une série d’articles jugés comme de véritables appels au meurtre, dénonçant nommément certaines personnes, dont Pierre Worms (dans l’AF du 2 février 1944), qui sera effectivement assassiné. L’AF s’est donc engagée clairement dans un des camps de la guerre civile qui s’est déclenchée entre 1940 et 1944. Secundo, obsédés comme l’Etat Français par l’idée d’une nécessaire reconstruction interne, Maurras et l’AF ont soutenu la collaboration d’Etat de Vichy, même s’ils n’ont vu là (comme la plupart des vichystes) qu’un moyen et non une fin en soi.

 Mais d’autre part, il est tout aussi incontestable que Maurras et l’AF ont dénoncé violemment les journaux et mouvements collaborationnistes parisiens, en particulier l’Oeuvre  de Marcel Déat, non pas tant pour leur soutien à l’occupant, que par souci de répliquer aux attaques que ceux-ci n’ont cessé de mener contre Vichy. Maurras déclarera par exemple, le 26 décembre 1942, que ces « deux ou trois bouillons de culture de la bêtise (…) gâtent  la politique de collaboration (du gouvernement) ».

 En définitive, crispée sur son mot d’ordre « la France, la France seule », très isolée car combattue à la fois par les résistants, les collaborationnistes (en particulier ceux de Je suis partout), les Allemands, prisonnière d’une vision du monde dépassé, l’AF s’est trouvée objectivement dans le camp de la collaboration, malgré sa haine de l’Allemagne et son refus du fascisme, une situation qui lui a valu d’être totalement discréditée après la fin de la Deuxième Guerre Mondiale.

Top of Page

Return to Home

Navigator

 

 


Pétain puts forward the idea of the Cours Martiales to Laval
Archives Nationales 3W 269 [710] Pétain à Laval, 27/12/43

Par note du 25 décembre, vous m'avez exposé les conclusions des entretiens que vous avez eus à Paris, tant avec les Autorités d'occupation qu'avec des personnalités françaises.
(1) L'ambassadeur d'Allemagne vous a remis deux listes de personnalités qui doivent être écartées des charges ou emplois qu'elles occupent. Vous indiquez que cette communication avait le caractère d'une notification.
(2) En ce qui concerne le remaniement gouvernemental, les Autorités d'occupation se sont bornées à vous faire des suggestions, en soulignant la nécessité de "remanier le cabinet français sans délai, dans un sens acceptable pour le gouvernement allemand et garantissant la collaboration". (...)

Je vous ai exposé à maintes reprises et j'en avais également entretenu le maréchal Von Rundstedt chaque fois que j'ai eu l'occasion de le voir, que ma préoccupation dominante, depuis de longs mois, était le maintien de l'ordre en France. C'est à la fois l'intérêt du Pays et une exigence des Autorités d'occupation parfaitement justifiée.
En avril 1943, je vous ai fait part de mes inquiétudes sur la situation intérieure de la France et je vous ai demandé de nommer un Ministre de l'Intérieur qui puisse appliquer toute son activité à l'administration du Pays et au maintien de l'ordre.
(...)
Aujourd'hui, nous sommes en présence d'un désordre qui gagne  chaque jour de nouveaux départements. La police est impuissante, les meurtres se multiplient ainsi que les actes de sabotage et de banditisme. (...)
Des mesures sévères devront être envisagées en ce qui concerne les perturbateurs de l'ordre public. Je vous ai dit depuis longtemps que je ne répugnais pas à la création de Cours Martiales pour juger les hommes ayant tué. Il vaut mieux, en effet, quelques exécutions spectaculaires que le trouble et l'émeute.
(...........)
Je ne suis pas certain également que la nomination de M Ph. Henriot au poste de Secrétaire Général à l'Information soit le moyen de rallier les Français à la politique gouvernementale. Les renseignements qui parviennent des départements concluent que les interventions de M Henriot, malgré soin talent, ont un résultat tout contraire au but qu'il se propose d'atteindre. ...
Quant au Ministère de l'Intérieur, M Lemoine, qui est un bon Préfet Régional, ne me paraît pas  avoir l'autorité nécessaire pour porter une aussi lourde responsabilité  dans les circonstances présentes. (.....) J'ai pensé qu'un soldat comme le Général Bridoux était capable d'être ce chef. (...)
En ce qui concerne la police, le Général Bridoux pourrait faire appel à M Darnand dont je reconnais le courage et l'énergie, mais qui, en raison des oppositions qu'il va soulever, doit être subordonné à un Secrétaire d'Etat capable de le contrôler et de le diriger.

