Simon Kitson's

 

 

VICHY WEB

 

 

VICHY ADMINISTRATIONS & ORGANISATIONS

 

Bilan d'application des Statuts des Juifs (avril 1942)

 

Source: Marc-Olivier BARUCH, Servir l'Etat Français, Fayard, Paris, 1997, p 655

 

MINISTERE

LOI DU 3 OCT 1940

LOI DU 2 JUIN 1941

TOTAL

ZONE OCCUPEE

ZONE NON OCCUPEE

Affaires Etrangères

14

0

14

0

14

Agriculture

18

1

19

9

10

Aviation

213

43

256

7

249

Colonies

41

6

47

0

47

Education nationale

986

125

1111

426

685

Famille

11

0

11

7

4

Finances

115

54

169

85

84

Guerre

697

164

861

2

859

Intérieur

20

5

25

16

9

Justice

59

0

59

31

28

Marine

165

2

167

0

167

Production Industrielle

25

0

25

9

16

PTT

481

64

545

96

449

Ravitaillement

0

22

22

0

22

Transports, Travaux Publics

49

1

50

29

21

Travail

16

25

41

36

5

 

 

TOTAL

 

 

2910

 

 

512

 

 

3422

 

 

753

 

 

2669

 

 

TOP OF PAGE                                           NAVIGATOR

 

 

Jean-Paul COINTET on the Légion des Anciens Combattants

extract from Jean-Paul COINTET, 'Les chevaliers du Maréchal', L'Histoire, no 80, 1985,  p 113

(...)

La Légion atteint son plus grand rayonnement entre le printemps et l'automne 1941, 'l'âge d'or' du régime de Vichy: stabilité intérieure, intense activité réformatrice, stabilisation de la guerre européenne, accord assez large encore sur le régime. Le discours que le Maréchal prononce le 12 août 1941- 'Je sens un vent mauvais se lever sur la France...' -annonce le tournant décisif du durcissement à l'égard des adversaires du gouvernement. L'heure de la mobilisation sonne pour la Légion, saluée du titre de 'meilleur instrument de la Révolution nationale'. Invitée à devenir le catalyseur de la vie nationale et à fournir à l'Etat une partie de ses nouveaux cadres et animateurs, la Légion est mal préparée à cette nouvelle tâche qui implique compétence et énergie. Composée surtout de vétérans dépourvus de formation politique, elle n'est pas à même de dégager cette élite nouvelle. On en est si conscient à l'échelon politique que l'idée germe de dégager en son sein un noyau d'éléments jeunes, actifs, formés politiquement et capables d'entraîner la masse à leur suite. Les promoteurs de l'idée appartiennent à l'entourage de Joseph Darnand, président de la Légion des Alpes-Maritimes, et à celui de deux ministres de l'équipe  formée par l'amiral Darlan: Pierre Pucheu et Paul Marion. De l'automne 1941 à l'hiver 1942, des tentatives se succèdent pour noyauter la Légion et la transformer en un parti unique, au service d'une politique gouvernementale de plus en plus officiellement collaboratrice. 

(....)

Jean-Paul Cointet on the sociology 

of the Légion des Anciens Combattants

Extract from Jean-Paul Cointet, ‘Les Chevaliers du Maréchal’,  L’Histoire, No 80, 1985, pp 112-113.

(...)

La sociologie du personnel légionnaire est assez complexe car elle est fonction des niveaux de hiérarchies et de responsabilité. Les présidents départementaux émanent surtout de la moyenne bourgeoisie : propriétaires foncier, petits industriels, commerçants, membres des professions libérales (trente-cinq sur quarante–deux présidents recensés). Fonctionnaires, enseignants et salariés complètent cet ensemble. Au niveau des membres des comités départementaux, six cents environ, la moitié sont propriétaires fonciers, membres des professions libérales ou représentants d’intérêts économiques divers ; les autres sont des salariés, des fonctionnaires ou des enseignants.


A travers ces statistiques, ce personnel vichyssois apparaît relativement diversifié sociologiquement. L’analyse des antécédents politiques des responsables de la Légion le confirme. A peine plus d’un tiers sont connus pour leur engagement politique antérieur. Sur ce total, la moitié proviennent de l’Action Française et du Parti Social Français, un quart des milieux modérés, un quart du parti radical et de la SFIO. Dernier trait significatif : quarante responsables sur six cents environ des comités directeurs ont exercé un mandat public antérieur à 1940 mais ils seront plus de cent à avoir exercé un tel mandat après le 10 juillet 1940.