 

 

Top of Page

Return to Home

Navigator

 

Les 21 points de la Milice

 

The Milice, established on 30 January 1943 (ten years to the day after Hitler's seizure of power), drew up a programme for its members based on the 21 following points. For an English version of these 21 points see: Nicholas Atkin, The French at War, 1934-44, Longman, London, 2001, p 123

 

  • Contre l'égoïsme bourgeois, Pour la solidarité française,
  • Contre le scepticisme. Pour la foi,
  • Contre l'apathie. Pour l'enthousiasme,
  • Contre la routine. Pour l'esprit d'initiative,
  • Contre l'influence. Pour le mérite,
  • Contre l'individualisme, Pour la société,
  • Contre l'ancienneté. Pour la valeur,
  • Contre l'anarchie. Pour la discipline,
  • Contre l'égalitarisme. Pour la hiérarchie,
  • Contre la vaine liberté. Pour les vraies libertés,
  • Contre la démagogie. Pour la vérité,
  • Contre la démocratie. Pour l'autorité,
  • Contre le trust. Pour le métier,
  • Contre le capitalisme international, Pour le corporatisme français,
  • Contre la tutelle de l'argent, Pour la primauté du travail,
  • Contre la condition prolétarienne, Pour la justice sociale,
  • Contre la dissidence gaulliste, Pour l'unité française,
  • Contre le bolchevisme. Pour le nationalisme,
  • Contre la lèpre juive. Pour la pureté française,
  • Contre la franc-maçonnerie païenne, Pour la civilisation chrétienne,
  • Contre l'oubli des crimes, Pour le châtiment des coupables. 

 

Top of Page

Return to Home

Navigator

 

Economic exploitation of France in figures

Montant des frais d’occupation/ occupation costs

1940

80 000 000 000 francs

1941

121 500 000 000 francs

1942

109 000 000 000 francs

1943

194 000 000 000 francs

1944

126 000 000 000 francs

TOTAL

630 500 000 000 francs

Source: Yves Durand, La France dans la Deuxième Guerre Mondiale, Armand Colin, Paris, 1993, p 65

 

Top of Page

Return to Home

Navigator

 

Letters from a Collaborationist

Extract from Antoine Lefébure, Les conversations secrètes des Français sous l’occupation, Paris, Plon, 1993, pp 275-276

 

In his book dealing with the correspondence intercepted by Vichy’s postal censor, Le Contrôle Technique, Antoine Lefébure presented some extracts from the letters home from an individual referred to as ‘Daniel V.’ who was a member of the Légion des Volontaires Français contre le Bolchevisme (LVF) and the Waffen SS.

 Daniel V.’s letter of 22 February 1943 makes obvious some of his reasons for entering into the most extreme forms of collaborationism: « […] d’ailleurs je fais un travail qui a fait mettre ma peau à prix, je traque les fainéants et les vauriens qui sont venus ici pour se promener, ils ont juré d’avoir ma peau en France, s’ils réussissent ; aucune importance car j’ai fait don de ma carcasse pour la victoire de l’Allemagne et si je dois me faire trouer la peau, je voudrais d’abord voir la victoire du IIIe Reich et voir la Russie et la perfide Albion à feu et à sang. »

Another letter highlights how his hatred of the British is magnified by Allied bombing of France : « Par des camarades allemands et les journaux français que nous recevons, j’ai appris ce que les Anglais ont fait à Paris, c’est du propre ! Après avoir affamé la population civile par le blocus, maintenant ils bombardent et font des victimes et ils disent à la radio être nos amis et nous défendre. Ils ont une façon qui n’est pas ordinaire de nous montrer leur amitié. Ils nous ont mis dans la danse et maintenant qu’ils voient que l’on ne peut pas se faire tuer pour eux, ils viennent eux-mêmes nous tuer; c’est ce qui appelle en Anglais la fraternité des hommes, elle est belle ! Ils sont égoïstes comme des Juifs. »

In November 1943, his anger is directed against those who refuse to go to work in Germany: « Je suis soldat Waffen SS, j’ai trop appris de saletés sur le compte des dirigeants en France et si je peux revenir, moi et mes camarades SS, nous nous chargerons d’arranger la petite binette de ces salopards, les réfractaires  et autres types de cette espèce pourrie. Ce sont là, tous ces fainéants, tous ces réfractaires, jeunes ou vieux qui ne veulent pas comprendre que nous sommes vaincus, que des traîtres, des vendus, des Judas ont volontairement jeté bas notre belle France et ceux qui actuellement font tout pour que nos relations avec nos vainqueurs s’enveniment, ce sont  ceux-là qui avant la guerre fréquentaient les cellules et les loges, qui semaient haines et discordes partout et maintenant  ils continuent, ce sont eux, ces suppôts de Satan qui m’ont pris tout ».