 Au niveau de l’implantation, les zones privilégiées de recrutement de la Légion sont les Alpes-Maritimes, le Rhône, les Bouches-du-Rhône, l’Isère, la Dordogne, la Haute-Garonne, le Puy-de-Dôme, la Loire et la Haute-Savoie. Au printemps 1941, quand s’achève la mise en place, le chiffre maximum d’adhérents est atteint : un million et demi environ.

(...)

 

 

Archives Nationales [AN]   F7 14888 (tracts 1943)

La voix de la France, 1943 resistance tract of communist inspiration, addressed to civil servants,  police officers and gendarmes

(....) Nous croyons nécessaire de résumer le dernier 'appel aux fonctionnaires, policiers et gendarmes', prononcé par Fernand Grenier au nom du Comité Français de la Libération. 
A ces 3 catégories de citoyens dont le rôle est présentement très grand, Fernand Grenier rappela les différents textes de lois républicaines toujours en vigueur, ces textes dont Vichy ne parle jamais (...) sont en contradiction formelle avec les ordres qui leur sont donnés. Sachez, leur dit-il, qu'ils dénoncent au pays les hommes de Vichy comme des traîtres parjures auxquels non seulement nul ne doit obéir, mais au contraire auxquels tout Français doit se faire un devoir de désobéir. 

Il insista plus particulièrement sur le texte de la loi internationale traitant de l'emploi forcé de la main d'oeuvre civile, et sur ce point précis démontra aux fonctionnaires, policiers et gendarmes, que les ordres que Vichy leur transmettait les faisaient complices de la plus monstrueuse des traîtrises qui se puissent commettre envers son pays!  (...)

Ceci bien établi, Fernand Grenier, au nom du CFL a tenu à mettre ces citoyens en face de leurs lourdes responsabilités. Prévenant l'excuse que pourraient invoquer certains d'entre eux: 'j'àbéis aux ordres', il leur dit: 'Et si ces ordres étaient de tuer vos mères, que ferez-vous?'  (...) Vous devez donc désobéir intelligemment aux ordres (...)

On a constaté avec satisfaction que le jour du 14 juillet, le peuple du grand Paris a pu célébrer cette journée avec toute la ferveur patriotique dont il est capable et sous l'oeil bienveillant de la police qui; en de nombreux cas, se rangea franchement du côté des manifestants. 

 

TOP OF PAGE                                           NAVIGATOR

 

 

 

 

Les 21 points de la Milice

The Milice, established on 30 January 1943 (ten years to the day after Hitler's seizure of power), drew up a programme for its members based on the 21 following points. For an English version of these 21 points see: Nicholas Atkin, The French at War, 1934-44, Longman, London, 2001, p 123

 

  • Contre l'égoïsme bourgeois, Pour la solidarité française,
  • Contre le scepticisme. Pour la foi,
  • Contre l'apathie. Pour l'enthousiasme,
  • Contre la routine. Pour l'esprit d'initiative,
  • Contre l'influence. Pour le mérite,
  • Contre l'individualisme, Pour la société,
  • Contre l'ancienneté. Pour la valeur,
  • Contre l'anarchie. Pour la discipline,
  • Contre l'égalitarisme. Pour la hiérarchie,
  • Contre la vaine liberté. Pour les vraies libertés,
  • Contre la démagogie. Pour la vérité,
  • Contre la démocratie. Pour l'autorité,
  • Contre le trust. Pour le métier,
  • Contre le capitalisme international, Pour le corporatisme français,
  • Contre la tutelle de l'argent, Pour la primauté du travail,
  • Contre la condition prolétarienne, Pour la justice sociale,
  • Contre la dissidence gaulliste, Pour l'unité française,
  • Contre le bolchevisme. Pour le nationalisme,
  • Contre la lèpre juive. Pour la pureté française,
  • Contre la franc-maçonnerie païenne, Pour la civilisation chrétienne,
  • Contre l'oubli des crimes, Pour le châtiment des coupables. 

 

 

 

 

NAVIGATOR

Click on the links below to move to other parts of the Vichy-Web

General Info about France during World War 2

General Chronology

Abbreviations 

General Bibliography
Book Reviews Recent and forth-coming events
General Links to Other Vichy related sites

Contacts and Addresses

Archives, Libraries & Research Centres

Museums

Scholars

Second World War France by Themes

Historical reference Deportation and Persecution Resistance
Vichy Governments The French Economy
The road to defeat Propaganda The Allies in France, The Allies and France

 

Vichy Administrations & Organisations Everyday Life & Public Opinion  

 

The Occupiers & their policies Cultural and Artistic Life Liberation and reconstruction

 

Vichy Police Gender
Collaborators & Collaborationnists The French Empire at war Historiography and Memory

Page maintained by 

Simon Kitson 

French Studies, University of Birmingham,

Edgbaston, B15 2TT,

West Midlands, UK

s.k.kitson@bham.ac.uk