For him French salvation could only come through complete collaboration with Germany : « Il faut collaborer à fond, il faudrait même faire une alliance avec le peuple allemand. Nous, Français, nous avons un passé héroïque et pour avoir droit à la place qui nous revient dans la nouvelle Europe, il nous faut tous sans distinction de classe ou de rang, faire notre devoir. Il nous faut aider le peuple allemand et par tous nos moyens écraser cette Russie bolcheviste qui ne songe qu’à semer la haine, la misère et la mort partout, et cette perfide Albion qui s’est toujours servie du sang français pour remplir les coffres-forts de la City. Moi-même je haïssais les Allemands parce que je ne les connaissais pas. Maintenant que je les connais, je dis que ce sont des hommes dignes de notre amitié et auxquels nous pouvons avoir confiance. Après la victoire, ils nous donneront ce qu’ils nous ont promis ».

 

 

 

Top of Page

Return to Home

Navigator

 

The Milice

Extract from Jacques Delperrie de Bayac, Histoire de la Milice, Paris, Marabout (Fayard), 1969, volume 2, pp 152-153.

 

In June 1944 André Leclerc, a young man from Talensac in Brittany was arrested and taken to Rennes by some Miliciens. In 1945 his father made the following statement to the gendarmerie about his son’s arrest:

 « Mon fils André a été arrêté par deux miliciens, Schwaller, capitaine, et un autre inconnu de moi. Il a été arrêté le 17 juin 1944 à 21 heures et emmené en moto par deux hommes à Rennes, au camp de la Croix-Rouge. A minuit, le même jour, il a été ramené à Talensac, chez Villoury. Il avait déjà été martyrisé et ne tenait plus debout. Ils le prenaient par les cheveux et disaient à Villoury : ‘voilà votre chef, on le tient’.

Le mardi 20 juin 1944, vers 10 heures, M le maire de Talensac est venu m’avertir que mon fils avait voulu s’évader et que les miliciens l’avaient tué. Lui-même tenait cette version d’un agent de police de Rennes qui était venu lui apporter cette mauvaise nouvelle.

Je suis allé à Rennes en compagnie de mon frère et après maintes démarches j’ai su qu’il se trouvait à la morgue. Là j’ai vu mon fils. Il avait le nez et la figure tout tuméfiés ; sous la gorge il portait maintes piqûres; il avait aussi la mâchoire brisée et portait les traces d’un coup de poignard d’un côté de la bouche.

Je n’ai pas vu le corps, mais j’ai entendu dire qu’il avait une jambe abîmée ; j’ai également entendu dire qu’il avait la verge éclatée. La nuit suivante de l’arrestation de mon fils, Villoury et Gloux, tous les deux de Talensac, ont été arrêtés ; ils ont été relâchés quinze jours plus tard après avoir subi de mauvais traitements »

 

 

Top of Page

Return to Home

Navigator

 

Links to Collaborationist individuals: Darnand

The World at War- biography of Darnand

http://worldatwar.net/biography/d/darnand/ 

 

 

 

Links to Collaborationist individuals: Doriot

The World at War- biography of Doriot

http://worldatwar.net/biography/d/doriot/ 

 

 

Links to Collaborationist movements- military

Third Reich Factbook-French Volunteers

http://www.axishistory.com/index.php?id=7259

 

NAVIGATOR

Click on the links below to move to other parts of the Vichy-Web

General Info about France during 

World War 2

Recent and forth-coming events

Book Reviews

General Links to Other Vichy related sites
General Chronology General Bibliography
Abbreviations 

Contacts and Addresses

Archives, Libraries & Research Centres

Museums

Scholars

Second World War France by Themes

Historical reference The road to defeat The Occupiers & their policies
Vichy Administrations & Organisations Vichy Governments
Collaborators & Collaborationnists Vichy Police Deportation and Persecution

 

Propaganda Public Opinion

 

Everyday Life Cultural and Artistic Life Sport

 

Gender

 

The French Empire at war  

 

Resistance The Allies in France, The Allies and France Liberation 
Post-war Reconstruction Historiography and Memory

Page maintained by 

Simon Kitson 

French Studies, University of Birmingham,

Edgbaston, B15 2TT,

West Midlands, UK

s.k.kitson@bham.ac.uk